Défis littéraires
Comments 2

Ce qu’on a pensé de nos lectures de pièce de théâtre #jelisunlivrequébécoisparmois

Peu de participation au défi de ce mois-ci! Ce qui vient démontrer toute la difficulté qui colle au monde du théâtre, on aime en voir, mais en lire, bof! Pourtant, il existe une richesse incroyable et un monde de lettres complètement fascinant à découvrir. Ça prouve que même un blogue de littérature peut s’améliorer en incluant plus de critiques théâtrales. À y remédier. 🙂

De mon côté, j’ai lu J’t’aime encore de Roxanne Bouchard. Cette pièce de théâtre m’a beaucoup touchée et plu. Racontant l’histoire d’un « vieux » couple et des questionnements que procure une relation à long terme, cette pièce de théâtre m’a fait rigoler à plusieurs reprises, mais m’a aussi émue et fait réfléchir. J’t’aime encore est une belle ode à l’amour qui dure, aux épreuves qui sont inévitablement là, mais à cette envie de continuer tout de même. Très beau texte de Roxanne Bouchard!

Marion a lu Les Grandes chaleurs de Michel Marc Bouchard

 « Je crois que je n’ai jamais autant ri à la lecture d’une pièce de théâtre. En juillet, dans un chalet d’été, on annonce de grandes chaleurs. Gisèle, quinquagénaire et veuve depuis peu, est en compagnie de Yannick, son amant de 20 ans, et elle tente de cacher à leur entourage sa nouvelle relation. Viendront leur rendre visite leur voisin Napoléon, qui passe son temps à réparer son chalet et à faire des blagues de mauvais goût, et les enfants de Gisèle, Louis et Louisette. Texte original du film sorti en 2009 avec Marie-Thérèse Fortier, Les Grandes chaleurs est « une comédie de l’amour et du mensonge » qui est hilarante à souhait. La pièce se lit d’un coup et rafraîchit. »

Karina a lu Baby Blues de Carole Fréchette

« Ce qui a fait en sorte que je choisisse cette pièce était son histoire. De m’imaginer toutes ces femmes réunies, parler de maternité, de leur rôle en société, mais surtout de leurs désarroi, me parlait. La pièce à un quelque chose de féministe qui est réussi. Ce que j’appréciais aussi c’était de retrouver cette femme de 30 ans, qui a son premier enfant et qui regarde autour d’elle et ne semble toujours pas avoir réussi, alors que c’est ce que la société espérait d’elle qu’elle fonde une famille. Tout comme sa mère, elle commence à entendre des voix, ces voix qui lui donnent le sentiment d’être encore plus seule. Elle voit sa petite sœur qui a une carrière et qui semble heureuse, alors que c’est tout le contraire. Elle voit sa tante qui est toujours sur le party avec ses voyages en Floride. Elle se demande ce que l’avenir lui réserve. On constate que toutes ces femmes ne sont pas heureuses, qu’elles ont peur. »

Advertisements
This entry was posted in: Défis littéraires

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

2 Comments

  1. Ping : Manifeste pour la lecture du texte dramatique | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s