Défis littéraires
Laisser un commentaire

DÉFI BOUQUINERIE JOUR 12: Écrire trois pages dans ton journal en te levant le matin

when you feel like quitting,think aboutwhy youstarted. (1) - copie

L’idée des pages du matin vient des écrits de Julia Cameron dans son livre Libérez votre créativité. Je vous invite à lire l’article de Louba à ce sujet .

Jusqu’au moment où, en fouinant dans la section librairie de la coop étudiante où je travaillais, je suis tombée sur Libérez votre créativité de Julia Cameron. J’ai pris le petit livre rouge entre mes mains, il m’était familier. J’ai donc choisi de l’adopter. Tranquillement, j’ai fait miens les principes de base et les outils de celle qui devenait un vrai mentor pour moi. Je me suis alors transformée en gourou. Je voulais à tout prix que tout le monde autour de moi accède à l’expérience de la reconquête de la création et qu’on fasse tous religieusement l’écriture sacrée de ces trois pages chaque matin.

Pourquoi trois pages manuscrites? D’après Mme Cameron (que vous pouvez d’ailleurs suivre sur Facebook) et d’après ma courte expérience, il se trace automatiquement un chemin inconscient au fil des pages. Je m’explique: la première page traite davantage de ce qui nous traverse l’esprit, au premier degré, un rêve par exemple, ce qui vous entoure ou ce qui vous chicote. Elle se remplit aisément. La deuxième page est, quant à elle, plus difficile à écrire. On sent une baisse d’inspiration et on n’est pas sorti du bois. On se rend finalement à la troisième page, triomphant. Et vers la fin de la page, parfois, si on est chanceux, il se passe quelque chose de magique. Une connexion avec soi, une réponse à une question, une idée ou une petite prose. On pourrait alors continuer des pages durant, mais STOP. On s’arrête là. C’est ça l’exercice et demain on recommencera. Il est primordial d’écrire à la main, le geste mes amis! Le crayon sert de canal à vos idées et l’encre les tasse sur la feuille.

Pourquoi le matin? Parce qu’après une longue nuit de ménage de l’esprit, on a besoin de se recentrer et de se reconnecter à soi en s’accordant ce petit moment et en jetant sur papier tout ce qui nous tracasse. On se libère et on classe ses idées pour être vif et éveillé pour le reste de la journée. Notre esprit est alors libre d’être créateur.

Alors, n’est-ce pas tentant d’au moins essayer cette pratique, le temps d’un matin? Que ce soit pour le plaisir de développer une habitude créative, pour prendre le temps d’écrire ou bien pour partir à la découverte de soi-même, les pages du matin sont une pratique à essayer, ne serait-ce qu’une fois.

 

Advertisements
This entry was posted in: Défis littéraires

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s