Poésie et théâtre
Laisser un commentaire

Le second magazine papier des Filles Missiles : #pouvoirmagique.

féminisme, littérature québécoise, filles missiles, poésie,

10 février 2017. Lancement du deuxième magazine papier des Filles Missiles au Quai des brumes. Il est possible de voir certaines auteures au bar, devant le stand de vente, éparpillées un peu partout… Les femmes ne sont pas discrètes, elles prennent toute la place. Puis des sifflements, des cris, des gorges qui se déploient : une performance.

Le thème de ce second magazine est MAGIE.

Après les lectures, la soirée s’étire encore un peu, les gens se donnent des câlins, les esprits un peu plus embrumés que tantôt s’entremêlent et c’est dans le métro, direction Honoré-Beaugrand, que je commence ma lecture. (En pensant encore au one-piece rose vraiment #goal de Marie Darsigny)

17012438_1819625304965533_279262883_n

Malgré sa sombre couverture, l’intérieur du magazine déborde de couleurs. On dirait presque que des paillettes se déposent sur nos doigts en tournant les pages. Les illustrations sont signées par Véronique Lévesque-Pelletier, Camille Monette-Dubeau, Sophie Latouche (qui a aussi fait la couverture), Charline Bataille et Geneviève Lovestruck. Dans ces images, il est question du quotidien, de douceur, d’enjeux féministes (obviously), de rage et de femmes. Il y a même une superbe bande dessinée signée Julie Delporte (!!!). Les textes reflètent bien les sujets déjà bien présents dans le blogue des Filles Missiles : l’empowerment, la sexualité, la place des écrivaines dans le milieu littéraire, les diverses réalités vécues par les femmes (les rapports au corps, la place des femmes en général, la sexualité, etc.) et l’amour. J’adore la manière dont cet ensemble vient détabouiser les réalités décrites. Les auteures ne cherchent pas nécessairement à trouver mille façons détournées de dire une chose, et pour ça, j’admire leur aplomb (je pense notamment au poème d’Emmanuelle Riendeau).

« Il faut tinker

sur un esti de temps

pour déparler comme une vraie. »

Emmanuelle Riendeau

L’éditorial explique bien en quoi ces écrits sont importants : on laisse la voix des femmes s’élever, et c’est là que la magie des Filles Missiles s’opère. Ici, il n’est pas (seulement) question d’amour-vanille, de cutex (un peu, quand même) et d’autres clichés ~typiquement~ féminins (ark, ce mot), mais bien de ce que ces femmes veulent dire, et ce, de la manière dont elles désirent l’écrire.

Il y a un texte qui m’a particulièrement interpellée, et c’est celui de Daphné B. (qui fait partie du comité éditorial du magazine), titré La génération brisée. Elle propose une magnifique réflexion sur l’avenir de la poésie contemporaine et des réticences que les gens entretiennent quant à celle-ci. Son texte m’a énormément fait réfléchir sur la pertinence derrière les micros ouverts comme laboratoire littéraire (et non comme simple soirée funky-pédante comme trop semblent le penser).

« Lors d’un micro ouvert, il y a de la bonne et de la mauvaise poésie, mais il n’y a jamais de vraie ou de fausse poésie, de guillemets, et encore moins de définitions qui ne servent qu’à maintenir l’ordre établi. » 

  • Daphnée B.

capture-decran-2017-02-27-a-17-35-33

Évidemment que je recommande de lire et d’acheter ce second numéro des Filles Missiles. Si vous vous identifiez comme femme (ou non!) et que le fait d’entendre des voix qu’on cherche trop souvent à taire vous intéresse, c’est ici.

Trouvez-vous que le milieu littéraire québécois laisse peu de place aux écrivaines?

Le Fil rouge tient à remercier les Filles Missiles pour le service de presse.

Advertisements
This entry was posted in: Poésie et théâtre

par

C’est maintenant vingt-deux hivers que Marie-Hélène a vu passer et c’est toujours avec son cœur d’automne qu’elle les affronte. Elle en est à sa deuxième année au baccalauréat en Études littéraires à l’UQÀM. Elle aurait très bien pu faire son BACC en cinéma, puisqu’elle adore tout ce qui entoure ce milieu, mais elle a préféré se concentrer sur son doux amour de toujours : la littérature. Très heureuse dans son 4 ½ Hochelaguien, entourée de son amoureux Anthony et de son chat Cyrano (ou Bébé, pour les intimes), elle s’occupe en cuisinant tout en buvant du vin, ou bien en lisant un peu n’importe quoi. Les mots de Plath et de Ducharme restent ceux qui ont le plus bercé son imaginaire et c’est dans la poésie et les romans graphiques qu’elle savoure le plus son expérience littéraire. Féministe, elle apprécie énormément la maison d’édition Remue-Ménage pour ses œuvres puissantes et conscientisées.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s