Bande dessinée et roman graphique
Laisser un commentaire

Tout est possible

Je me rappelle lorsque j’étais en secondaire 5 et que je constatais la panique chez tou-te-s mes ami-e-s lorsqu’il était question de se choisir un métier pour plus tard. Les questions comme qu’est-ce que j’aime?, qu’est-ce qui va me plaire toute ma vie? Je me rappelle que la panique était au rendez-vous, comme si changer de programme à cette époque était impossible. De mon côté, j’ai eu beaucoup de chance, parce que la vie a toujours su m’emmener dans des métiers et/ou études que j’ai aimés. Le hasard a toujours fait en sorte que je me retrouve avec les enfants, malgré que j’ai tenté de les fuir. Aujourd’hui, j’adore mon travail, qui m’apporte beaucoup de bonheur. Cependant, ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde. Nos choix de vie ou d’études peuvent nous faire beaucoup réfléchir. Surtout lorsque nous sommes dans le milieu artistique.

C’est ce qui arrive au personnage de Vetille dans la bande dessinée de Lucile Gomez «Tout est possible, mais rien n’est sûr». L’histoire est inspirée du vécu de l’auteure et illustratrice, vivant en France, où la plupart des jeunes adultes se retrouvent au chômage. Vetille tente par tous les moyens de se construire, de trouver sa voie dans ce monde de consommateur. Elle devra faire des choix qui ne plairont pas toujours à son entourage pour tenter de survivre dans la jungle qu’est la vie.

Photo : Karina

Photo : Karina

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans cette BD, c’est qu’on peut facilement se retrouver dans le personnage de Vetille, puisqu’on tente tous et toutes de trouver son chemin dans la vie et d’essayer d’accomplir ce qui nous plaît et de rester toujours dans nos valeurs. Ce n’est malheureusement pas toujours facile. Après avoir son diplôme depuis un an et faire une job d’hôtesse (un milieu très sexiste envers la femme), Vetille essaie de garder espoir. Elle tente également de combattre l’industrie du capitalisme avec son copain, mais si elle veut réussir et se faire reconnaître; elle doit faire des sacrifices et souffrir. Ainsi, cette BD m’a permis aussi d’avoir une conscience sur ma consommation. Vetille et son copain feront plusieurs actions à ce niveau et certaines sont réussies. Malgré tous les efforts, on ne voit pas de changements directs chez la population parisienne même, cependant on constate des changements chez les personnages. Son copain décide, par exemple, d’aller vivre loin de la société.

Bref, je vous invite à lire cette BD, parce que d’une manière ou d’une autre vous allez vous reconnaître. Puis, plusieurs dessins valent le détour. Car malgré l’allure «chick-litt» de la BD, il n’est aucunement question de «mecs» ou de vêtements. Ce fut une agréable surprise.

DSCN1318

Photo : Karina

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s