Au-delà des livres
Comments 3

Défi minimaliste: bilan d’un mois inachevé

becomingminimalist.com

becomingminimalist.com

Le titre dit tout, je n’ai pas terminé le défi.

Pourquoi? Et bien je n’étais pas vraiment préparée, je n’ai pas pris le temps, c’était plus dur que ça en avait l’air.

En débutant le défi, je me disais que le minimalisme c’était vraiment une question matérielle, que une fois que j’aurai réussi à me défaire de quelques unes de mes possessions, j’aurai réussi. C’était plutôt naïf de ma part et j’ai réalisé, au cours de février, que le minimalisme, c’est beaucoup plus que donner la moitié de son linge et de ses livres.

Au fil de mes lectures et des vidéos que j’ai écoutés, j’en ai appris plus sur ce qu’était et représentait le minimalisme et surtout, ce qu’est le minimalisme pour moi. En ce sens, je dirais que ce défi est réussi.

Il est clair que, pour ce qui est du défi lui-même, je n’ai pas vraiment réussi. J’en retire tout de même beaucoup et je n’ai pas fini d’explorer cette philosophie de vie. Je ne sais pas encore totalement quel forme tout cela va prendre. Pour le moment, j’en suis encore à faire le tri de mes biens matériels et laissez-moi vous dire que la quantité de trucs dont je ne me sers pas est assez phénoménale et s’en départir m’enlève un espèce de poids sur les épaules. Plus de place et surtout moins de stress et de culpabilité si j’achète quelque chose de nouveau en pensant que j’ai déjà tout plein d’autres trucs chez moi. Ça ne veut pas dire que je me donne le droit d’aller dépenser pour remplacer tout ce que j’ai donné, loin de là. Ça me fait plutôt réaliser tout l’argent perdu dans des trucs que je n’ai jamais lus et ne lirai jamais ou bien dans du linge que je n’ai porté qu’une fois, etc.

Le minimalisme, c’est aussi, et majoritairement, ce qui se passe entre les deux oreilles. Mieux choisir les pensées auxquelles on donne de l’importance, ne pas laisser sa tête se remplir de tout un tas de trucs inutiles (je ne parle pas de fun facts, mais plutôt d’angoisses et de négativité). Bref, c’est un aspect du minimalisme que j’essaie, tant bien que mal, d’explorer. Je vous tiendrai fort probablement au courant, au fil de mes avancements.

En attendant, je vous laisse à quelques uns de mes liens favoris sur le sujet.

P.S  Les liens sont tous  en anglais.

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

3 Comments

  1. Ping : L’esprit minimaliste |

  2. Avez-vous reluqué du côté du stoïcisme ? Une philosophie, une pratique de vie qui s’apparente un peu à ce que vous semblez rechercher.

    Il faut convenir : pas facile comme démarche, qu’on la qualifie de stoïque ou de minimaliste ?

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s