Littérature jeunesse, Littérature québécoise
Laisser un commentaire

Anna Caritas : la bénédiction d’une bonne lecture

En ces temps froid, je me suis dit : « Pourquoi ne pas faire accélérer un peu, lire ici beaucoup, mon rythme cardiaque pour me réchauffer? » Et croyez-moi, cela a bien fonctionné avec ce premier titre de la série Anna Caritas de Patrick Isabelle. Un style dans lequel on est moins habitué de lire cet auteur, surtout après des livres comme la série Eux, la série pour plus jeunes Henri & Cie ou encore le roman pour adulte La danse des obèses. Mais il nous prouvera bien qu’il est autant polyvalent qu’un couteau suisse.

Un sacrilège de ne pas le lire

Ce premier tome intitulé Sacrilège nous plonge dans la vie d’adolescents du petit village de St-Hector perdu dans un coin du Québec. Un petit village perdu, mais qui possède un attrait majeur pour sa population, celui d’avoir l’une des écoles secondaires les prestigieuses du Québec.

« Oh wow! Mais quelle frayeur… Attention, j’ai presque peur… », que je vous entends penser.

Méfiez-vous. Après le retour au collège de la très controversée Marianne Roberts, un groupe d’amis décide, lors d’un party plate, d’interroger l’autre monde pour obtenir des réponses à leurs trop nombreuses questions, par le biais d’une planche de Ouija. Mais ne parle pas aux esprits qui veut, et ce groupe d’amis, composé de William, Sabrina, Anthony et Gabrielle, l’apprendra à ses dépends alors qu’il libère quelque chose qui aurait bien dû rester du côté des non-vivants. Une soirée qui se voulait agréable et inoffensive va se conclure en véritable catastrophe. Et c’est là que les ennuis et les frissons commencent. L’étrange impression d’être tout le temps observé, du mobilier qui bouge seul et qui tient dans un drôle d’équilibre, avoir l’impression que son amie est habitée par quelque chose de démoniaque… Toutes ces choses arriveront à nos héros et c’est bien entendu à eux de régler la situation.

Patrick Isabelle ou Harry Potter?

Patrick Isabelle, véritable sorcier de la création d’ambiance, nous plongera sans frayeur dans l’univers hors du commun du jeune William Walker. Jeune adolescent qui ne désire qu’aider ses amis, mais qui regrettera bien vite ses décisions. Un roman pour adolescents bien construit qui tiendra tout lectorat, adolescent ou non, au bout de sa chaise. Croyez-moi, les pages se tourneront aussi rapidement qu’un ventilateur tellement vous voudrez connaître la suite. Un début accrocheur, une quête poignante et une finale à faire dresser les poils de ses bras. Une formule magique? Non, simplement du talent.

Avertissement

Je tiens quand même à vous mettre en garde: si vous êtes d’ailleurs dans la catégorie des chochottes comme moi, je vous conseille de lire ce roman le jour. Je ne vous recommande pas de le mettre en lecture de chevet, car je peux vous assurer que l’esprit qui hante ce roman viendra aussi hanter vos rêves.

Et vous, serez-vous capable de lire ce roman même quand le soleil sera couché?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s