All posts tagged: québécois

Carcasses au crépuscule : une poésie franche, sans fioritures

      Impossible pour moi de rentrer dans une librairie sans acheter de livres. L’achat est inévitable, c’est l’une des seules folies financières que je me permets sans trop me sentir mal. Je me dis que ça rentre dans mes « dépenses d’études » puisque je suis à la maîtrise en littérature et que je dois ouvrir mes horizons littéraires afin de mieux construire ma propre voix, tsé. J’pense que c’est une bonne justification, en tous cas c’est celle que je me répète à chaque fois que je sors ma VISA. Sauf que parfois, on n’a pas ben le choix de couper dans nos dépenses. Heureusement pour moi, la poésie, ça coûte pas cher! (ou malheureusement pour la jeune wanna be poète que je suis… C’est selon). Ce mois-ci, ma débit était vide et ma VISA réticente à sortir de son cocon de (faux) cuir, mais j’ai craqué pour le recueil de poésie de Patrick Brisebois, publié aux Éditions de l’Écrou, Carcasse au crépuscule. Environ le prix d’un sandwich poulet sauce aigre-douce au Subway …

Bande dessinée, Bernard Fortin, Bibliothérapie, couple, Gamet Productions, Gilbert, hashtag, Henriette, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, Les dépassés, les livres qui font du bien, littérature, livre québécois, livres, on est dépassés, québécois, roman graphique, Séverine Dumais, sociofinancement, techno, technologie, websérie

Aidez Gilbert et Henriette à financer leurs découvertes

Ce n’est un secret pour personne, chez le Fil rouge, on est bien fan de tout ce qui est bande dessinée et roman graphique, surtout quand c’est créé au Québec. Alors j’ai immédiatement été emballée lorsque j’ai entendu parlé du projet Les dépassés, proposé par Gamet Productions, une jeune maison de production établie à Repentigny. De qu’est-c’est? Les dépassés, c’est une bande dessinée imaginée par l’illustratrice Sévrine Dumais qui met en scène Henriette et Gilbert, un couple de personnes âgées qui tentent tant bien que mal de se familiariser avec la technologie d’aujourd’hui. On a tous dans notre entourage une personne (vieille ou moins vieille!) qui éprouve des difficultés avec sa compréhension des réseaux sociaux et des différents appareils électroniques. On sait donc à quel point des mises en scène loufoques peuvent ressortir de ce genre d’anecdotes! Mais en plus d’une BD, Gamet Productions proposera bientôt une websérie où l’on pourra suivre ces deux personnages à travers leurs découvertes et (més)aventures, et c’est Bernard Fortin* qui assurera les rôles de script-éditeur et de consultant artistique. …

Sauf que j’ai rien dit… Le premier roman de Lily Pinsonneault = une laine réconfortante

Je venais de finir ma dernière session au bac en littérature de l’UQAM, cela devait faire des mois et des mois que je n’avais pas lu un livre par simple plaisir… Bref, mes antidépresseurs (et l’anxiété!!!) m’installaient dans un flou perpétuel et peu agréable qui me paralysait dans mes désirs de lectrice. Si je n’étudiais pas, je dormais. Bref, quand Marjorie – l’une des fondatrices du blogue – m’a offert le premier roman de Lily Pinsonneault pour en faire la critique, j’étais bien heureuse de pouvoir recommencer à lire pour le plaisir, mais aussi nerveuse à l’idée de recommencer à écrire… quelque chose (même si je commence ma maîtrise en création littéraire en septembre!). En un après-midi je refermais le livre : je venais de le terminer. En l’espace de quelques heures, j’avais lu le roman d’une seule traite. Disons que pour un premier roman, Lily Pinsonneault coupe le souffle. Voici ma (petite) critique de son roman Sauf que j’ai rien dit… Deux êtres humains qui s’effleurent à travers le temps. L’histoire (un peu classique, un peu …

Nos suggestions de romans québécois publiés en 2016 #Jelisunlivrequébécoisparmois

Martine Le livre que j’ai envie de vous proposer pour ce dernier mois de l’année est Okanagan de Sara Lazarroni. Publié cet automne, ce troisième roman de la jeune auteure a su me toucher et me faire voyager dans l’Ouest Canadien. Sara Lazarroni est une auteure que j’aime beaucoup, l’année dernière lors du défi, j’avais eu la chance de la découvrir par son deuxième roman Veiller la braise. D’emblée, sa plume tendre, poétique et incroyablement maitrisée m’avait touchée. Or, ce qui me fascine le plus chez Lazarroni est sa façon bien à elle de parler d’amour et de notre génération. J’ai souvent l’impression de me retrouver dans ses mots, dans ses pensées. Okanagan raconte l’histoire de Léa, une jeune fille perdue et à la recherche d’elle-même qui quitte son quotidien pour partir avec ses amis à Okanagan, cueillir des cerises. Le coeur brisé, mais habité d’un désir plus grand de vivre, ce roman a été notre choix du mois d’octobre pour nos coffrets littéraires et je dois dire que je le recommande vraiment à tout le …

