Au-delà des livres
Laisser un commentaire

Les Barbouillés

Lorsque le printemps se pointe le bout du nez, les femmes s’empressent de ressortir leur bas collants et leurs jupes affriolantes qui hibernaient depuis quelques mois au fond des tiroirs froids. Et malgré que mon père m’ait répété un milliard de fois qu’en avril il ne faut pas se découvrir d’un fil, je fais partie intégrante de celles qui s’impatientent.

Dès lors, faire tenue légère implique d’afficher ma deuxième peau, soit mes tatouages. J’affronte donc au quotidien le regard de la majorité sur la différence de l’autre.

Moues dégoûtées de la part de vieilles dames et regards en coin des hommes d’un certain âge font partie de mon quotidien dès que la température permet que mes jambes et mes bras vivent pleinement leur liberté. Avec le temps, on se forge une sorte de carapace face à ces comportements totalement humains qui cachent tout de même une poignée de préjugés.

Est-ce véritablement cette fille qui enseignera à mes enfants? Sort-elle vraiment de l’université celle-là?

L’altérité devrait être davantage abordée dans les centres pour personnes âgées.

Pendant que ces questions virevoltent dans leurs esprits cloîtrés, moi je souris, parce que j’ai foi en un avenir meilleur pour ceux de ma génération et pour celles qui suivent. Lorsque sonnera le glas, qu’adviendra-t-il de ces individus qui véhiculent ces stéréotypes archaïques? La fin. Tôt ou tard, comme pour chacun d’entre nous. Par conséquent, il y aura mort des concepts arriérés imposés par une certaine tranche d’humains endoctrinés par la société. Celui de la beauté ne sera pas épargné.

Comme Fernando Pessoa l’a si bien dit: «définir la beauté c’est ne pas la comprendre». Oscar Wilde a aussi dit que «la beauté est dans les yeux de celui qui regarde.» Et selon moi, il n’y a rien de plus vrai. Je me rappelle les yeux d’enfants, ceux qui se posent délicatement, sans reproche ni insulte, sur mes dessins d’éternité. Des yeux empreints de curiosité, d’admiration, mais également de questionnements.

A-t-elle été une pirate dans une autre vie? Est-elle une rockstar?

L’enfant d’âge préscolaire devrait, quant à lui, ne jamais se laisser corrompre par une société qui refuse la couleur sur la peau, qu’elle soit naturelle ou artificielle.

Et toutes ces identités que peuvent m’attribuer l’imagination farfelue des gamins me plaisent bien. Je suis tout cela à la fois. Je suis une Barbouillée. Et je ne suis pas seule. On est beaucoup dans ma bande. On s’affirme, on s’assume. Nous ne sommes pas des pages blanches.

Lorsque je quitterai ce monde, je partirai tel un parchemin bien rempli. Cet enveloppe qui me sert de corps ne sera plus que cendres après mon départ. Cependant, mon âme aura été marquée à jamais de cet art qui se marie si bien à la femme que je suis. En plus, j’aurai pleins de belles histoires à raconter au paradis.

This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Mais qu’importe l’éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l’infini de la jouissance?» (Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris) Les vers de Baudelaire auront été la source de son épanouissement en tant que bizarroïde de ce monde. La poésie, Marika la vit au quotidien à travers tous les petits plaisirs qui s’offrent à elle. Une grimace partagée avec une fillette dans le métro, la fabrication d’un cerf-volant dans un atelier strictement réservé aux enfants, un musicien de rue interprétant une chanson qui l’avait particulièrement émue par le passé, lui suffisent pour barbouiller le papier des ses pensées les plus intimes. Chaque jour est une nouvelle épopée pour la jeune padawan qu’elle est. Entre deux lectures au parc du coin, un concert au Métropolis et une soirée au Cinéma du Parc pour voir le dernier Wes Anderson, elle est une petite chose pleines d’idées et de tatouages, qui se déplace rapidement en longboard à travers les ruelles de Montréal. Malgré ses airs de gamine, elle se passionne pour la laideur humaine. Elle est à la recherche de la beauté dans tout ce qu’il y a de plus hideux. Elle se joint au Fil Rouge afin de vous plonger dans son univers qui passe des leçons de Star Wars aux crayons de Miron en faisant un détour par la voix rauque de Tom Waits et le petit dernier des Coen. Derrière son écran, elle vous prépare son prochain jet, accompagnée de son grand félin roux, d’une dizaine de romans sur les genoux et d’un trop plein de culture à répandre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s