Féminisme
Comments 3

Manuel de résistance féministe, à mettre entre les mains de toutes les femmes

Au salon du livre de Montréal en novembre dernier, je me suis laissé tenter par beaucoup de livres, et le petit dernier qu’il me restait à lire est le suivant : Manuel de résistance féministe de Marie-Eve Surprenant publié chez les Éditions du remue-ménage.

Honnêtement, j’avais quelques a priori dans le sens où j’avais un peu l’impression que le manuel serait un guide pour les jeunes féministes. Bien que oui, l’ouvrage soit parfait pour les nouvelles féministes, il reste une source non négligeable de références et de faits qui concernent le féminisme. En bref, il s’adresse à toutes les féministes. Et bien honnêtement, à toutes celles qui ne le sont pas aussi, parce que j’aimerais bien voir le visage de lectrices à la suite de cette lecture et qu’elles osent dire qu’elles ne se considèrent pas comme féministes. On dirait que dans ma tête, c’est presque impossible. Le petit livre fuchsia regorge de données chiffrées ou pas qui démontrent la nécessité du féminisme dans notre société québécoise. Bien difficile de renier l’importance du mouvement féministe en refermant le livre. Voilà pourquoi je pense que ce serait un cadeau inestimable que d’offrir ce manuel à toutes les étudiantes qui entrent au cégep. Et pourquoi pas aux étudiants aussi!

Le but du bouquin est de pouvoir survivre en milieu hostile, lire ici, les moments où vous vous faites dire par des hommes ou par des femmes que le féminisme est désuet, qu’il n’est pas nécessaire et j’en passe. Marie-Eve Surprenant veut outiller les féministes à pouvoir riposter à leurs adversaires lors d’une discussion qui concerne les femmes.

Dans une première partie, Surprenant offre un vrai cours de Féminisme 101 et c’est tant mieux. Il ne faut pas oublier que les jeunes étudiantes, je m’inclus là-dedans, n’entendent pas parler de féminisme souvent avant de commencer des études supérieures. Ce fût mon cas et je me souviens avoir lu Comprendre le féminisme de Marie-Hélène Bourcier avec passion et attention pour bien comprendre les notions de base de ce mouvement. Le premier chapitre est donc tout indiqué pour apprendre aux lectrices qu’il existe DES féminismes. Elle offre aussi un bon survol sur l’histoire du féminisme au Québec, sur les mouvements et aussi sur les féministes d’avant-garde. Super pertinent. Et bien heureusement, il y a une section définition où des termes tels que patriarcat, misogynie, sexisme et socialisation sont expliqués.

Or, le but réel et la substance de l’essai se trouvent dans la deuxième partie. L’auteure répond aux mythes populaires au sujet du féminisme, et ce, toujours avec des faits véridiques et vérifiables. Que ce soit au sujet de la violence, du suicide, de la discrimination, de la politique, et j’en passe plus qu’une dizaine, Marie-Eve Surprenant offre à ses lectrices de multiples sources de réponses. Par exemple, lorsqu’elle traite de Femmes et pouvoir elle donne des faits pour répondre à des déclarations telles que : « Depuis que les femmes ont accès à la politique et aux sphères de pouvoir, leur représentation progresse de façon constante… »

Au final, Manuel de résistance féministe devrait être lu par toutes les féministes pour se sentir plus aiguillées, mieux renseignées et plus confiantes quant à des attaques. Personnellement, à plusieurs reprises dans ma vie, j’ai eu des conversations où je devais fournir des faits et démontrer que le féminisme est encore nécessaire et actuel et il n’est pas toujours facile de faire face à ces interlocuteurs souvent convaincus d’avoir raison. Or, cette lecture m’a donné encore plus confiance en mes convictions et surtout, donné des outils pour répondre aux objections. Bref, il y a bien des choses que j’ai apprises dans ce manuel de résistance, surtout que le féminisme est d’autant plus nécessaire qu’actuel.

Cliquez ici pour voir ce livre directement sur

Advertisements
This entry was posted in: Féminisme

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

3 Comments

  1. Ping : Une histoire de féminisme, d’égalitarisme et de Pokémons | Le fil rouge

  2. Ping : Nos suggestions d’essais pour le mois de novembre du défi #jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

  3. Ping : Nos suggestions de roman écrit par une femme pour le mois de mars du défi #jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s