Poésie et théâtre
Laisser un commentaire

Rencontre intime avec Geneviève B-Blain auteure de La cellule naïve

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, lecture, livres qui font du bien, la cellule naïve, Geneviève B-Blain, Éditions Omri, poésie

C’est à mon appartement que j’ai rencontré pour la première fois l’auteure Geneviève Bilodeau-Blain afin de discuter de la création de son premier livre La cellule naïve publié aux Éditions Omri et propulsé dans le monde à la Galerie BBAM le 11 mai dernier!

À la fin de notre rencontre officieuse, me demandant comment j’allais structurer les propos retenus, elle m’a lancé : « La bière est bonne, j’ai fait une psychose, voici mon recueil. » C’est pas faux, mais encore?

Ce recueil est présenté en trois parties, La Sournoise, La Plaie et L’Apothicaire, qui recensent chronologiquement l’événement de psychose sous un échantillonnage bien poignant. Voici le ramassis structuré de notre rencontre éclatée!

Ce qui l’a menée à l’écriture de ce recueil

Elle a d’abord été en contact avec la poésie et l’écriture grâce à son responsable de stage. Les deux passaient de nombreux moments à déterrer des mollusques sur les berges de Larochelle en Charentes-Maritimes, en France, terre de ses ancêtres. Ce professeur, aussi hôte pour un événement de poésie, l’avait aiguillée sur des poètes français.

C’est en pleine formation universitaire en biologie, empreinte d’une vision romantique et contemplative de la nature, qu’elle a grandement été inspirée par le concept du chaos et de l’héritage génétique. Lors d’un cours, on faisait la démonstration que les gênes des ancêtres portaient une histoire cumulative qui était transmise aux descendants, jusqu’à elle. S’écriant « Hérrriiitaaage! » en plein cours, magnifiée par ces concepts et en couple avec une personne tortueuse qui rabaissait ses capacités et talents, l’inspiration a vrillé en épisode maniaque.

Cet état, avant le diagnostic de psychose, est particulièrement pénible puisque souvent caractérisé d’hystérie chez les femmes. En cette période faste de projets qu’elle aurait souhaité engendrer, créer, entreprendre, on lui répondait qu’elle ressemblait trop à Jean Leloup.

La Sournoise

FullSizeRender 3

Pourquoi et où écrire?

Elle a finalement été internée, trois semaines. Isolée du reste du monde, on lui a conseillé un livre parlant de maladie mentale, Le drame de l’enfant doué. Ces enfants hypersensibles, qui incorporent trop d’informations, se retournent souvent vers la nature et développent, sur le tard, des troubles mentaux. En psychiatrie, elle s’est aussi rendu compte que plusieurs écrivaient de la poésie.

Après ce repos forcé, elle a su profiter d’un chômage pour partir trois mois en période d’écriture à l’Auberge à Trois-Pistoles. Entourée de punks militants écologistes, elle a affirmé sa voix, son militantisme à travers son art, son écriture et sa peinture. Lors de cette résidence d’écriture, un bateau accosté nommé « Héritage » a confirmé qu’elle était à la bonne place au bon moment.

La Plaie

la sournoise

« Les poètes sont pauvres, mais le monde nous appartient »

Au lancement, lors de son discours, elle n’a pu ignorer l’éléphant dans la pièce, la psychose, la raison pour laquelle quelque 150 personnes étaient là! Tenir un objet tangible qui représente cette période, créer du sens à travers les épreuves, lui a permis d’apprivoiser toutes les facettes de sa personne, sa petite créature maintenant connue grâce à une traversée houleuse. Ce lancement a aussi permis de constater sa capacité d’accomplir des projets jusqu’au bout sans demander l’approbation, sans attendre après personne. Pour la première fois de sa vie, elle s’est sentie accomplie comme femme.

L’Apothicaire

la suite des choses

« Commence par la fin »

Un recueil de poésie intimiste et puissant publié par une ambitieuse maison d’édition indépendante dont je vous avais entretenus plus tôt cette année. Le recueil est disponible chez plusieurs libraires (Euguélionne, Flèche Rouge, Verdun, Port de tête, Zone Libre) ainsi qu’en ligne chez Le Pressier.

la créature

Comment rester insensible envers une poésie si sentie? Est-ce que ce genre vous interpelle aussi?

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s