Poésie et théâtre
Laisser un commentaire

Mes découvertes théâtrales à l’université (Partie 1)

Elfriede Jelinek, Anton Tchekhov, Odon von Horvath, La Mouette, Drames de princesses, La jeune Fille et la Mort, Don Juan revient de la guerre, le fil rouge, le fil rouge lit, bibiothérapie, les livres qui font du bien, théâtre, le Livre de Poche, l'Arche, lecture, les femmes au théâtre, université, littérature

J’étudie à l’université en écriture de scénario et création littéraire, ce programme bi-disciplinaire est constitué à 50% de cours orientés vers la littérature, puis l’autre moitié vers le cinéma. Lors de mes cours de littérature, je me suis principalement dirigée vers les cours de dramaturgie pour les cours à choix. À mon plus grand plaisir, je suis tombée en amour avec le genre, je trouve que l’évolution de cette forme d’écriture est passionnante. Dans cet article je vous présente mes coups de cœur à travers mes découvertes théâtrales au cours de mon bac.

La mouette de Tchekhov

De tout ce que j’ai lu de littérature russe, j’en ai toujours apprécié la lecture. Il n’est donc pas étonnant que La Mouette d’Anton Tchekhov soit l’œuvre dramaturgique que j’ai le plus appréciée au cours de mon parcours scolaire jusqu’à maintenant. C’est une histoire de famille, une histoire de triangle amoureux, une histoire de passion. L’art devient le nœud de l’histoire, chacun aspire à se découvrir et réussir de leur passion. Nina veut devenir actrice, Treplev cherche la reconnaissance de sa mère et Trigorine, auteur populaire, est le plus grand critique de ses œuvres. La mouette devient un symbole de l’histoire. J’ai tout simplement adoré ma lecture, elle est riche au niveau du contenu; l’auteur créé une critique sociale du statut de l’auteur et de l’art. Puis, la prose du texte se distingue par la richesse des métaphores.

« Une jeune fille passe toute sa vie sur le rivage d’un lac. Elle aime le lac, comme une mouette, et elle est heureuse et libre, comme une mouette. Mais un homme arrive par hasard et, quand il la voit, par désœuvrement la fait périr. Comme cette mouette »

Drames de princesses, La jeune Fille et la Mort de Jelinek

L’auteure de La Pianiste, transforme dans ce recueil, cinq pièces inspirées de personnage que l’on connaît, ayant existé ou non. Blanche-Neige, La Belle au bois dormant, Rosamunde, Jackie et Le Mur, sont des pièces originales et extravagantes. La Belle au bois dormant et Jackie, sont les deux pièces que j’ai le plus appréciées du recueil. La Belle au bois dormant se différencie énormément du conte original. Il faut la lire pour le comprendre. Des costumes de lapin sont intégrés et le caractère sexuel est constamment présent, car le prince veut sexuellement posséder celle qui vient de se réveiller. La pièce est choquante, mais intéressante. Jackie est une pièce complètement différente. C’est un long monologue de Jackie Kennedy, à l’approche de la mort. Elle explique l’importance de ses vêtements et comment ils contribuent à ce qu’elle est. Le tout est divinement bien écrit.

« Mes vêtements étaient plus individuels que mes paroles, vous comprenez, alors qu’ils n’étaient que lignes, la forme fondamentale, tout cet apparat n’était qu’artifice, sobre, essentiel. » (Jackie)

Don juan revient de la guerre de von Horváth

J’ai déjà consacré un article complet à cette pièce, mais je trouve important de l’intégrer dans cet article, car il fait définitivement partie de mon palmarès des meilleurs œuvres dramatiques que j’ai lues à ce jour au cours de mon bac. C’est une pièce qui raconte l’histoire de Don Juan qui revient de la guerre. Il fait face à une société complètement changée et se retrouve dans l’impossibilité de s’y adapter. Il se retrouve dans un néant de nouveauté et fait face à son passé, un amour perdu. Teintée d’expressionnisme, cette pièce fait remonter à la surface les défauts humains. C’est la création d’un mythe désenchanté.

« Il est toujours malade, sinon il serait déjà là. Il écrit qu’il a été gravement blessé et qu’alors seulement il a senti que l’on n’appartient qu’à une femme. C’est ça, monsieur avait peur de l’enfer et s’est promis de tout réparer. »

Voici donc trois de mes six coups de cœurs d’œuvres dramaturgiques que les professeurs de mes cours de théâtres m’ont ‘’obligée’’ à lire. Je tiens tout de même à prendre le temps de mentionner que l’œuvre de Jelinek est la seule œuvre d’une femme qui m’a été permis d’étudier jusqu’à maintenant dans mes cours de théâtre. J’aimerais voir plus de diversité dans le corpus d’œuvres à étudier, plus de femmes, car elles sont définitivement présentes dans la sphère théâtrale, et je crois qu’il est primordial qu’on leur accorde leur importance.

Avez-vous également des coups de cœurs littéraires que l’école vous a fait découvrir?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s