Réflexions littéraires
Comment 1

En attente du prochain…

le fil rouge lit, le fil rouge, le temps, l'attente, séries, game of thrones, Le Trône de Fer, George R.R Martin,

Je suis une grande impatiente. Rien ne m’énerve plus que de devoir attendre, et ce, peu importe dans quelle circonstance de la vie. Or, lorsqu’il s’agit de patienter pour la sortie d’un livre, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une suite, je deviens complètement intenable.

Évidemment, le tout a débuté avec la série Harry Potter. Tout commence toujours avec les aventures du sorcier dans mon cas. Je me rappelle parfaitement l’attente interminable qui me torturait terriblement entre chaque lecture. Quel temps perdu qu’est celui où je ne pouvais me mettre sous la dent les nouveaux mots de J.K Rowling! Dans ces moments pénibles, mon imagination débordante de gamine ne pouvait s’empêcher d’inventer des scénarios improbables pour la suite des choses.

Apparemment, plus nous vieillissons et moins nous changeons. Quinze ans plus tard, je me prête encore au même jeu. D’une part, je revis ce même sentiment d’attente, mais cette fois-ci avec l’oeuvre de George R.R. Martin. D’autre part, je me surprends à émettre moult théories sur ce qui attend les lecteurs dans le sixième livre de la série Le Trône de Fer, comme je le faisais à l’époque pour les péripéties se déroulant à Poudlard. Bref, je prends conscience qu’au fond de moi, je suis encore la petite fille pleine de rêves et d’étoiles dans les yeux qui se perd dans la lecture et ça, c’est bon pour le moral.

C’est que les sagas littéraires offrent de multiples possibilités. Le Trône de Fer met en scène des milliers de personnages (et ce n’est pas une façon de parler) qui s’aiment, qui se détestent, qui s’entretuent, qui se déchirent, et ce, sur des centaines d’années. Le nombre d’intrigues est pratiquement impossible à recenser. De fait, il devient facilement un passe-temps pour les admirateurs de l’oeuvre de s’imaginer les innombrables avenues que pourrait emprunter la plume de l’auteur dans sa folle poursuite. Et franchement, je pense sincèrement que ce loisir nous aide à oublier le fait que nous attendons encore et encore.

De surcroît, cette attente devient à un certain niveau rassembleuse. Elle permet qu’une collectivité se forme. Pensez à tous ces blogues qui voient le jour et sur lesquels des milliers d’individus partagent leur passion pour le sujet. Des pages web, telles que La Garde de Nuit ou Pottermore, deviennent de vraies bibles pour les fans qui sont assoiffés de nouvelles connaissances. Combien de fanfictions se basant sur l’univers du sorcier à la cicatrice en forme d’éclair ont été écrites? On ne peut les compter. Dix ans après la sortie du dernier livre, des théories sont encore imaginées à travers le monde. L’histoire n’a jamais fini de s’écrire. N’est-ce pas un peu magique?

Et même lorsque nous croyons véritablement que l’encre a terminé de couler, les écrivains et les écrivaines de ce monde arrivent encore à nous surprendre. J’ai vécu cela pas plus tôt qu’il y a quelques mois alors que j’apprenais que Philip Pullman, l’auteur de la saga À la croisée des mondes, s’apprêtait à publier une nouvelle trilogie qui s’incrustera à la série précédente. Quelle joie! Quelle surprise! Même quand nous ne pensons plus attendre, finalement nous attendons encore. En fait, nos vies de lecteurs insatiables se résument peut-être à des va-et-vient entre l’attente du prochain et la venue du petit dernier. Nous sommes, à notre façon, des personnages de récits. Nous sommes les passagers du papier, les voyageurs entre les lignes, les seigneurs du temps.

Et vous, qu’attendez-vous comme suite?

Crédit photo : Michaël Corbeil

Advertisements
This entry was posted in: Réflexions littéraires

par

Mais qu’importe l’éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l’infini de la jouissance?» (Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris) Les vers de Baudelaire auront été la source de son épanouissement en tant que bizarroïde de ce monde. La poésie, Marika la vit au quotidien à travers tous les petits plaisirs qui s’offrent à elle. Une grimace partagée avec une fillette dans le métro, la fabrication d’un cerf-volant dans un atelier strictement réservé aux enfants, un musicien de rue interprétant une chanson qui l’avait particulièrement émue par le passé, lui suffisent pour barbouiller le papier des ses pensées les plus intimes. Chaque jour est une nouvelle épopée pour la jeune padawan qu’elle est. Entre deux lectures au parc du coin, un concert au Métropolis et une soirée au Cinéma du Parc pour voir le dernier Wes Anderson, elle est une petite chose pleines d’idées et de tatouages, qui se déplace rapidement en longboard à travers les ruelles de Montréal. Malgré ses airs de gamine, elle se passionne pour la laideur humaine. Elle est à la recherche de la beauté dans tout ce qu’il y a de plus hideux. Elle se joint au Fil Rouge afin de vous plonger dans son univers qui passe des leçons de Star Wars aux crayons de Miron en faisant un détour par la voix rauque de Tom Waits et le petit dernier des Coen. Derrière son écran, elle vous prépare son prochain jet, accompagnée de son grand félin roux, d’une dizaine de romans sur les genoux et d’un trop plein de culture à répandre

Un commentaire

  1. Personnellement, moi aussi, je suis du genre impatiente. Ce que j’attends? Des réponses d’éditeurs pour la suite de mes deux premiers tomes. Et croyez-moi, pas plus facile, hihi!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s