Auteur : Marika Bellavance

Derrière le poisson rouge (partie 2)

Dernièrement, j’ai eu la chance de m’entretenir avec la pétillante Mélissa Verreault, auteure du livre «L’angoisse du poisson rouge», duquel j’ai rédigé une courte critique le mois dernier. Suite à notre rencontre, je peux vous dire une chose: Mélissa a un parcours impressionnant. Mélissa Verreault est née à Montréal, mais a résidé sur la Rive-Sud de Québec tout au long de son enfance. À l’âge de 19 ans, elle est partie étudier à Montréal, où elle a complété sa maîtrise en Création littéraire. Elle s’est ensuite éloignée de ses racines en allant vivre en Italie pendant quelques mois avec son mari, durant lesquels elle a tenu le blogue «Chroniques italiennes», maintenant appelé «Chroniques lévisiennes» depuis qu’elle est revenue habiter là où elle a grandi: à Lévis. L’auteure dit être passionnée par l’écriture depuis longtemps et admet avoir toujours été davantage attirée par le papier et le crayon que par la lecture. Déjà à sept ans, elle écrivait des petits recueils de poèmes pour le plaisir. Ses expériences dans le monde littéraire se sont ensuite multipliées au fil …

Tout commence avec un poisson rouge (partie 1)

Récemment, j’ai eu un coup d’cœur pour le dernier roman de Mélissa Verreault, « L’angoisse du poisson rouge », paru en 2014. J’ai lu beaucoup d’articles et entendu plusieurs critiques positives au sujet de ce livre qui m’ont donné envie de le lire à mon tour ! J’suis une fille curieuse (et légèrement influençable). Bref, j’ai pas été déçue. Le roman est divisé en trois parties. Dans la première, on apprend à connaître Manue, jeune femme moderne persuadée que sa vie n’est qu’une série de drames et de catastrophes. La deuxième partie raconte l’histoire de Sergio, soldat de la Seconde Guerre mondiale. La troisième (et dernière) est davantage axée sur Fabio, jeune homme italien venu habiter à Montréal. Ce qui m’a le plus impressionnée est le lien qui existe entre ces trois personnages, pourtant chacun si différent l’un de l’autre. Leurs chemins se croisent grâce à Hector, le poisson rouge de Manue. Plus précisément, après sa disparition mystérieuse. Il est le «personnage» le plus important du livre, celui qui les relie tous. Parce que, sans lui, les 446 …

Musique d’ici : Coco Méliès

Je suis amoureuse de la littérature, mais aussi de la musique. Surtout quand elle vient d’Québec. La relève musicale de notre belle province est une vraie p’tite mine d’or. Malheureusement, j’trouve qu’on l’oublie de plus en plus, notre talent d’ici. On l’a laissé un peu d’côté, on dirait. J’aimerais y remédier, c’est pourquoi je m’engage solennellement à vous faire découvrir un nouvel artiste ou groupe québécois chaque mois. En Avril, on écoute Coco Méliès, duo que j’ai découvert récemment et qui ne quitte plus mes oreilles depuis ce jour. Formé de David Méliès et Francesca Como, Coco Méliès est un groupe établi à Montréal qui a déjà commencé à faire son chemin à travers le Québec, la France et les États-Unis. Ils ont sorti leur EP, The Walking Birds, en 2014 et ont lancé seulement quelques mois plus tard leur premier album: Lighthouse. Certains les ont découvert grâce à l’émission OuiSurf, diffusée sur la chaîne Évasion, dans laquelle on a pu entendre quelques unes de leurs chansons. Personnellement, j’ai entendu leurs compositions par hasard sur …

Les histoires qui ont plusieurs vies

J’aime l’odeur du roman neuf fraîchement acheté à la librairie. Ça sent un mélange de pages qui viennent d’être imprimées et de mots qu’mes yeux ont hâte de lire. Par contre, avec ma passion pour la littérature, si j’achetais tout en magasin, mon portefeuille me ferait la baboune souvent. Heureusement, il existe une alternative pour combiner «bibliothèque garnie» et «compte bancaire heureux» : les librairies d’occasion. Elles sont si faciles à trouver. Si accessibles. Si abordables. Montréal est remplie de ces petites mines d’or. Détrompez-vous, elles ne sont pas uniquement réservées pour ceux qui ont un budget limité, au contraire. Tout l’monde gagne à y aller. J’adore me promener longtemps entre les longues rangées de livres pas chers. Je trouve qu’on a pas assez le réflexe de visiter ce genre d’endroits. Pourtant, on peut y faire d’excellentes découvertes. Il y en a pour tous les goûts. Évidemment, il faut souvent fouiller. Les librairies d’occasion sont parfaites pour les étudiants à la recherche de romans classiques pour leur cours de littérature. Personnellement, j’y ai trouvé la plupart de mes livres obligatoires. …

