Bande dessinée et roman graphique
Comments 4

Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent : Un projet culotté

Durant les vacances de Noël, je m’étais réservé à lire Les culottées de Pénélope Bagieu. J’attendais ce livre depuis vraiment longtemps et je n’ai fort heureusement pas été déçue. Des portraits de femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, ça m’attire beaucoup.

Pénélope Bagieu est une bédéiste française que j’adore. J’aime sa personnalité, sa façon de parler de littérature, et pour être tout à fait honnête, elle est une des figures qui m’a donné envie, à mon tour, de faire de la critique littéraire (et de créer Le Fil rouge) de façon accessible et légère. Vous pouvez l’entendre sur le site Madmoizelle où elle fait des chroniques BD. Quant à son art, il est aussi rafraichissant, drôle et engagé. Laurence avait d’ailleurs fait un article au sujet de son oeuvre, juste ici.

Avec Les culottées, Bagieu se lance dans une de ses oeuvres les plus engagées et féministes. Elle se donne le défi de nous faire découvrir des femmes exceptionnelles, trop souvent absentes de nos cours d’histoire. Elle nous raconte la vie de 15 femmes qui n’ont pas marqué l’histoire (contrairement à beaucoup d’hommes vraiment moins exceptionnels!) et qui pourtant sont admirables, fortes et souvent très en avance sur leur temps.

C’est grâce à ce bouquin que j’ai fait la découverte de Joséphine Baker et de Leymah Gbowee, deux femmes complètement incroyables que je veux apprendre à connaitre davantage. Les femmes sélectionnées par Bagieu ne viennent pas des mêmes époques et encore moins des mêmes pays. Ainsi, on y découvre la femme qui a inventé le maillot de bain féminin, une gynécologue de l’antiquité, une femme à barbe assumée, bref les récits sont divers et pertinents. Ces femmes m’ont touchée, m’ont fait frémir de fierté en les lisant, j’aurais tellement aimé les découvrir dans mes cours d’histoire ou du moins en avoir entendu parler dans l’imaginaire collectif. Je suis fort reconnaissante envers Pénélope pour ce travail de recherche et de tri, qui n’a pas dû être facile, tellement il doit exister de femmes exceptionnelles oubliées…

Les 15 portraits offerts par Pénélope sont illustrés avec brio et humour, comme à son habitude. L’objet en tant que tel est vraiment joli, coloré et donne envie de tout lire en une seule fois. Le livre turquoise, avec ses pages épaisses et de qualité, donne envie d’être feuilleté et oublié sur une table à café, histoire de se replonger dans des destins plus grands que nature, inspirants et franchement culottés!

Je me réjouis en sachant qu’un deuxième tome se prépare, car j’avais envie en refermant la bande dessinée de continuer à découvrir des portraits de femmes inspirantes et effacées. Toutes mes félicitations à Pénélope Bagieu pour ce vrai bijou qu’est Les culottées et pour toute la recherche historique qu’a dû demander ce projet.
culooooEt vous, quelles femmes auriez-vous ajoutées à cette belle liste de culottées?

les coffrets le fil rouge, boites à abonnement, les livres qui font du bien,

Advertisements
This entry was posted in: Bande dessinée et roman graphique

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

4 Comments

  1. Ping : Le problème avec les femmes – À relire | Le fil rouge

  2. Ping : Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent : un deuxième tome tout aussi pertinent | Le fil rouge

  3. Ping : Le problème avec les femmes | Le fil rouge

  4. Ping : Catel & Bocquet : redécouvrir Olympe de Gouges & Joséphine Baker en romans graphiques | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s