Défis littéraires
Comments 7

Critique commune de « Veiller la braise » de Sara Lazzaroni


Capture d’écran 2015-09-25 à 23.18.24

Ma critique

La description m’avait, déjà en lisant les premiers mots, charmée. J’avais envie de me laisser entraîner dans une histoire d’amour comme on n’en écrit plus. Et puis, il y avait le titre aussi, Veiller la braise. La braise de l’amour, y porter de l’attention, la couvrir, la protéger, la veiller. La beauté du titre m’indiquait a priori un roman poétiquement éblouissant et ce fût le cas. La jeune auteure, Sara Lazarroni, a une maturité et une vision si pure des relations amoureuses, j’en étais chavirée. Rares sont les romans d’amour si près du vrai, si près de mon quotidien en tant qu’amoureuse. Je me retrouvais dans cette histoire emplie de tendresse, de douceur, d’amour vrai et de complicité. J’ai été émue à plusieurs reprises lors de ma lecture, j’ai même versé quelques larmes à quelques moments en réalisant la justesse des émotions décrites et surtout, en espérant que ma relation amoureuse sera par moment en connivence avec celle des deux personnages.

Point intéressant, nous ne savons jamais le noms des amoureux. Le récit nous entraîne dans une écriture à deux voix, le lecteur a donc accès aux réflexions de l’Une et ensuite de l’Autre. On se laisse entraîner dans leurs pensées, leurs émotions, leurs façons bien à eux de vivre cet amour et cette aventure. Ces amoureux, ils n’ont pas de noms. Ils restent anonymes et pourtant si concrètement réels. Je sentais l’amour qu’ils se portaient dans chacune de leur pensée. Je pense sincèrement que Veiller la braise est un des plus beaux romans d’amour qu’il m’ait été donné de lire, rien de moins. Marjorie m’a prêté le roman pour ma première lecture, mais je peux assurer que je vais me procurer MA propre copie simplement pour y replonger parfois, en période plus difficile.

Et l’écriture ?

Nous avons accès à des multitudes de phrases plus belles les unes que les autres. À plusieurs reprises, je me suis dis que j’aurai dû lire avec des post-it, en même temps, je pense humblement que presque chaque page était propice à s’arrêter pour réciter une phrase. Le propos, tout comme la justesse des émotions décrites, témoignent d’une si belle maturité littéraire comme personnelle pour Sara Lazarroni. Je vous conseille fortement ce livre qui se lit rapidement. À découvrir un soir d’automne au fond du lit, je vous promets que tous croiront, un peu encore, à l’amour, on ne peut faire autrement en refermant le bouquin. Et pour moi, je me souhaite de me plonger le plus rapidement possible dans Patchouli, la première oeuvre de l’auteure.

 Ce que Marjorie en a pensé

Je ne saurais quoi ajouter à la critique de Martine, qui met en mots tout ce que je peux penser de ce merveilleux roman.  En le lisant, je me suis dit que toutes les phrases feraient de si belles citations. L’entièreté de ce roman est poétique et romantique. Une romance et un amour à saveur de quotidien, de petites attentions et de vrai, beaucoup de vrai.

Je ne sais pas pourquoi, mais à un moment j’attendais simplement la rupture, la cassure, la brèche. Jamais elle n’est arrivée, on a plutôt droit au portrait d’elle et lui, en alternance, à travers les années, jusqu’à leurs vieux jours, et c’est ce qui fait la beauté de ce roman. Tout est si vrai, on s’y reconnait, on comprend, on se demande comment Sara Lazzaroni a fait pour mettre des mots si justes sur tous ces sentiments et ces nuances qui composent l’amour.

C’est un roman que je conseille à tous, pour l’entièreté de l’oeuvre, que ce soit pour le récit lui-même ou bien pour l’écriture, tout y est si poétique et juste, ce serait une perte que de ne pas le lire.

 Ce que Karina en a pensé

Veiller la braise nous réchauffe le cœur. C’est une belle petite surprise que l’auteure nous offre. En lisant le roman, je me suis laissée emporter par l’histoire de ce jeune couple. Lors de ma lecture, j’avais vraiment le sentiment de veiller à ce que le feu de leur amour ne s’éteigne pas totalement. Parce que nous faisons la rencontre de la passion, des peurs, des ambitions de chacun des deux personnages. Ainsi, tout au long du roman, ils tentent de garder leur couple en vie. On vit également avec eux toutes les aventures qu’un couple peut vivre. Première séparation, premier doute, première maison, premier bébé, etc. Les habitudes et la passion se font moins présentes, mais on apprendre à vivre avec et surtout à aimer l’autre comme il est. Ensemble ils grandissent et se redécouvrent. L’auteure réussit parfaitement à interpréter le rôle de la femme raisonnable et de l’homme rêveur. Puisqu’à chaque chapitre (environ), on change de personnage. Parfois, j’étais un peu perdue à savoir qui était qui, mais je finissais toujours par me retrouver. Bref, Veiller la braise est une petite douceur que je vous conseille !

Advertisements
This entry was posted in: Défis littéraires

par

Lectrice invétérée, Martine est bachelière en études littéraires et la cofondatrice du Fil rouge. Créative et inspirée, elle a l’ambition de faire du Fil rouge un lieu de rassemblement qui incite les lectrices à prendre du temps pour elles par le biais de la lecture. Féministe, elle s’intéresse aux paradoxes entourant les mythes de beauté et la place des femmes en littérature. Elle tentera, avec ses projets pour Le fil rouge, de décomplexer et de dédramatiser le fait d’être une jeune adulte dans une société où tout le monde se doit de paraitre et non d’être. Vivre sa vie simplement et entourée de bouquins, c’est un peu son but. L’authenticité et l’imperfection, voilà ce qui lui plait.

7 Comments

  1. Ping : Autour des livres : rencontre avec Sara Lazzaroni, écrivaine | Le fil rouge

  2. Ping : DÉFI BOUQUINERIE JOUR 26 : Fais la liste de tes cinq lectures les plus marquantes de 2015 | Le fil rouge

  3. Ping : Retour sur une année complètement québécoise | Le fil rouge

  4. Ping : Nos suggestions de roman d’Amour : défi littéraire Je lis un livre québécois par mois | Le fil rouge

  5. Ping : Nos suggestions de romans québécois publiés en 2016 #Jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

  6. Ping : 31 jours de bibliothérapie, jour 23 : Pour (re)tomber en amour | Le fil rouge

  7. Ping : Nos suggestions de lecture (et d’achat!) pour le #12août j’achète un livre québécois du défi #jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s