All posts tagged: Bernard Adamus

Hochelaga, street art, 375è de Montréal

Hochelaga et son joyeux désordre poétique

Hochelaga pour moi, c’est comme une chanson de Bernard Adamus : puissant, poétique, beau et laid en même temps, mais surtout, profondément réaliste. J’ai découvert Hochelaga sur le tard. J’ai grandi à Outremont, et l’est de Montréal m’apparaissait comme une contrée lointaine pendant bien longtemps. Il y a un an, j’ai atterri sur l’avenue Bourbonnière à deux pas de la promenade Ontario et très rapidement, Hochelaga a pris sa juste place dans mon cœur. Les gens qui ne connaissent pas bien ce quartier s’imaginent beaucoup de choses; il inspire beaucoup de clichés. On dit que le quartier n’est composé que de miséreux et qu’il vaut mieux ne pas trop s’attarder à se promener le soir, à la sortie des bars. On dit aussi que les « bobos » l’ont envahi et font monter le prix des loyers. Même si de nombreux stéréotypes puisent leur fond d’une vérité, c’est restreindre énormément la richesse de ce quartier que de croire qu’il ne se résume qu’à ça. L’univers dépeint par les chansons de Bernard Adamus est sale, mais imprégné d’amour et de …

Montréal a chaud

Je suis tombée sur La canicule des pauvres de Jean-Simon DesRochers par hasard dans les rayons de la bibliothèque. J’ai été agréablement surprise par cette découverte. Je ne m’attendais à rien et finalement, j’ai trouvé un livre innovateur, moderne et riche. C’est un roman profondément montréalais; l’auteur y mélange l’anglais, le français, le franglais ainsi que des gens qui viennent d’un peu partout avec des passés complexes et des bagages particuliers. Lors d’une période de canicule atroce de dix jours, on suit les péripéties de la vingtaine de locataires du même immeuble décrépi et miteux, dans le Quartier Latin à Montréal, Le Galant, anciennement un repaire abritant des prostituées. On s’y perd un peu parfois tellement il y a de personnages, mais on finit par s’attacher à eux (700 pages laissent le temps de les apprivoiser) et ressentir la chaleur moite puante avec eux. Jean-Simon joue avec les codes narratifs pour nous aider à mieux appréhender son monde romanesque. Soudainement, on rentre dans la tête de chaque personnage et on entend la musique de leurs …

Saison estivale musicale

Lorsque le mois de juillet est bien entamé et que les festivals tels que Les Francofolies et le Festival de Jazz sont terminés, tout bon Montréalais pense que la saison musicale tire à sa fin. Et bien, laissez-moi vous apprendre qu’ils ont totalement tort. Après avoir eu la chance de voir performer The Barr Brothers, The Sheepdogs et Badbadnotgood feat Ghostface Killah pendant le fameux Festival de Jazz, mon été musical est loin d’être terminé. Dans cet article, je vous propose donc une panoplie de concerts pour vous dégourdir les jambes jusqu’à la fin de la saison chaude. Dave Matthews Band (Centre Bell 22 juillet) Je ne suis pas personnellement fan de la salle du Centre Bell, mais pour les admirateurs du groupe rock-folk originaire cela vaut le déplacement. Le groupe est reconnu pour donner une performance électrisante en spectacle grâce à de longs «jams» improvisés pour le plaisir des spectateurs. De plus, ils ont tendance à jouer une grande diversité de leurs morceaux, ce qui est tout à fait justifié vu leur discographie très bien garnie …