Au-delà des livres
Laisser un commentaire

Pour mes horcruxes vivants

Mon patronus, c’est les livres de J. K. Rowling.

Dans mon enfance, ils me permettaient de m’évader d’un monde qui se voulait souvent bien triste. J’en ai parlé ici.

À l’âge adulte, ils continuent toujours de remplir leur devoir en me protégeant de la banalité du quotidien.

Je ne dirai jamais assez à quel point la série Harry Potter a sauvé ma vie.

C’est que le pouvoir des mots est tellement puissant qu’il devient contagieux et se répand parmi les âmes prêtes à l’absorber. Il suffit d’avoir un peu d’imagination, une bande d’amis incroyable et un jeu de rôle pour devenir un sorcier à temps plein. C’est de cette façon qu’est né mon avatar, Fabiola Grindelwald, fille de dresseur de dragon et fière Serpentard.

Pour les lecteurs qui seraient peu familiers avec le jeu de rôle, je tenterai d’expliquer brièvement ce qu’il en est. Il est important de spécifier qu’il existe une panoplie de jeux de rôles. Le nôtre propose une suite logique à la série Harry Potter et se déroule dans l’univers des sorciers créé par J. K. Rowling.

Tout commence avec un maître du jeu. Son rôle est d’inventer l’histoire dans laquelle les joueurs évolueront et de déterminer les quêtes qui mèneront les différents joueurs vers des objectifs précis ou vers la résolution de problèmes. Il donne également vie aux personnages qui ne sont pas joués par des joueurs autour de la table (communément appelés les NPC). De plus, il est celui qui distribue les xp qu’obtiennent les différents sorciers et ces points sont répartis à la fin de la joute. La durée des parties est variable, mais habituellement, les sorciers jouent entre quatre et six heures.

Les dés ont aussi du pouvoir. La chance y est pour beaucoup dans la réussite ou l’échec de plusieurs des actions.

Détrompez-vous, les joueurs ont aussi leur mot à dire. Ces derniers doivent créer leur vécu, leurs liens familiaux et déterminer les caractéristiques qui constitueront leur personnage. Par exemple, Fabiola Grindelwald a grandi à l’Archipel des Hébrides en Écosse où elle a été élevée parmi les dragons. Elle est née de parents sorciers. Son père, Archibald Grindelwald, est éleveur de dragons et sa mère, Éléonore Grindelwald, herboriste et guérisseuse, est décédée après une expérience qui a mal tourné. Jeune fille plutôt solitaire, elle est excessivement ambitieuse, n’a aucune pitié pour personne et détient une facilité à manipuler les autres, autant ses alliés que ses ennemis. C’est donc grâce au pouvoir de l’imagination que la fiche d’un personnage voit le jour.

Le maître du jeu a cependant le pouvoir de choisir la maison de Poudlard qui accueillera les nouveaux élèves à l’aide du Choixpeau magique. Le courage vous dirigera vers Gryffondor. Le don de soi et la gloutonnerie vous mèneront vers Poufsouffle. La créativité vous amènera à Serdaigle. L’ambition et la ruse vous guideront à Serpentard.

La recherche de baguette est aussi très déterminante des pouvoirs qui vous seront alloués. Par exemple, la baguette de Fabiola lui permet de devenir complètement invisible. Or, le choix de celle-ci est déterminé par le maître du jeu. Heureusement, nous avons la chance d’avoir le meilleur d’entre eux.

Le reste n’est qu’imagination et création collective d’un monde où il fait bon vivre, et construction de liens avec des sorciers, parfois adorables, parfois étranges ou bien les deux à la fois. Pourquoi pas? Après tout, nous sommes des magiciens.

Et c’est cette magie qui permet de se construire en tant que personne. Le jeu de rôle vous donne confiance en vous. Le jeu de rôle vous offre la possibilité de créer des amitiés fictives, mais également des réelles. Le jeu de rôle vous permet d’en apprendre plus sur vous-même. Le jeu de rôle vous confronte à vos propres faiblesses et met en lumière vos forces.

Le jeu de rôle, c’est un peu le jeu de la vie.

Autour de la table, les dés en main, nous redevenons tous des gamins à qui des possibilités infinies sont offertes. Cette magie est possible entre nous, car nous avons réussi à mettre en place une énergie incroyable qui circule entre chacun des joueurs et qui est alimentée par chacune de nos forces.

Sans les mots de J. K. Rowling, notre univers n’aurait jamais vu le jour. Sans François Tousignant, ce projet n’existerait pas. Le maître du jeu est l’élément central de cette magie.

À jamais à vous, mes horcruxes vivants : François Tousignant, Tamara Rousseau, Mélissa Tardif, Ariane Préfontaine, Emy Gagnon, Nancy Geoffroy, Annie-Claude Bertrand, Emilie Nantel, Bobby Lacroix, Marie-Ève Bart, Élisabeth Simpson, Hugo Lamirande, Youri Molotov et Gabrielle Ménard.

Crédit dessin : Marie-Ève Bart

 

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Mais qu’importe l’éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l’infini de la jouissance?» (Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris) Les vers de Baudelaire auront été la source de son épanouissement en tant que bizarroïde de ce monde. La poésie, Marika la vit au quotidien à travers tous les petits plaisirs qui s’offrent à elle. Une grimace partagée avec une fillette dans le métro, la fabrication d’un cerf-volant dans un atelier strictement réservé aux enfants, un musicien de rue interprétant une chanson qui l’avait particulièrement émue par le passé, lui suffisent pour barbouiller le papier des ses pensées les plus intimes. Chaque jour est une nouvelle épopée pour la jeune padawan qu’elle est. Entre deux lectures au parc du coin, un concert au Métropolis et une soirée au Cinéma du Parc pour voir le dernier Wes Anderson, elle est une petite chose pleines d’idées et de tatouages, qui se déplace rapidement en longboard à travers les ruelles de Montréal. Malgré ses airs de gamine, elle se passionne pour la laideur humaine. Elle est à la recherche de la beauté dans tout ce qu’il y a de plus hideux. Elle se joint au Fil Rouge afin de vous plonger dans son univers qui passe des leçons de Star Wars aux crayons de Miron en faisant un détour par la voix rauque de Tom Waits et le petit dernier des Coen. Derrière son écran, elle vous prépare son prochain jet, accompagnée de son grand félin roux, d’une dizaine de romans sur les genoux et d’un trop plein de culture à répandre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s