Essais
Comment 1

Dans À fleur de pots, les meilleurs onguents des Trappeuses

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, livres qui font du bien, À fleur de pots, les trappeuses, Marie Beaupré, Mariane Gaudreau, Audrey Woods, Les éditions de l'homme, cosmétiques maison, diy, écoresponsable, écologie, environnement, essai

«Tu sais que tu es grano quand… tu peux t’exfolier et récurer ta toilette avec le même ingrédient.»  (p.85)

C’est l’une des nombreuses petites pointes d’humour dont est parsemé l’ouvrage des Trappeuses, trois blogueuses qui sortent de l’ordinaire. À fleur de pots est présenté par ses autrices comme un «petit grimoire de cosmétiques maison». Le terme grimoire s’inscrit parfaitement dans le concept de «sorcières des temps modernes» qui colle à la peau des Trappeuses. Leur livre se veut un guide pour la confection de produits de soins maison, mais c’est aussi un outil de référence puisqu’on y retrouve une excellente vulgarisation de tout ce qui touche l’univers des cosmétiques.

Maîtriser le beurre de karité et l’huile d’olive

À fleur de pots est séparé en cinq chapitres, les trois premiers proposant une introduction aux termes, aux étapes, aux ingrédients et à ce qui peut nous motiver à plonger dans la confection de nos propres cosmétiques, tandis que les chapitres 4 et 5 sont consacrés aux différentes recettes. Le tout est conçu pour nous faire avancer un pas à la fois et, de mon point de vue, il est important de lire le livre en entier et dans l’ordre. Une fois qu’on est passé à travers, libre à chacun(e) de naviguer selon ses envies. Il ne faut pas se le cacher, fabriquer ses propres produits corporels doit être pris au sérieux: on en applique quand même sur notre peau par la suite. La prudence est de mise, ce que les Trappeuses rappellent d’ailleurs tout au long de leur ouvrage.

Pour le respect de la planète

La conscience environnementale qui émane du livre témoigne d’un désir fort de faire preuve d’écoresponsabilité. Les Trappeuses nous offrent une véritable bible et on peut y déceler toutes les recherches, les essais et erreurs, les réflexions au sujet de certains ingrédients, les substitutions possibles pour plus de respect environnemental, etc. On peut également consulter une liste des ingrédients à éviter parmi les produits achetés en pharmacie. Bref, on sent qu’elles ont fait leurs devoirs (pour qu’on n’ait pas à les faire!).

Les sorcières et les grand-mères seront conquises

À fleur de pots est agrémenté de magnifiques photos, réalisées par Marjorie Guindon, dont l’esthétique impeccable donne largement envie de se mettre aux chaudrons pour concocter notre propre macérât huileux! On retrouve, dans cet ouvrage, le côté remède de grand-mère, la tradition, le retour aux sources, le réconfort, la simplicité et, surtout, l’accessibilité.

Qu’on ait l’intention de fabriquer nos cosmétiques ou non, le livre des Trappeuses est une mine d’information; il nous conscientise sur l’industrie des cosmétiques et les autrices rendent le tout vraiment accessible pour le commun des mortels. On peut d’ailleurs affirmer qu’À fleur de pots nous invite à repenser nos petits gestes du quotidien, de la crème pour le visage au shampoing, en passant par le dentifrice. Parce que c’est important de savoir ce qu’on donne à notre corps.

Et vous, aimez-vous lire des ouvrages vulgarisateurs?

Un commentaire

  1. Ping : Dans À fleur de pots, les meilleurs onguents des Trappeuses | Le fil rouge | Le Bien-Etre au bout des Doigts

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s