Littérature québécoise
Laisser un commentaire

Chercher la foi dans les Hautes Montagnes du Portugal avec Yann

C’est avec une immense joie que je me suis plongée tête première dans le dernier roman de Yann Martel, Les hautes montages du Portugal. Il faut que vous sachiez que présentement, dans mon top 10 de livres préférés, Yann Martel et l’Histoire de Pi sont en première position, alors évidemment que j’allais faire l’achat de son nouveau roman.

Tout d’abord, ce qu’il faut savoir, c’est que l’histoire des hautes montagnes est lente et parsemée de petits détails ici et là, alors ne vous découragez pas trop vite si aux premières pages vous n’êtes pas tout de suite accrochés et que vous vous sentez un peu perdus. Il m’est même arrivé de devoir relire des passages pour bien me souvenir de l’ordre des évènements et mieux comprendre l’histoire, alors soyez sans craintes.

Ce roman porte sur le deuil et sur la présence de la religion dans nos vies, mais il porte surtout sur la foi en général, la foi en la vie, la perte de celle-ci et la foi en quelque chose de plus grand. J’ai clairement un faible pour ce genre de lecture, dernièrement avec mon article sur la nuit de
thumbnail_FullSizeRenderfeu d’Éric-Emmanuel Schmitt, dans lequel d’ailleurs j’avais parlé de la ressemblance avec l’histoire de Pi. Bref, cette fois-ci dans l’histoire de Yann, nous suivons 3 personnages masculins (Tomas, Eusebio et Peter) à travers différentes époques qui ont tous quelque chose en commun, ils ont tous perdu un ou des êtres chers et décident de vivre leurs deuils de différentes façons. Les 3 histoires vont évidemment s’entrecroiser, mais ce n’est que très tard dans le roman que vous y comprendrez quelque chose et encore une fois, fidèle à Yann, des animaux surgiront de part et d’autre dans l’histoire.

J’adore que Yann Martel laisse place à notre propre interprétation encore une fois dans ce livre, comme il l’avait fait dans l’Histoire de Pi et qu’il nous laisse décider qui on souhaite intégrer ou non dans l’histoire, en la prenant au premier degré, second degré et degré religion extrême où chaque personnage nous rappellera Dieu ou Jésus. Croyez-moi, venant de l’athée que je suis, c’est étonnant que des histoires comme celles-ci et celle d’Éric-Emanuel réussissent autant à venir me chercher. Pour être honnête, j’ai préféré la seconde partie du roman où on suit un fan d’Agatha Christie, pathologiste, qui nous transporte dans un tout autre monde que je vous laisse découvrir à votre tour. J’ai d’ailleurs fortement eu envie de me plonger dans un Agatha Christie à la fin de ce roman, ce que je me promets de faire très bientôt puisque j’avoue que je n’ai aucun roman d’Agatha, dont Marjo avec parlé brièvement  ici (je sais, je sais, honte à moi!)…

Sur ce, je vous souhaite un très beau voyage dans les hautes montagnes avec Yann !

Cliquez ici pour voir ce livre directement sur

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Caroline est une petite blondinette avec un très grand cœur! Elle croit que rien n’arrive pour rien dans la vie et que ce qui l’a emmenée sur le fil rouge, c’est le destin. Au premier abord, elle peut avoir l’air un peu superficielle avec sa longue chevelure blonde et ses grands yeux bleus, mais c’est bien mal la connaître. Elle a certes un petit côté princesse, mais elle n’a pas peur de grand-chose. Après avoir fait un saut en bungee et s’être fait tatouer les 2 pieds comme premiers gros tatouages, on peut dire que rien ne l’effraie. Adepte des 5 à 7 et des bons restos, on peut facilement la rencontrer dans les nouveaux endroits branchés puisqu’elle est abonnée à tous les blogues gastronomiques ou de découvertes culinaires. D’ailleurs, elle adore cuisiner et est une fan finie des livres de recettes. Caroline ne se passerait pas de 5 choses dans sa vie; son amoureux, ses meilleures amies, sa montagne de livres, voyager et boire de l’excellent vin. Elle a un cerveau très analytique : elle analyse toujours tout, tout, tout et elle essaie toujours (ou presque) de voir la vie du bon côté. Elle a aussi un talent fou pour dédramatiser n’importe quelle situation avec sa grande patience et son mantra qui est « On choisit toujours ses batailles! ». Elle espère apporter au blogue un brin de légèreté, une nouvelle vision de la vie et partager sa passion pour la lecture de romans et de livres de psycho pop/développement de soi (son pêché mignon!).

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s