Défis littéraires
Comment 1

Nos suggestions de livres tirés de la littérature autochtone pour le mois de juin du défi #jelisunlivrequébécoisparmois

Il est maintenant venu le mois de juin et cette fois je vous donne le défi de lire des livres tirés de la littérature autochtone. Pourquoi avoir choisi ce thème? Parce qu’il y a une grande richesse dans cette littérature et que je crois qu’il est important de la souligner. De plus, leur histoire est à connaître et nécessaire à notre culture. Et surtout, pourquoi avoir choisi le mois de juin pour représenter la littérature autochtone? Tout simplement parce que le 21 juin est leur journée internationale.

Les suggestions et/ou lectures des fileuses :

Matisiwin de Marie Christine Bernard sera ma lecture. Ça fait maintenant près de deux ans que ce roman attend d’être lu dans ma bibliothèque. C’était l’un de mes achats lors de l’événement  du 12 août j’achète un livre québécois. L’histoire que contient ce roman m’attire énormément et je crois que c’est parce que ça concerne les femmes et leur condition.

Martine : «En juin, je lirai L’amant du lac de Virginia Pésémapéo Bordeleau chez Mémoire d’encrier. Ce roman me semble être une belle histoire d’amour, pleine de sensualité et de désir. J’ai vraiment hâte de m’y plonger. Il s’agit du premier roman érotique écrit par une auteure amérindienne du Québec et cela pique ma curiosité!»

Clara : «Je vais lire Kuessipan de Naomi Fontaine.»

Nathalie : «Ça fait un bout que je cherche à mettre la main sur S’agripper aux fleurs, un collectif de haïkus écrit par trois femmes innues. Le titre m’interpelle vraiment, pis c’est intéressant que ce soit bilingue (français et innu).»

Marjorie : Je crois que je vais y aller avec l’une des suggestions de Karina et me plonger dans Ourse Bleue de Viriginia Pésémapéo Bordeleau. La description du livre est venue me rejoindre. Je crois que cette histoire de racines, d’identité et de territoire saura me toucher.

« Ce roman de Virginia Pésémapéo Bordeleau resitue la société amérindienne dans le contexte de la modernité, avec ses forces et ses déchirements, et met en lumière le profond humanisme de cette culture, à travers une quête identitaire qui, par son authenticité, rejoint l’universel. »

D’autres suggestions de lectures :

  • Un thé dans la toundra de Joséphine Bacon
  • La Saga des Béothuks de Bernard Assiniwi
  • Bâton à message / Tshissinuashitakana de Joséphine Bacon
  • Ourse bleue de Viriginia Pésémapéo Bordeleau
  • Aimititau ! Parlons-nous ! de Laure Morali

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : Ce qu’on a lu comme roman tiré de la littérature autochtone pendant le mois de juin #Jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s