Bande dessinée et roman graphique
Comment 1

Catel & Bocquet : redécouvrir Olympe de Gouges & Joséphine Baker en romans graphiques

Bande dessinée, Cartel Bocquet, féminisme , Olympe de Gouges, Joséphine Baker, le fil rouge, lefilrougelit, BD, femmes inspirantes, destin, féministes, portraits de femme

En novembre dernier, j’ai découvert sur Instagram que le duo Catel & Bocquet, bédéistes, avait créé des briques de romans graphiques (!) au sujet de femmes ayant marqué l’histoire. Ma curiosité avait été piquée. Or, le prix de chacun des romans graphiques (50 $) m’avait un peu rebutée, je me suis donc mise sur une liste d’attente à la bibliothèque et ce n’est que ce printemps que j’ai eu la chance de me plonger dans deux des trois œuvres réalisées par le duo : Olympe de Gouges et Joséphine Baker.

Publiés chez Casterman, ces deux romans graphiques m’ont permis de connaître davantage deux femmes exceptionnelles de l’histoire. J’avais pris un peu plus connaissance du destin complètement inspirant de ces deux femmes dans Culottées 1 et 2 de Pénélope Bagieu, mais c’est vraiment en lisant ces deux romans graphiques que j’ai découvert leur vie et leurs histoires. Ce sont deux femmes libres, avant-gardistes et profondément habitées de convictions de justice qui m’ont vraiment impressionnée et je resterai longuement marquée par ces lectures. Ces deux femmes se rejoignent dans leurs forces d’agir hors norme. Elles croient plus qu’à tout en leurs idéaux et valeurs, elles ont aussi élevé leurs voix contre le racisme tout comme elles étaient féministes, et ce, malgré les nombreuses années qui les séparaient.

Ce sont deux femmes que je n’ai malheureusement pas croisées dans mes cours d’histoire, mais que j’aurais aimé découvrir à l’école. Je me propose donc pour vous les faire connaître un peu aujourd’hui, en espérant que cela vous donne envie d’en apprendre encore davantage sur ces destins et ces femmes pleines de détermination.

Olympe de Gouge, pionnière du féminisme français

Née en 1748, Marie Gouze, de son nom de naissance, est l’auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Je me souviens avoir lu ce texte lors de mon cours d’introduction à la pensée féministe et avoir été marquée par l’année de publication de ce texte, 1791. C’était il y a tellement longtemps et pourtant ça me semble si actuel, si intemporel que de signaler encore et toujours l’importance de l’égalité entre les femmes et les hommes. Ce plaidoyer démontre tout le courage et la détermination dont faisait preuve Olympe de Gouge. C’était une femme libre, fortement audacieuse et qui n’avait pas peur d’élever sa voix dans une société où les femmes gardaient le silence. Sa vie se termine de façon complètement tragique, car elle a été exécutée à l’âge de 45 ans. Cette pionnière du féminisme français est une femme à découvrir sans aucun doute. Quoiqu’au départ, j’ai trouvé le roman graphique un peu mélangeant temporellement, car on sautait rapidement d’année en année, j’ai beaucoup apprécié cette lecture qui m’a permis de mieux découvrir la vie privée de cet incontournable du féminisme.

Joséphine Baker

Du côté de Joséphine Baker (1906-1975), on y raconte comment elle est devenue la première femme noire au succès international. Effectivement, cette danseuse venant de Missouri sera sélectionnée pour aller en France, danser sur les planches. Elle deviendra rapidement une star et le coup de cœur des Parisiens. Picasso, Cocteau et Simenon seront d’ailleurs fascinés par elle. En découvrant ce roman graphique, on comprend toutefois, qu’elle était bien plus qu’une artiste et qu’une femme de grand talent.

Elle s’est d’ailleurs engagée pendant la résistance de la Deuxième Guerre pour lutter contre la ségrégation raciale aux États-Unis où elle était loin d’être aussi bien traitée qu’en Europe. Elle retourne par moment dans son pays et se voit restreindre à utiliser des portes cachées pour entrer dans les hôtels ou les théâtres dans lesquels elle joue. Son art comme son engagement ne sera pas reconnu à sa juste valeur en Amérique où elle restera seulement une danseuse ordinaire. En 1963, elle participera au discours marquant de Martin Luther King (I have a dream) et son discours ne sera pas reconnu, et ce, malgré tous ses efforts et son courage contre la ségrégation raciale autour du monde.

Vous savez, mes amis, que je ne mens pas quand je vous raconte que je suis entrée dans les palaces de rois et de reines, dans les maisons de présidents. Et bien plus encore. Mais je ne pouvais pas entrer dans un hôtel en Amérique et boire une tasse de café. Et cela m’a rendue furieuse.

La tribu arc-en-ciel

Il s’agissait d’une femme pour qui la diversité était une force, un atout. Voilà pourquoi elle a adopté 12 enfants de nationalités différentes qu’elle a surnommées la tribu arc-en-ciel. Elle aimait aussi être entourée d’animaux et a fait de sa maison un refuge pour ses enfants, ses animaux et elle-même.

Joséphine Baker, c’est un nom que j’ai souvent entendu sans réellement en savoir plus, autre qu’elle était une danseuse exceptionnelle. Or, il y a plus, c’était une femme incroyablement fonceuse qui s’est tenue debout toute sa vie pour se faire respecter en tant que femme noire dans une société qui était fondamentalement raciste.

Et les illustrations?

En ce qui concerne les illustrations des romans graphiques, elles sont toujours en noir et blanc. Les auteurs, Catel Muller et José-Louis Bocquet, ont mis plus de trois années à créer une œuvre et je n’ai aucun mal à le croire. Il y a non seulement beaucoup de travail dans ces ouvrages de plus de 500 pages, mais aussi de la recherche. Les vies des deux femmes sont étudiées attentivement de l’enfance à la mort. De plus, chaque roman graphique contient de nombreuses pages en fin de bandes dessinées expliquant chaque année la vie d’Olympe de Gouge comme de Joséphine Baker de façon plus précise. Il y a aussi de nombreuses pages concernant les gens les entourant qui parcourent les œuvres.

En terminant, il y a un troisième titre au duo, il s’agit de Kiki de Montparnasse. Je vais certainement m’y pencher, car j’ai aimé en apprendre plus sur ces noms de femmes que j’entends parfois, sans réellement les connaître.

Et vous, avez-vous déjà eu la chance de lire une œuvre du duo Cartel & Bocquet? Avez-vous une suggestion pour moi d’œuvres racontant la vie exceptionnelle d’une femme?

Advertisements

Un commentaire

  1. Denise Thibault says

    Merci Martine! de nous faire connaître ces deux femmes d’ exception qui ont donné leur voix aux femmes de s’exprimer.Vraiment bien relaté et qui donne envie de poursuivre ces lectures, moi qui adore l’ Histoire, ce qui nous donne leur parcours bien souvent peu connu ou oublié.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s