Essais
Laisser un commentaire

La beauté sans cruauté : un guide accessible pour étendre sa compassion

le fil rouge, bibliothérapie, les livres qui font du bien, cruauté animal, véganisme, 21 jours, trécarré, la beauté sans cruauté, Marie-Noël Gingras, essai,

Il y a de fortes chances que vous vous soyez déjà fait dire : « Il faut souffrir pour être belle (ou beau!) », c’est d’ailleurs de cette façon que débute l’avant-propos rédigé par Sylvette Babin de ce livre, La beauté sans cruauté, petit guide pratique. Personnellement, je trouve qu’il s’agit d’une belle façon d’aborder la question; faut-il vraiment souffrir ou faire souffrir au nom de la beauté? À mes yeux et à ceux de Marie-Noël Gingras, autrice de ce guide, publié aux éditions Trécarré en mars, la réponse est claire : non.

C’est dans la continuité du guide Défi végane 21 jours, d’Élise Desaulniers, dont elle signait les recettes, que Marie-Noël Gingras a créé un véritable guide pour quiconque voulant éviter de participer à l’exploitation animale. Étant nouvellement végane et intéressée depuis longtemps par les produits plus naturels, je dois avouer que ce livre est une vraie bible à ce sujet et surtout, il démontre qu’il n’est pas si ardu de faire le choix d’avoir une routine de soin et de ménage entièrement respectueuse et sans cruauté. Il suffit de s’informer et de faire des choix en connivence avec ses valeurs et c’est exactement ce que propose ce guide et c’est réussi.

Saviez-vous qu’il n’y a toujours pas de loi qui protège les animaux des laboratoires au Québec (à l’opposé des 28 pays qui ont interdit de faire des tests de cosmétiques sur les animaux)? Les activités de recherches scientifiques font exception à la Loi sur le bien-être et la sécurité de l’animal, ce qui est révoltant en sachant qu’il existe des solutions de rechange efficaces non utilisées qui ne feraient pas souffrir inutilement les animaux. En apprenant cela et tant d’autres choses dans ce livre, je ne peux que souligner l’importance de la publication d’un tel guide au Québec.

Un guide pratique rempli de ressources

Ce qui m’a davantage plu, ce sont toutes les informations détaillées et essentielles que contient ce guide. L’autrice explique de manière accessible de quelles façons on peut s’assurer de consommer des produits sans cruauté. Pour s’y faire, elle nous parle des animaux de laboratoire, des tests effectués, des logos importants à reconnaître, du cas de la Chine et des produits d’origine animale qu’il est important de connaître. Cela en fait un véritable guide dans lequel on peut facilement retourner en cas de doute ou de questionnements à la pharmacie. D’autant plus que Marie-Noël offre à la toute fin une liste complète d’entreprises et de marques entièrement véganes et pour la plupart locales.

En abordant la question du maquillage, des soins pour la peau, des produits d’entretien ménager et de la mode, l’autrice fait le tour de toutes les sources d’exploitation animale et nous explique en quoi ces industries contribuent à exploiter les animaux.

La mission de l’autrice est claire avec ce guide : elle souhaite partager ses connaissances et inspirer ses lectrices et lecteurs à avoir un mode de vie sans cruauté. Avec tous les conseils et les faits qu’elle partage, Marie-Noël démontre qu’il est accessible de faire des choix éthiques. En ce sens, elle est une alliée inespérée et une figure inspirante qui démontre que le choix de ne pas participer à l’exploitation animale est un choix accessible et gratifiant. Sans jamais condamner l’acte, elle renseigne, décrit la situation et propose des actions concrètes et accessibles pour faire sa part.

Prendre soin de soi et des animaux

En continuité avec la mission de l’ouvrage, il y a un chapitre entier qui partage et présente des recettes naturelles, simples et sans cruauté. Que ce soit en partageant une recette de mascara, de nettoyant ou de fard à joues, ce livre joue un rôle essentiel en plus d’être lumineux, positif et mobilisateur. C’est une lecture rassembleuse qui éduque et aborde des problématiques graves auxquelles il est important d’accorder de l’attention, et elle donne aussi envie de prendre soin des animaux tout en prenant soin de soi.

Il [ne] faut pas [faire] souffrir pour être belle!

Finalement, je termine cet article en vous laissant quelques liens qui pourraient vous intéresser concernant ces questions d’éthique et de mode de vie sans cruauté :

8 suggestions de lectures sur le véganisme

S’habiller avec éthique

Et vous, avez-vous des suggestions de lecture qui abordent le fait d’avoir un mode de vie sans cruauté?


Le fil rouge tient à remercier les éditions Trécarré pour le service de presse.

Advertisements
This entry was posted in: Essais

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s