Littérature canadienne
Comment 1

Corps conducteurs, le nouveau roman de Sean Michaels

Sean Michaels a décidé, à sa manière, de nous raconter l’histoire du Docteur Lev Sergueïevitch Termen. Je dis à sa manière, car même si le roman a une grande part de vérité, l’auteur s’est amusé à rendre la vie de son personnage encore plus rocambolesque avec du kung-fu et un meurtre (ces deux situations ne sembleraient pas être véridiques). Mais ce qui semble être la raison première de l’écriture de ce roman est l’histoire d’amour entre Léon (Lev) et sa belle Clara.

Cependant, avant de commencer à raconter son histoire, il faut savoir qui est le Docteur Termen. Cet homme est un scientifique, originaire de la Russie. Il est né le 27 août 1896 et est décédé le 3 novembre 1993. Il est surtout reconnu pour être l’homme qui a inventé le premier instrument de musique électronique, le thérémine.

Si vous ne savez pas ce qu’est le thérémine, voici un extrait où nous découvrons le grand amour de Léon jouer une chanson qu’il semblait particulièrement apprécier (l’auteur nomme souvent ce titre dans le roman) :

Swan joué par Clara Rockmore

Lorsque j’ai commencé ma lecture, je ne savais pas à quoi m’attendre, mais personnellement je n’étais pas trop inquiète, je fais assez confiance à la maison d’Éditions Altò pour leur choix de romans qui fut pour moi toujours de belles découvertes. Suite à quelques recherches, j’ai pu découvrir que l’auteur a remporté pour ce livre le prix Scotiabank Giller. Les critiques sont donc excellentes ! Et je comprends le pourquoi. L’auteur a une écriture très imagée et nous transporte dans l’univers de Lev. Il nous emmène dans l’univers de ce scientifique fou d’amour pour sa (très) jeune Clara (ils ont 15 ans de différence). Leur histoire semble être une histoire impossible, à cause de la jeunesse de Clara.

DSCN1351Outre l’amour que Lev porte pour Clara, nous retrouvons son amour pour la musique. Mais il reste tout d’abord un scientifique. C’est alors qu’il crée le thérémine, cet instrument qui l’emmènera dans d’autres pays que la Russie. Il ira dans plusieurs pays d’Europe, mais passera 10 ans aux États-Unis et plus précisément dans la grande ville qu’est New York. Lors de ces 10 ans, il tentera de gagner le coeur de Clara. Mais, alors qu’on pourrait croire que ce n’est que l’histoire d’un jeune scientifique amoureux, on découvre qu’il est aussi espion pour son pays. Sauf que son amour pour ce nouveau pays d’accueil l’emmènera à sa perte. Il devra malheureusement retourner dans son pays et cela se fera en bateau. C’est comme cela que commencera le roman, nous retrouvons Lev, une machine à écrire au bout des doigts, écrivant son histoire à la seule femme qu’il ait vraiment aimée, Clara.

Lev nous apparaît comme un être égocentrique, amoureux, passionné. En fait, il est autant adorable que détestable. Il reste cependant le petit génie. Son intelligence réussira à le sortir de plusieurs situations, car même en prison on lui demandera de servir son pays et de créer des micros et autres objets servant à l’espionnage.

Pourquoi devons-nous lire ce livre ? Parce que c’est une belle histoire d’amour, parce que nous retrouvons aussi de l’action et un certain suspens. Parce que l’écriture de l’auteur vaut le détour pour ses images. Parce que l’histoire du scientifique Lev Sergueïevitch Termen est tout simplement intéressante !

Je tiens à remercier les Éditions Altò de m’avoir permis de lire ce magnifique livre.

Advertisements
This entry was posted in: Littérature canadienne

par

Avoir une bibliothèque de plus en plus grosse est l’un des projets de vie de Karina. Apprendre et avoir plusieurs perceptions le sont également. Après avoir fait une technique en travail social au Cégep du Vieux-Montréal et travaillé quelques années dans des organismes communautaires (ce qu’elle continue de faire avec joie), elle poursuit ses études en faisant un certificat en études féministes à UQÀM. La littérature lui permet donc de voyager et d’avoir d’autres lunettes sur le monde.

Un commentaire

  1. Ping : Les coups de coeurs littéraires 2016 des fileuses | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s