Littérature jeunesse
Laisser un commentaire

Des papillons pis des fins du monde, pis bien du plaisir de lecture, encore!

Le fil rouge, le fil rouge lit, #lefilrouge, #lefilrougelit, Livres, bibliothérapie, littérature, Alexandra Larochelle, Des papillons pis des fins du monde, Libre expression, roman, humour, trilogie, littérature québécoise,

Je vous le dis, et ce n’est pas un secret: « J’ATTENDAIS CE LIVRE AVEC TELLEMENT D’IMPATIENCE! » J’avais écrit la date de sortie à mon agenda et je comptais les jours, pour vous dire. (Et j’ai mis pas mal de lectures scolaires de côté pendant les deux jours où je l’ai lu d’une traite, mais chuuut!)

Des papillons pis des fins du monde est le troisième (et dernier) tome d’une série écrite par Alexandra Larochelle. Des critiques ont préalablement été faites par Marjorie pour les deux premiers tomes (ici et ici), alors je ne m’attarderai qu’au troisième dans le cadre de cet article.

Dans ce tome, on retrouve avec plaisir le personnage attachant et haut en couleur de Frédégonde Hautecoeur (Fred, pour les intimes) à l’endroit même où le dernier livre l’avait laissée, c’est-à-dire sur le point d’aller assister à un show de musique avec Christo, son ex auquel elle pense toujours. Ce spectacle, de fait, renoue leur relation amoureuse. L’été passe ensuite comme un rêve pour le couple qui jure de ne plus jamais se lâcher et d’oublier le passé, quand Christo avait déménagé en France avec ses parents pour deux ans en laissant Fred par le même coup. Mais lorsque vient le temps des demandes d’admission pour l’université et que Fred souhaite s’inscrire dans un programme de cinéma à Montréal, les doutes resurgissent. S’ils semblent confiants de pouvoir garder leur relation à distance, c’est peut-être beaucoup demander pour deux jeunes adultes dont les vies deviennent, peu à peu, très différentes.

J’ai aimé ce troisième tome autant que les deux précédents. On retrouve avec joie l’écriture maitrisée de l’autrice, ainsi que son si incroyable sens de l’humour, mais aussi ses personnages vrais et ses intrigues bien ficelées. De plus, Alexandra Larochelle sait parfaitement doser les différentes émotions de son roman, ce qui en fait une œuvre travaillée et nuancée, presque sans défauts.

Encore plus, j’ai été très interpellée par la finale, qui n’est pas du tout celle de la comédie romantique par excellence. Ici, pas de réunion des amoureux séparés ni d’excès de bonheur avec tous les éléments de l’intrigue qui se délient dans les trois dernières pages. C’est avec doigté et maturité que l’autrice termine sa trilogie avec un décès – triste! – mais qui permet la réunion de pas mal tous les personnages, dans une cérémonie dont émerge surtout la paix et une réflexion sur la vie. Si Fred y revoit quelques-uns de ses ex – Christo, mais aussi Kendrix, l’amoureux volage du dernier tome -, elle ne ressent pas le besoin de se remettre en couple à tout prix et tout se termine vraiment pour le mieux.

Alexandra Larochelle termine avec ce livre sa trilogie à succès. Je suis un peu triste, je l’avoue. Je souhaite de tout mon cœur qu’elle se mette à l’écriture d’un autre roman, voire d’une autre série. Pour le moment, elle poursuit plutôt un projet pour les adolescent.e.s: le premier tome d’une trilogie parlant de hockey et de déménagement (je vous donne mon avis ici!)

Et vous, comment faites-vous le deuil d’une série ou de personnages que vous avez aimés?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s