Littérature étrangère
Comment 1

La cage dorée: surprise et désenchantement

Camilla Läckberg, La cage dorée, actes noirs, actes sud, lecture, le fil rouge, le fil rouge lit, littérature, bibliothérapie, roman policier, vengeance, roman policier suédois

Ce n’est plus une cachette que le genre policier est mon favori. D’ailleurs, j’attends toujours patiemment la sortie des nouveaux opus de mes auteurs favoris: Arnaldur Indridasson, Raymond Khoury, Lisa Gardner et autres. L’une de ces auteurs, desquels je surveille toutes les sorties de livres, est Camilla Läckberg. J’aime l’approche qu’elle utilise pour livrer son histoire dans ses romans et j’apprécie également sa protagoniste principale depuis le début, Erica Falck, et son amoureux policier. Alors quand j’ai su que son nouveau roman sortait en avril dernier, j’étais très excitée de replonger dans l’univers de l’autrice. Voici mon impression à la suite de la lecture de La cage dorée.

Nouvelle protagoniste

Je me suis donc installée confortablement pour lire ce nouvel ouvrage, sans aucune attente particulière autre que l’assurance de retrouver le personnage principal, Erica Falck, et sa personnalité authentique. Quelle surprise ça a été de réaliser que l’autrice avait mis sur pause sa série habituelle pour nous livrer un nouvel univers et une nouvelle protagoniste: Faye. De prime abord, j’étais un peu déçue et j’appréhendais ce que ce changement apporterait. Puis, rapidement, je suis embarquée dans l’histoire puisque l’autrice a conservé le style d’écriture auquel elle nous a habitué auparavant. En effet, elle raconte son histoire en alternant entre le présent et le passé du personnage principal, laissant ainsi plein de questions en suspens, ce qui nous donne envie de finir le roman d’une traite pour connaître tout de suite la fin. Pour ce qui est du nouveau personnage, elle est intrigante et on s’attache à sa souffrance en première partie du livre. Toutefois, plus l’histoire avance, plus cela se gâte, à mon avis. On découvre une Faye plus froide et calculatrice.

Touche féministe

Cette deuxième impression du personnage que l’on a en cours de lecture m’a plutôt déçue, surtout que j’étais plutôt habituée à Erica Falck, qui est authentique, chaleureuse, humaine et avenante. L’autrice entraîne la protagoniste dans une reconstruction d’elle-même à la suite d’une trahison de son mari. Elle tente d’amener ce retour à la vie de Faye dans une perspective féministe, mais le filon emprunté est peu réussi et très cliché. Il y est décrit un scénario typique de la femme naïve qui se fait trahir par son mari. Ce dernier est le caricatural courailleux qui aime les femmes minces avec de grosses poitrines, qui aime avoir le pouvoir sur tous et qui est narcissique à souhait. Il ne semble y avoir que des hommes manipulateurs, qui abusent de leur pouvoir sur les femmes, et des femmes soumises, qui acceptent leur sort, mais se vengent lorsque leur homme les trahit. L’autrice aborde également le thème de la résilience à travers cette reconstruction, mais l’aspect de la vengeance traité dans l’histoire est déplaisant, à mon avis. Je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage de Faye en raison de cette fixation sur sa vengeance qui prend la forme de la création d’une compagnie de laquelle tous les actionnaires sont des femmes afin de démontrer leur «girl power». La protagoniste m’est apparu de plus en plus froide et vengeresse, allant même à tuer l’ex-mari de son amie pour la protéger. Je ne suis donc pas convaincue par l’approche féministe que l’autrice a voulu explorer. C’est décevant, étant donné que Camilla Läckberg est une des fondatrices de Invest in her, qui lutte contre les écarts de salaires entre les hommes et les femmes. La quatrième de couverture annonce que le livre met en scène une protagoniste inoubliable et délivre un message ouvertement féministe. Toutefois, la cible est manquée, selon moi, pour les deux.

Histoire éparpillée

En plus de cette tentative échouée d’amener une touche féministe, les deuxième et troisième parties du livre partent dans tous les sens. La première partie décrit de façon habile et captivante le personnage et met en place une histoire intéressante. Les deux autres sections du roman abordent en théorie la vengeance de Faye. Toutefois, on y suit également le développement d’une nouvelle amitié avec sa propriétaire, la reprise de contact avec son amie d’enfance, la maladie de cette amie alors qu’elle vient de trouver enfin un homme gentil et aimant (encore dans le cliché, ici!) et une deuxième vengeance à la suite d’une découverte accablante sur son ancien mari. Ouf! Cela donne l’impression que l’autrice ne savait plus comment développer son histoire après une première partie qui semblait pourtant bien prometteuse.

Le nouvel opus de Camilla Läckberg nous sort donc du cadre habituel de ses romans. Toutefois, j’ai été déçue, cette fois-ci, de l’œuvre présentée par cette autrice, que j’apprécie pour sa série du personnage Erica Falck. Cela dit, ça reste une lecture divertissante, mais elle n’est pas à la hauteur de ce à quoi nous a habitués l’autrice.

Et vous, avez-vous déjà été déçu(e) ou bien agréablement surpris(e) par un roman d’un auteur qui était sorti de son registre habituel?

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : La cage dorée: surprise et désenchantement | Le fil rouge | Le Bien-Etre au bout des Doigts

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s