Clubs de lecture
Laisser un commentaire

Club de lecture : L’événement et La femme gelée

lub de lectureRetirer un terme : bookclub bookclubRetirer un terme : féministe féministeRetirer un terme : club de lecture féministe club de lecture féministeRetirer un terme : Annie Ernaux Annie ErnauxRetirer un terme : la femme gelée la femme geléeRetirer un terme : L'événement L'événementRetirer un terme : les livres qui font du bien les livres qui font du bienRetirer un terme : le fil rouge lit le fil rouge litRetirer un terme : littérature française littérature françaiseRetirer un terme : Charge mentale Charge mentaleRetirer un terme : charge émotionnelle charge émotionnelleRetirer un terme : être mère être mèreRetirer un terme : écrire écrireRetirer un terme : écriture blanche écriture blancheRetirer un terme : autofiction autofiction

Dimanche, le 20 novembre.

Pour la seconde fois ce week-end, on se retrouve au Café Les oubliettes, après un arrêt au Salon du livre de Montréal. C’est la faim dans les talons qu’on arrive, en avance, au café, pour casser la croûte en attendant les participantes.

Pour cette troisième session, nous avions deux livres à l’étude, deux romans d’Annie Ernaux ; La femme gelée et L’événement.

C’était, pour certaines, un premier contact avec l’auteure.

Alors, avez-vous aimé? Qu’en avez-vous pensé? 

C’est assez unanime, Ernaux a plu à toutes. Nous avions suggéré de commencer les lectures avec l’ouvrage qui fut publié en premier, soit La femme gelée, et ensuite lire L’événement, pour ainsi comparer l’évolution dans l’écriture de l’auteure, mais…

Peut-on comparer les deux œuvres? 

Comparer deux œuvres d’une auteure, nous ne sommes pas les premières à le faire. Pourtant, ce n’est pas véritablement ce qui nous intéresse, finalement. Nous en venons à la conclusion que, outre les questions de forme, les deux livres ne se comparent pas.

« Non, il y a trop de différences dans les émotions ressenties »,  dit l’une des participantes.

Alors que L’événement est plus personnel et intime, La femme gelée semble être celui des deux ouvrages qui touche le plus les participantes. Les émotions y sont plus complexes, le ressentiment est palpable et nous porte plus au questionnement.

La femme gelée, encore d’actualité? 

Pour toutes, ce récit écrit en 1981 est encore d’actualité. Bien sûr, certaines choses ont changé, mais les questions de la charge mentale et émotionnelle, le sentiment de fond qu’apportent les obligations et le conditionnement social, sont encore des thématiques actuelles.

Plusieurs participantes ont d’ailleurs ressenti elles-mêmes le sentiment dont fait part Ernaux dans La femme gelée. S’en est suivie une longue discussion plus personnelle sur nos propres relations, sur nos conditionnements, nos vécus. Avec un roman tel que celui-ci, c’est évident que ce type de discussions, enrichissantes compte tenu des différents âges et vécus de chacune, allait prendre une grande place durant notre rencontre.

« Elle ne choisit pas sa vie, elle la subit », dit l’une des participantes. Nous sommes toutes étonnées de voir comment, malgré son enfance atypique, la femme se retrouve tout de même «gelée» dans sa condition de femme et de mère. Elle subit, croyant suivre le chemin de vie qu’il faut suivre et se rendant rapidement compte qu’elle n’y trouve que très peu de satisfaction.

Les écrits d’Ernaux, autofiction sociologique

Côté écriture, on note que L’événement est beaucoup plus concis; on part d’un point A à un point B de manière plutôt linéaire, sans pour autant perdre le ton et le style d’Ernaux. Dans La femme gelée, on sent qu’il y a moins d’aboutissement, davantage de détours; les phrases sont plus longues, le rythme est plus essoufflant. Peut-être que cet aspect contribue à cet effet de ressentiment qui émane de nos lectures.

Ernaux cherche toujours à être le plus juste possible et ça, on le ressent dans son écriture et dans ses propos. Elle parle d’elle pour parler du monde. Elle passe par l’intime pour aller au collectif. C’est, comme Martine l’indique, une écriture blanche. Ernaux elle-même utilise ce qualificatif dans son essai L’écriture comme un couteau.

Une écriture clinique, minérale, blanche, elle dit « plate ». Éviter, en écrivant, de se laisser aller à l’émotion. Mais elle avoue aussi le « désir d’écrire quelque chose de dangereux ».  

Justement, les notes sur l’écriture que l’auteure se fait à elle-même dans ses écrits est un élément qui a plu aux participantes. C’est un ajout intéressant, quelque chose qui joue dans cette idée de reconstruction du souvenir, qui est au cœur des écrits d’Ernaux.

Finalement, on peut dire que ce passage de l’intime au collectif a bien fonctionné avec nous. Grâce à ces deux romans, nous nous sommes questionnées sur nos propres vies, nos conditionnements, nos relations. C’est justement pour ce type de discussions enrichissantes et variées que nous avons voulu créer un club de lecture féministe, et je crois qu’on peut se le dire : mission accomplie.

 

 

Advertisements
This entry was posted in: Clubs de lecture

par

Le fil rouge est un blogue littéraire créé par deux amies, Marjorie et Martine, toutes deux passionnées par la littérature et par les vertus thérapeutiques de celle-ci. Notre approche face aux bouquins est liée à la bibliothérapie, car nous pensons sincèrement que la lecture procure un bien-être et que les oeuvres littéraires peuvent nous aider à cheminer personnellement. Nous tenons aussi à partager notre amour pour les bouquins, l’écriture, la création et sur les impacts positifs de ceux-ci sur notre vie et notre bien-être. Notre mission première est de favoriser la découverte de livres et de partager l’amour de la lecture, car ceux-ci peuvent avoir des impacts sur nos vies et sur notre évolution personnelle. Que ce soit le dernier roman québécois qui fait parler de lui, le vieux classique, le livre de cuisine ou bien même le livre à saveur plus psycho-pop, chez Le fil rouge, on croit fermement aux effets thérapeutiques que peuvent apporter la lecture et la littérature. Voilà pourquoi les collaboratrices et les cofondatrices se feront un plaisir de vous faire découvrir des bouquins qui leur ont fait du bien, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s