Littérature étrangère
Laisser un commentaire

Paris et le paradis des livres

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien éric reinhardt La chambre des époux rentrée littéraire littérature française

Paris et la littérature. Il y a tant de choses à en dire. La Ville Lumière ne laisse indifférent aucun amoureux des livres. D’abord, parce que de nombreux romans dans l’Histoire y font référence, mais surtout parce que c’est un carrefour culturel par excellence.

J’ai eu la chance d’y retourner quelques jours à la fin du mois d’août. Je vais à Paris tous les 2-3 ans depuis mon enfance.  C’est toujours de joyeuses retrouvailles pour moi. C’est la ville d’origine de mon père; ma sœur y vit depuis 10 ans et certains de mes cousins y habitent également. Chaque fois, mon séjour est marqué de beaux repas familiaux (bien copieux et arrosés!).

Par contre, dans mon cœur, j’y ai surtout rendez-vous avec ma chère littérature.

Il y règne une ambiance qui pousse à la création; un je-ne-sais-quoi qui donne envie de se nourrir uniquement d’écriture, d’art et d’eau fraîche (avec un peu de vin aussi). C’est sûrement dû aux terrasses invitantes qui foisonnent partout, à l’architecture somptueuse qui a inspiré tant d’artistes et aux sublimes musées et généreuses salles d’exposition.

 

librairie paris

Mais cet élan est surtout, dans mon cas, provoqué par la présence de centaines de petites et grosses librairies.

À Paris, des livres, il y en a partout.

Alors forcément, ça donne envie de plonger dans tous ces bouquins, de s’inspirer de ces univers littéraires et de créer à son tour.

 

Difficile de savoir combien de librairies compte Paris.  Environ 550 (en 2011) pour le Motif, observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France, 756 (en 2014) pour l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR). On en croise dans chaque quartier. Des librairies ultras spécialisées comme des librairies grand public. Des librairies polonaises, québécoises, italiennes, mythiques, révolutionnaires. On en trouve qui proposent des livres anciens, des livres d’arts, des livres de voyage, des livres grand format, des livres historiques…

Impossible de séjourner à Paris sans passer par la fameuse et gigantesque librairie de livres usagées : Gilbert Joseph. Ce magasin fait tout un carré de rue et s’étale sur plusieurs bâtiments. On peut y trouver de tout à prix d’or.

 

Si vous êtes férus de livres usagés, les petits kiosques du bord de scène vous charmeront aussi à coup sûr.

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien éric reinhardt La chambre des époux rentrée littéraire littérature française

De mon côté, mes préférées restent les petites librairies dans une petite ruelle qui ne paient pas de mine, mais offrent un choix merveilleux.

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien Eric reinhardt La chambre des époux rentrée littéraire littérature française

Ainsi, dans mes choses essentielles à faire à Paris : flâner dans une librairie de quartier. Puis, alors qu’on pensait acheter seulement un livre, ressortir finalement avec « un peu trop » de bouquins.

Cette année, j’y étais pour le début de la rentrée littéraire.

Je me suis procuré La chambre des époux d’Éric Reinhardt. L’écrivain est surtout connu pour son roman Cendrillon sorti en 2007 et dans lequel il croisait les destins de quatre personnages dans une histoire inspirée du conte. Je ne l’ai pas lu, mais cette fois-ci, la quatrième de couverture de son nouveau roman m’a plus inspirée.

 

DSCF8811

 

Nicolas, compositeur de musique, apprend que sa femme Mathilde est atteinte d’un grave cancer du sein. Mathilde lui demande de finir de composer sa symphonie pendant qu’elle se bat contre sa maladie. Sa femme guérit et la symphonie est un succès mondial. Nicolas doit apprendre à vivre avec une nouvelle réalité : la peur que sa femme rechute, la crainte de la perdre pour toujours, les enjeux de célébrité dans le monde, la nécessité de se remettre à créer alors qu’il a produit une pièce musicale sans précédent dans un contexte très spécial.

L’écrivain compare l’histoire de ce compositeur de musique avec la sienne, puisque c’est une situation similaire qu’il a vécue lors de la création de Cendrillon. Le roman jongle donc constamment avec l’autobiographie et la fiction. C’est vraiment intéressant de lire au sujet du processus de création : comment recommencer à écrire après avoir créé le roman de sa vie. L’auteur est épuisé et ne désire que s’effacer de la vie sociale et de celle de l’écriture. Il a tout donné pour sauver sa femme avec son roman et ne sait plus quoi faire maintenant, mis à part avoir peur du vide de l’avenir.

Par contre, je me suis rappelée à la lecture pourquoi ces dernières années, je m’étais plutôt tournée vers la littérature québécoise. Beaucoup des écrivains français contemporains ont tendance à abuser de phrases sans fin et d’explications un peu trop prononcées, ce qui donne une certaine lourdeur au récit.

Cependant, c’est une histoire très touchante et captivante qui traite de questions très dures, mais importantes : la maladie et le couple, continuer à aimer après avoir vu sa femme dans un contexte terrible, s’épuiser dans la création, la dépression des artistes…

À lire sur une terrasse parisienne!

Et vous, avez-vous déjà bouquiné à Paris? Avez-vous des adresses préférées?

EnregistrerEnregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s