Réflexions littéraires
Laisser un commentaire

Edgar Allan Poe ou les lectures inoubliables

Il y a de ces auteurs qui nous marquent à différentes étapes de notre vie. Enfant, je me suis éprise de la lecture grâce aux J’aime lire, à la Courte Échelle, au Club des Baby-Sitters et aux Frissons. Préado, je me suis tournée vers Anique Poitras, Judy Blume et bien d’autres.

Puis, ado intense et très créative, j’ai découvert l’univers sombre de Poe qui convenait bien à la gamine contrariée que j’étais devenue. Le monde tel que je le connaissais changeait à vive allure, la vulnérabilité et la poésie des Nouvelles histoires extraordinaires m’allaient bien. J’ai dévoré ces nouvelles, un été durant, soir après soir avant de m’endormir et développé une fascination pour le personnage qu’il aspirait à être. Poe et moi, on se comprenait. Il maîtrisait l’art de mélanger le beau au moche, l’ingratitude de mon adolescence l’en remerciait.

À ma lecture, je le soupçonnais tourmenté et le cerveau toujours en ébullition, des questions plein la tête, tout le temps. Cet été-là, Poe me donnait la permission de vivre ma tristesse, mes réflexions et mes raisonnements pas très sensés. Ma solitude se trouvait vaincue, l’instant de quelques pages.

Je me souviens encore de cet été brûlant : les soirs de ciel rose et orangé, l’odeur de la pelouse fraîchement tondue et moi, qui ne pensais qu’à retourner m’enfermer dans ma chambre pour lire Poe. Parce qu’il me donnait le droit d’effleurer ma tourmente sans faire trop de dégât et me permettait de passer sous silence les méandres de l’adolescence.

Aujourd’hui, c’est une admiration sans bornes que j’éprouve pour son talent d’auteur et sa façon de disposer des mots et de composer avec le bon et le mauvais.

Indéniablement, les livres imprègnent chaque cycle important de notre vie, tant par les écrits que par les sensations qu’ils nous transmettent. Avec un peu de chance, les lectures sur lesquelles on tombe par hasard au cours de notre vie ont la possibilité de marquer d’une trace indélébile notre parcours et pourquoi pas, de le transformer.

Photo: Marjorie Belisle

Photo: Marjorie Belisle

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s