Bande dessinée et roman graphique
Comment 1

Une bande dessinée peu conventionnelle : Body World

J’ai découvert très récemment que j’aimais bien la bande dessinée. Pas que je n’avais quelconques préjugés sur le genre, simplement qu’il y avait trop de livres auxquels m’attarder. Mon copain est très fan et m’a fait découvrir le bédéiste québécois Samuel Cantin, que j’ai a-d-o-r-é-! Je suis ensuite tombée dans les œuvres de Zviane, et j’ai tout de suite été charmée. J’ai donc pris un cours de bande dessinée à l’automne 2015 et j’ai fait de bien belles découvertes.

Dont Body World, du bédéiste américain Dash Shaw. L’artiste possède un style tout à fait survolté qui colle parfaitement à sa diégèse. Body World, c’est l’histoire de Paulie Panther, professeur de botanique expert en psychotropes. Ce personnage est suicidaire, déjanté et vit avec un trouble de personnalité limite. Déjà, uniquement avec le personnage, nous avons affaire à quelque chose de particulièrement original. Paulie est l’auteur derrière L’Encyclopédie des hallucinogènes américains et il ne cesse de parcourir le sol états-unien à la recherche de nouvelles plantes aux effets délirants. Ses recherches l’ont fait atterrir à Boney Borough, une petite ville des États-Unis, où ses habitants vivent dans un monde quadrillé, sorte de huit clos paisible. Cependant, l’arrivée du professeur Panther vient chambouler le quotidien des personnages : ce dernier découvre une plante aux capacités extra-sensorielles qui amène ceux qui la consomment à entrer en liaison directe avec autrui, dans un singulier échange d’émotions, de souvenirs et de sensations. Body World est un pur délire psychédélique qui entraîne son lecteur dans un véritable voyage (trip) visuel.

Untitled

Les illustrations de l’auteur sont parfaitement adaptées à l’histoire : les couleurs sont punchées, les textures se mélangent et la confusion y règne. Autant le récit emporte le lecteur dans l’univers sauté du botaniste, autant les dessins rendent parfaitement hommage à son voyage psychédélique. Le premier élément notable – et surprenant – de l’œuvre Body World est dans sa prise en main particulière : son format est vertical. En tant que lecteur habitué à faire défiler les pages de droite à gauche, l’expérience de les tourner de bas en haut est en soi une action particulièrement incommodante. En tant que lecteur, nous devenons parfaitement aptes à saisir l’inconfort des personnages au travers de l’objet physique qu’est le livre lui-même. J’aime particulièrement cet effet relationnel entre le lecteur et l’œuvre. L’expérience de lecture y est renforcée de façon subtile, ce que j’apprécie particulièrement.

Afin de mieux cerner l’essence complexe de cette œuvre, je vous invite fortement à le feuilleter dans une bibliothèque près de chez vous. Peut-être que cette critique s’approchait de l’analyse littéraire plus qu’autre chose, mais je crois qu’il est difficile de faire autrement avec une œuvre aussi riche en illustrations et en textes.

Pour ne pas faire trop lourde, je vous laisse sur deux émoticônes qui se font un câlin.

(>*.*)> <(*.*<)

 

Advertisements
This entry was posted in: Bande dessinée et roman graphique

par

C’est maintenant vingt-deux hivers que Marie-Hélène a vu passer et c’est toujours avec son cœur d’automne qu’elle les affronte. Elle en est à sa deuxième année au baccalauréat en Études littéraires à l’UQÀM. Elle aurait très bien pu faire son BACC en cinéma, puisqu’elle adore tout ce qui entoure ce milieu, mais elle a préféré se concentrer sur son doux amour de toujours : la littérature. Très heureuse dans son 4 ½ Hochelaguien, entourée de son amoureux Anthony et de son chat Cyrano (ou Bébé, pour les intimes), elle s’occupe en cuisinant tout en buvant du vin, ou bien en lisant un peu n’importe quoi. Les mots de Plath et de Ducharme restent ceux qui ont le plus bercé son imaginaire et c’est dans la poésie et les romans graphiques qu’elle savoure le plus son expérience littéraire. Féministe, elle apprécie énormément la maison d’édition Remue-Ménage pour ses œuvres puissantes et conscientisées.

Un commentaire

  1. Ping : Histoire d’O : Un roman graphique érotique qui ne laisse pas indifférent. | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s