Le célibat, ou «vivre sur une île déserte»

Durant mon adolescence, j’ai lu les huit livres de la série Le journal d’Aurélie Laflamme plus d’fois qu’le nombre de doigts que j’ai sur ma main gauche. J’connaissais plein d’passages par cœur (surtout dans le premier tome, que j’avais étudié de A à Z parce que j’voulais FULL être choisie pour jouer Aurélie au cinéma, sachant quand même que j’allais pas être prise en raison de ma taille de nain d’jardin et de mon manque de talent en acting). Dans l’fond, le seul point commun qu’j’avais avec Aurélie Laflamme, ç’tait que j’étais un peu extraterrestre à mes heures. Des fois beaucoup, même. J’pense que c’est pour ça qu’j’ai aimé lire les huit romans à ç’point-là. J’arrivais vraiment à m’identifier à Aurélie (mais pas physiquement, vous aurez compris). India est bonne pour créer des personnages comme ça. Des personnages comme moi. Comme vous. Comme un peu tout l’monde. Mon bout préféré d’la série (après le french de Nicolas, quoique… Tommy…), ç’tait celui des post-it. J’avais même fait l’coup à ma mère, qui l’avait pas trouvé si …

Mon petit pot du bonheur

  58 jours. Ça fait 58 jours qu’on est en 2015. «Déjà ?», qu’on s’dit. Mais au fond, c’est pas beaucoup. Y’est pas trop tard pour commencer à s’remplir un bocal avec une collection d’sourires. J’fais ça depuis un peu longtemps. C’est devenu une tradition que j’perpétue à chaque 365 jours (ou 366 quand c’est une année bissextile, mais on s’obstinera pas pour une journée). Je m’explique. La vie nous garroche des moments poches en chemin pis on glisse dessus comme sur des peaux d’banane. Sauf qu’après être tombé, on n’arrête pas d’y penser. On pense à la fois où on s’est presque fait mettre à la porte de notre job. La fois qu’notre chum-ou-bein-blonde nous a laissé pour les bras d’quelqu’un d’autre. La fois qu’on s’est senti pas bon en s’comparant aux autres. La fois qu’on s’est ridiculisé en public. Avec tout ça, on oublie les p’tits bouts d’notre vie qui remontent nos coins d’bouche à la hauteur de nos pommettes gonflées. Ceux-là, on les range dans un tiroir de notre esprit pis on les laisse dormir …

On a jeté nos crayons

Aujourd’hui, j’ai écrit à la main sur une vieille feuille blanche qui traînait quelque part sur mon bureau, entre mon ordinateur et mon téléphone, pis j’me suis rendue compte que ça faisait vraiment longtemps qu’j’avais pas fait ça. Trop longtemps. Parce que, avouons-le, c’est rendu rare qu’on sort un stylo d’la poussière et qu’on laisse son encre couler sur un papier. C’est rendu rare, parce qu’on vit dans l’ère d’la fausse-vraie-vie virtuelle. On s’est créé un monde teinté d’émoticônes et de hashtags. Un monde dans lequel on rit avec trois lettres au lieu d’prendre le temps de trouver ça drôle pour vrai. « lol », ça va plus vite. La calligraphie de tout l’monde est rendue pareille parce que, au fond, on n’en a plus vraiment. On l’a tous perdue le jour où on a troqué nos crayons contre le claquement d’nos doigts sur un clavier. En 2015, on écrit tout l’temps. Partout. N’importe quand. N’importe où. Ç’qui pourrait quand même être quelque chose de pas mauvais, si ça nous déconnectait pas du vrai monde. Un cellulaire dans sa poche, un ordinateur à la maison, …