GUÉDAILLES : ce zine féministe tellement nécessaire

Chaque mois, je salis tout ce qui touche à ma vulve. Mes bobettes blanches, vertes, roses sont tachées de rouge, comme si je les avais embrassées avec la plus grande passion. – Les Panthères rouges, GUÉDAILLES, p. 8. En célébrant le corps féminin et en détabouisant ses fluides, le premier fanzine du collectif subversif non mixte Les Panthères rouges, sauvagement intitulé GUÉDAILLES, nous offre une belle raison de faire gicler notre rage sur le patriarcat d’une voix forte et solidaire. D’une quarantaine de pages, ce zine réunit les voix et les images d’une quinzaine d’artistes désireuses d’essuyer du revers de leurs griffes les litres de male tears qui ne cessent de couler sur nous toutes. Dans le cadre d’une courte entrevue virtuelle, les Panthères – trio composé de Catherine Dupuis, Kim Venn et Stéphanie Roussel – expliquent que l’élément déclencheur derrière la création de leur collectif fut l’Ostie de grosse soirée de poésie subversive organisée par la revue littéraire Main Blanche dans le cadre de la grève de 2015. Mais depuis, pourquoi ce nom les Panthères rouges? S : …

Sucre : vérités amères et conséquences salées

Lorsque Bernard Lavallée, le nutritionniste urbain, a publié une photo sur instagram du livre Sucre, écrit par Catherine Lefebvre et tout récemment paru chez Édito, j’ai tout de suite su que je devais me le procurer. Le titre m’a accrochée avec sa référence au jeu populaire qui finit souvent mal, Vérité-conséquence, et les illustrations de la couverture avaient tout pour me charmer. Arrivée en librairie, j’ai été un peu plus réticente dû à l’épaisseur du bouquin. Bien naïvement, je m’attendais à ce qu’on me dise Le sucre c’est mal! alors je me demandais jusqu’à quel point un ouvrage d’un pouce d’épaisseur pouvait être pertinent… Finalement, le livre est très bien présenté; séparé en différentes parties, il est difficile de s’y perdre, contrairement à ma crainte du départ. On y retrouve quelques fois de magnifiques photos de travailleurs sur des cultures de canne à sucre, ainsi que de très jolies petites illustrations qui évoquent les confiseries. La toute première partie est clairement celle que j’ai le plus appréciée. L’auteure y raconte l’Histoire amère de la canne …

Quatre illustratrices et illustrateurs à (re)découvrir pour garnir l’imaginaire!

Comme je dois souvent être à mon bureau pour y écrire, il m’arrive de lever le nez de mon écran et de promener mon regard autour de moi, histoire de (peut-être) y trouver quelques inspirations. Je ne sais pas pour vous, mais le fait d’accrocher devant moi quelques images/prints m’aide souvent à relaxer, à réfléchir et parfois même, à créer. Ces illustrations me permettent de contempler un autre travail que le mien, tout en contribuant à alimenter mon propre imaginaire : c’est beau, chaleureux, inspirant et ça remplit de vie et de couleurs un bureau (ou tout autre endroit) qui semble bien souvent négligé. Au Québec, nous sommes vraiment choyés artistiquement parlant! Une foule d’artistes s’éclatent dans des genres complètement distinctifs les uns des autres. Bref, n’importe qui peut y trouver son âme sœur créative. Pour vous, j’ai trouvé quatre illustratrices et illustrateurs made in Quebec qui font des œuvres vraiment superbes. Ana Roy Anabel Jolin-Roy est une jeune Montréalaise qui est récemment sortie (en 2015!) de son programme d’étude en graphisme. Ses dessins sont épurés, …

Redonner ses lettres de noblesse au français québécois

Avec un titre comme La Langue rapaillée – Combattre l’insécurité linguistique des Québécois, Anne-Marie Beaudoin-Bégin avait toutes les chances d’attirer mon attention (en cette journée où je m’étais promise d’entrer dans la librairie, acheter le dernier de Moutier et repartir aussitôt)! Et le contenu n’avait rien pour me décevoir. La préface de Samuel Archibald donne l’eau à la bouche et dès que j’ai commencé la lecture de cet essai, je me suis sentie interpellée. Tout au long de ma lecture, je comprenais et analysais des situations qui ont lieu dans ma vie quotidienne et j’ai même quelques fois été émue. C’est que, voyez-vous, je suis une grande amoureuse de la langue française. Et j’adore l’accent québécois que je voudrais bien qu’on accorde toujours au pluriel : les accents québécois, tous riches et différents, tous fiers représentants de leur région. Je ne vous ferai pas de résumé exhaustif car le livre est assez court, 114 pages. Beaudoin-Bégin se permet de détruire les fausses croyances qu’ont les québécois quant à leur langue, leur français «moins bon» que …