Au-delà des livres
Comment 1

L’esprit minimaliste

e6b22a14afe2b4380904f40e2347095d

Artiste : Guy Billout

Si vous suivez un peu le blogue, vous savez probablement que j’ai commencé à m’intéresser plus sérieusement au mode de vie minimaliste. Si vous tombez sur cet article par un heureux (je l’espère) hasard, voici les articles précédents que j’ai écris à ce sujet.

Malgré ce défi, j’en suis majoritairement encore à la phase informative, soit réunir le plus d’informations possible sur le sujet et les mille et une façons de pratiquer le minimalisme. Parfois, je me dis que c’est un peu ridicule, que je devrais juste me « lancer » et que j’étire le temps en faisant lectures après lectures au lieu de poser des actions plus concrètes face à ce changement. Par contre, «être minimaliste», réduire ses possessions, vivre mieux avec moins, c’est aussi tout un processus qui se passe dans la tête.

Au début, naïvement, je me suis dit que j’allais réduire mes collections de livres (et oui!), de maquillage, de linge et que, tout à coup, avec un peu de ménage, j’allais adhérer à une toute nouvelle philosophie de vie. N’importe qui s’y connaissant un peu plus aurait facilement pu me dire que je penchais un peu trop vers la «pensée magique».

Une fois les pieds sur terre, j’ai vu l’ampleur de la tâche et je me suis découragée un peu,  ça commence mal quand on appelle un intérêt une tâche, non? C’est pourquoi j’ai pris un peu de recul et je me suis demandée ce qui me poussait vraiment à vouloir faire ces changements, ce que cela pourrait concrètement m’apporter et surtout, comment je pourrais passer d’un point à l’autre sans sauter d’étapes.

J’ai décidé que, pour moi, le minimalisme était une façon d’être un peu moins stressée, de me sentir plus calme et d’avoir un «contrôle» plus sain sur mes dépenses et mon quotidien et ce, autant de manière concrète que mentale.

L’esprit minimalisme est, à mon avis, une des étapes les plus importantes vers ce type de changement. Un peu comme quelqu’un qui devient végétarien, qui décide de déménager dans une tiny house ou bien qui décide de se donner corps et âme dans un art ou dans un sport, tout commence par l’état d’esprit, la préparation mentale.

Le minimalisme entre les deux oreilles c’est quoi? Comme il y a autant de types de minimalisme que de gens qui le pratiquent, je ne peux parler que pour moi.

Dans mon cas, ça passe par

  • Désencombrer ses pensées. Je ne parle pas de chasser toutes pensées négatives et d’appliquer une certaine rigidité sur ce qui se passe dans votre cerveau, mais plutôt d’apprendre à observer ce qui se passe pour mieux comprendre vos pensées. Ça signifie aussi de prendre une chose à la fois et de ne pas vouloir aller trop vite, du genre penser trop vite, tout le temps, sans arrêt. Pour moi, cette pratique se fait à travers la méditation en pleine conscience (dont je n’aime pas le nom à sauce psycho pop). J’y suis encore débutante, mais j’aime vraiment le fait qu’il n’est pas question de faire le vide ou de se forcer à ne pas penser, mais plutôt d’agir en tant qu’observateur.
  • Se défaire du système de récompense par achats (ou tout autre relation malsaine à l’argent). J’en ai parlé il y a quelques mois dans cet article : vivre a crédit; une histoire de conditionnement. Je fais partie de cette gang de gens qui sont plutôt compulsifs et excessifs quand vient le temps de parler d’argent, ce pourquoi il m’est important d’avoir un plus sain contrôle face à mes dépenses. Pour moi, cela passe par la pratique du minimalisme dans le quotidien.
  •  Plus de facilité à faire des choix. Parfois, avoir trop d’options est aussi paralysant que de pas en avoir assez. Je ne parle pas de réduire les possibilités ou les options qui s’offrent à nous, mais simplement de  se concentrer sur celles qui sont les plus importantes à nos yeux sans trop s’attarder à tous les au cas où… oui, mais si…
  • La simplicité du laisser-aller. Se comparer, se dénigrer, passer des heures à stalker les gens sur facebook, chercher à impressionner. Ce sont toutes de mauvaises habitudes qui empêchent souvent d’adopter une attitude plus simple et, par le fait même, plus saine. Lorsqu’on ne cherche pas à se comparer, à imaginer le pire ou à penser que tout le monde est meilleur que nous, on a plus de temps pour tout le reste. Quand on fait l’effort conscient (parce que c’est tout un effort) de se détacher de tout ça, on a plus de temps de qualité pour écouter, comprendre, partager, faire preuve d’empathie, de compassion et, en bout de ligne, vivre un peu plus simplement et consciemment.

Alors voilà, un autre article sur mon cheminement vers un mode de vie plus simple. Et vous, que faites-vous pour simplifier vos pensées et votre quotidien?

Advertisements
This entry was posted in: Au-delà des livres

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s