Littérature étrangère
Laisser un commentaire

Hiroshima, une ville d’amour malgré tout

En 1945, Hiroshima était la cible d’une attaque atomique des États-Unis. En 1959, Resnais réalise un film anti-guerre, Hiroshima mon amour, dans le but de réconcilier les peuples, mais à la fois de créer un poème d’amour et de mort. C’est Marguerite Duras qui scénarise le film à la demande du populaire défunt réalisateur.

« Je me souviens de toi.

Cette ville était faite à la taille de l’amour.

Tu étais fait à la taille de mon corps même.

Qui es-tu?

Tu me tues.

J’avais faim. Faim d’infidélités, d’adultères, de mensonges et de mourir.

Depuis toujours.

Je me doutais bien qu’un jour tu me tomberais dessus.

Je t’attendais dans une impatience sans borne, calme.

Dévore-moi. Déforme-moi à ton image afin qu’aucun autre, après toi, ne comprenne plus du tout le pourquoi de tant de désir. »

En parcourant les allées de la librairie de mon quartier, j’ai décidé d’acheter le roman Hiroshima mon amour, pour finalement pouvoir goûter à l’écriture de la grande Marguerite Duras, dont j’avais longtemps entendu les mérites et les éloges. Quoi de mieux que de lire le scénario d’un film que j’avais bien aimé, unissant merveilleusement deux de mes passions, la littérature et le cinéma. De ce fait, Duras est une révélation pour moi, l’écriture de celle-ci est si belle et émouvante, elle donne l’impression non pas seulement de comprendre les personnages de ses histoires, mais d’être ceux-ci. L’habileté des descriptions des émotions les plus vives se font ressentir à travers les lignes, se gravant directement chez le lecteur. Resnais désirait que son film évoque le poème de l’amour et de la mort et c’est sans le moindre doute réussi et ressenti autant à la lecture, qu’au visionnement de l’œuvre.

Hiroshima est une ville marquée à tout jamais par les bombardements dont elle a été victime lors de la Deuxième Guerre mondiale, c’est donc un travail sur la mémoire que l’écrivaine et scénariste réalise, en rappelant l’impossibilité d’évoquer la ville japonaise sans l’associer directement à cette catastrophe d’une manière poétique. Elle et Lui, les deux personnages de l’œuvre, qui resteront anonyme tout au long de l’histoire, se découvrent le temps d’une brève aventure amoureuse, lorsque Elle, actrice, tourne un film de paix à Hiroshima, et y rencontre Lui, un japonais natif. Ensemble, ils se raconteront quelques moments importants de leur vie, notamment comment chacun a vécu la Seconde Guerre mondiale, et comment l’événement d’Hiroshima a été marquant pour les deux personnages, bien que si différents et éloignés; Elle étant française et Lui étant japonais.

Ce que j’ai particulièrement aimé de cette lecture, c’est de pouvoir observer ce qui a été gardé des idées originales de Duras, et ce qui a été retiré pour l’œuvre cinématographique. Resnais et Duras n’étant pas toujours d’accord, les deux versions de l’œuvre ont quelques différences, mais la majorité se retrouve autant dans la version écrite que filmique. D’ailleurs, le réalisateur et la scénariste n’étant pas d’accord sur la fin, ils ont choisi de créer une fin ouverte à l’œuvre, laissant place à l’interprétation personnelle de chacun au moment de la lecture ou du visionnement.

Ce livre est une belle introduction à l’œuvre de Marguerite Duras, il me donne envie de me plonger plus amplement dans les nombreux ouvrages de celle-ci. Il n’est pas étonnant que plus de vingt ans après sa mort, Duras est toujours autant lue et appréciée.

Cliquez ici pour voir ce livre directement sur

Advertisements
This entry was posted in: Littérature étrangère

par

« Je crois que s’il y a autant d’opinions que de têtes, il y a aussi autant de façons d’aimer qu’il y a de cœurs. » (Anna Karénine, Tolstoï) Je suis une optimiste de la vie, je crois que tout arrive pour une raison et que le meilleur est toujours à venir. Étudiante en écriture de scenario et création littéraire à l’Université de Montréal, les livres ont toujours fait partie de ma vie. Je suis une amoureuse de la nature, lire au sommet d’une montagne est un idéal pour moi, autant que relaxer dans mon bain un bouquin à la main. Mon programme d’étude m’encourage à me surpasser et me fixer des objectifs, comme celui d’écrire un roman avant mes 25 ans. Le cinéma est également une passion pour moi, me réjouissant sans cesse de films de la nouvelle vague française. Mes deux passions sont donc en parfaite symbiose pour une amoureuse de l’art comme moi.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s