Bande dessinée et roman graphique
Laisser un commentaire

Un immense retour en arrière: Sakura, la chasseuse de cartes!

sakura card captor, mangas, littérature jeunesse, clamp, japon

C’est en tombant complètement par hasard sur un épisode du dessin animé Sakura  la chasseuse de cartes (ou Sakura Card Captor) que j’ai eu envie de relire les célèbres mangas (lus, relus et relus encore durant mon enfance), qui ont inspiré la série. Grande fervante des Sailor Moon, ce fut pourtant Sakura ma favorite: étant peu familière avec les mangas, ce fut justement la découverte de son univers qui m’a encouragée à entreprendre d’autres découvertes dans le même genre littéraire (qui malheureusement, comme nous le verrons plus bas, cela n’a pas vraiment porté fruit par la suite… Mais bon, j’aurai tout de même essayé!)

Qui est Sakura?

Le lecteur fait la connaissance de la jeune Sakura, étudiante résidant dans une ville fictive du Japon (Tomoyeda) en compagnie de son père et de son grand frère. Le quotidien de la jeune fille sera un jour chamboulé par une curieuse découverte qu’elle fera un après-midi dans la bibliothèque de son père: le livre de Clow, dont elle n’avait jamais entendu parler auparavant. En ouvrant celui-ci, plusieurs cartes s’envolent aussitôt par la fenêtre: le livre libère également une petite créature ailée du nom de Kero (ou Kerobero). Ce dernier révèle alors à Sakura qu’elle doit récupérer toutes les cartes échappées du livre, sans quoi leur perte déclenchera de malheureuses conséquences sur le monde qui l’entoure. Ces dernières possèdent un pouvoir ou des caractéristiques particulières. Sakura ne peut échapper à la quête puisque la responsabilité de réunir toutes les cartes revient à celui ou celle ayant ouvert le livre.

Comment expliquer la présence de ce livre dans l’une des pièces de la maison de cette jeune fille? Pourquoi faut-il absolument récupérer ces cartes? Quelles conséquences leur fugue auront-elles sur le monde si la jeune fille ne les retrouve pas? Sakura détient-elle sans le savoir des pouvoirs qui lui sont méconnus? C’est ce que vous découvrez en lisant les tomes…

cardcaptor-sakura-clear-card-anime

(source: Den of geek)

Mangas et réception critique

Les douze volumes seront donc en partie consacrés à la recherche et la capture de ces cartes, en compagnie bien sûr de Sakura, de son nouveau compagnon Kero, et de quelques camarades de classe, tels que Tomoyo et Shaolan Li. Le lecteur fera également la rencontre de divers autres personnages qui auront presque tous un impact important sur le destin de la jeune héroïne.

Semblable à l’euphorie générée par les Sailor Moon, Sakura Card Captor rencontra un véritable succès dès sa parution en 1996 par le groupe Clamp. Les aventures de Sakura furent tout d’abord publiées dans une revue destinée à la publication de mangas avant d’être publiées sous la forme de tomes, comme cela se fait souvent au Japon. Répondant à la frénésie autour de Sakura, au Japon comme partout dans le reste du monde, une série animée diffusée en 1998, deux films, ainsi qu’un jeux vidéo virent le jour. Les aventures de Sakura firent un grand retour en 2016 : ces dernières sont publiées toujours dans la même revue qui les a vues naître (Nakayoshi).

cardcaptor-sakura-screenshot-1

(source: Capsule Computers)

Coups de coeur 

  • Petite fille, j’adorais le personnage de Sakura. Joviale, intelligente, sensible, curieuse, un peu gauche à certains moments, déterminée et courageuse, je me suis rapidement attachée à sa personnalité et à son univers. Les autres personnages ne manquent pas non plus de charisme! (Kero et Tomoyo étaient également mes protagonistes préférés!)
  • C’est un point  auquel je n’avais pas vraiment pensé étant plus jeune, mais en relisant les tomes, je trouvais qu’il était vraiment rafraîchissant de voir une héroïne féminine aussi populaire à l’avant-plan dans le monde des mangas. Habituellement, les mangas les plus populaires ou que je découvrais le plus souvent en librairie mettaient presque exclusivement des personnages masculins en avant-plan. Ainsi, après la lecture des Sakura , je me suis familiarisée davantage avec les mangas de type «shōjo». En résumé, ces mangas se destinent principalement à un lectorat féminin et qui met évidemment en scène des personnages principaux féminins (les Sailor Moon en sont un exemple). 
  • Sakura et les autres personnages féminins ne sont pas non plus dénudées ou sexualisées, comme (malheureusement) il est fréquent de voir dans l’univers des mangas (pour plus d’informations à ce sujet, je vous réfère à cet article du quotidien Le Monde, qui aborde la représentation des femmes dans les mangas). Certes, il s’agit d’une histoire dédiée principalement aux jeunes, mais ça vaut tout de même la peine de le souligner.
  • L’originalité et la complexité de l’histoire: en apparence bien «ridicules» ou trop fantaisistes aux yeux de certains, les aventures dans lesquelles sont plongées Sakura et ses amis s’avèrent en réalité beaucoup plus complexes et réfléchies que ce que l’on est porté à croire au premier abord. L’oeuvre, accessible aux enfants, trouvera également son compte chez d’autres tranches de lecteurs (oui oui, même les adultes!). La série se concentre également énormément sur les relations interpersonnelles entre les personnages (l’aspect psychologique et émotionnel étant donc vraiment mis à l’avant-plan). Ce qui m’avait frappée petite fille était surtout la diversité de ces «types» de relations, ce qui m’était peu habituel de voir dans mes autres lectures, du moins quand j’étais beaucoup plus jeune (le béguin entre Lionel et l’ami du frère aîné de Sakura, par exemple).
  • L’esthétisme:  tout est extrêmement joli dans l’univers de Sakura! Les fleurs, les costumes que portent la jeune fille pendant ses «missions», la ville de Tomoyeda, la maison de Sakura etc. Bref, il s’agit d’un univers typique au genre shōjo!

Malheureusement, après la lecture des Sakura et des Sailor Moon, je n’ai pas réussi à trouver d’autres titres/histoires qui m’ont réellement captivée: pour être honnête, j’ai laissé tombé le genre en grandissant, en privilégiant les romans, les bandes dessinées etc. Toutefois, j’ai bien envie de retomber dans ce genre littéraire! Auriez-vous quelques suggestions? Ce n’est pas obligé d’être un manga shōjo, il peut s’agir de n’importe quelle série que vous affectionnez particulièrement!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s