Littérature jeunesse
Comment 1

Le chemin de la montagne : des thèmes simples mais profonds à méditer

Dès le premier coup d’œil, je suis tombée sous le charme de l’album jeunesse Le chemin de la montagne, écrit et illustré par Marianne Dubuc et publié aux éditions Comme des géants. En le feuilletant, je me revoyais sur le sentier montagneux où nous allions marcher en famille durant la saison des couleurs, lorsque j’étais petite. Un pur bonheur de replonger dans ce souvenir d’enfance.

Un livre à savourer d’abord avec les yeux

Ce livre m’a d’abord frappée par la qualité des illustrations, mais aussi par son esprit contemplatif. L’image de la couverture est apaisante, son petit format me plaît beaucoup et sa reliure m’a tout de suite donné envie de m’en emparer. Il s’agit d’un très bel objet qui mérite selon moi d’être mis à la vue en tout temps (je l’ai d’ailleurs mis en facing dans ma bibliothèque personnelle). Mais ce dernier opus de Marianne Dubuc est beaucoup plus qu’un beau livre pour enfant.

Des thèmes simples qui invitent à la réflexion

L’histoire est touchante et j’ai tout de suite eu envie de plonger dans cet univers, ce qui est toujours bon signe. Madame Blaireau, qui a un certain âge, grimpe tous les dimanches la montagne se trouvant tout près de sa maison. Un jour, sur le sentier, elle rencontre un petit ami félin, Lulu, qui se croit incapable d’atteindre le sommet de cette montagne. Madame Blaireau, par sa ruse et en l’encourageant, lui permettra d’y arriver. Il l’accompagnera ensuite lors de ses randonnées, mais viendra un temps où elle n’y arrivera plus elle-même. Lulu ira donc chez Madame Blaireau à la fin de chacune de ses randonnées pour lui raconter ce qu’il a vu. Et la boucle se refermera au moment où Lulu rencontrera à son tour un petit curieux à guider pour atteindre le sommet de la montagne. Une belle manière d’aborder les sujets de la transmission des traditions à la relève, de l’entraide, mais aussi de nos capacités, qui sont parfois enfouies en nous et qu’on ne voit pas. J’ai été moi-même surprise de constater que l’histoire avait déclenché chez moi une réflexion sur ces thèmes.

Observer de plus près

J’adore le souci des détails dans les illustrations de l’auteure : la petite coccinelle sur une branche, les fleurs de pommiers qu’on peut presque sentir ou encore la petite feuille qui virevolte au vent. La nature est d’ailleurs mise de l’avant dans ce magnifique album, comme la plupart des œuvres de Marianne Dubuc. Je ne le cacherai pas, je suis mordue de ce genre d’ouvrages et je les achète pour moi, même si je ne fais pas partie de la tranche d’âge visée. De toute façon, j’ai dans l’idée qu’un livre peut plaire à n’importe qui; il n’en tient qu’à nous de savoir en tirer profit.

Et vous, quels sont les ouvrages qui font ressurgir des souvenirs d’enfance?

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : Le chemin de la montagne : des thèmes simples mais profonds à méditer « Le Bien-Etre au bout des Doigts

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s