Féminisme
Comments 4

Milk and Honey : juste du beau

C’est Véronique Grenier (auteure d’Hiroshimoi, notamment!) qui m’a fait découvrir le recueil de poésie Milk and Honey, écrit par la Torontoise Rupi Kaur, lors du lancement Le Fil rouge X Arsenal. Elle en parlait comme étant une œuvre sensible, féministe et qui fait du bien. Il ne m’en fallait pas plus pour me le procurer, et en écrire une impression que je vous partage à l’instant!

14248084_1737338996527498_108878323_o

À droite, des mots magnifiques, à gauche, de fortes illustrations qui font écho au texte de l’autre côté. Bien plus qu’un simple recueil de poésie, Rupi Kaur nous offre une profonde réflexion sur le féminisme, la diversité corporelle, l’amour, la sexualité et la rupture. C’est vraiment facile de s’identifier à ses textes, puisqu’ils sont à la fois simples, directs et épurés. Ne pas oublier que simplicité n’égale pas toujours facilité (et ceux qui écrivent savent que c’est tout le contraire!) : il y a des jeux d’images très intéressants qui imprègnent rapidement notre imaginaire. Voici un bon exemple de toute la force des écrits de l’auteure :

14303770_1737338986527499_128844090_o

Vous l’avez remarqué, le recueil est en anglais. Milk and Honey est en fait (outre les ouvrages théoriques que je consulte dans le cadre de mes études) le premier livre anglophone que j’ai lu intégralement. Bien sûr, j’encourage quotidiennement les œuvres francophones – surtout celles québécoises -, mais je ne trouve pas qu’il est mal de se déplumer le cerveau un peu, et de plonger dans quelque chose de différent. Et pis hey, il est tout de même question d’une auteure canadienne, héhéhé.

C’est le genre de recueil qui secoue beaucoup par en dedans. Je me suis remise en question grâce à celui-ci. C’est comme si un petit filtre s’était enlevé de mes yeux et qu’après ma lecture, j’étais plus apte à effleurer l’intériorité des gens qui m’entourent. Maintenant, je m’arrête un peu plus longtemps sur ce que je ressens, et je m’en veux un peu moins. Je vais assurément partager ce recueil au plus grand nombre de gens possible, et si vous voulez vous faire du bien, vous savez maintenant quoi lire.

Advertisements
This entry was posted in: Féminisme

par

C’est maintenant vingt-deux hivers que Marie-Hélène a vu passer et c’est toujours avec son cœur d’automne qu’elle les affronte. Elle en est à sa deuxième année au baccalauréat en Études littéraires à l’UQÀM. Elle aurait très bien pu faire son BACC en cinéma, puisqu’elle adore tout ce qui entoure ce milieu, mais elle a préféré se concentrer sur son doux amour de toujours : la littérature. Très heureuse dans son 4 ½ Hochelaguien, entourée de son amoureux Anthony et de son chat Cyrano (ou Bébé, pour les intimes), elle s’occupe en cuisinant tout en buvant du vin, ou bien en lisant un peu n’importe quoi. Les mots de Plath et de Ducharme restent ceux qui ont le plus bercé son imaginaire et c’est dans la poésie et les romans graphiques qu’elle savoure le plus son expérience littéraire. Féministe, elle apprécie énormément la maison d’édition Remue-Ménage pour ses œuvres puissantes et conscientisées.

4 Comments

  1. Ping : 31 jours de bibliothérapie, jour 11 : Pour soigner les coeurs brisés | Le fil rouge

  2. Ping : 31 jours de bibliothérapie, jour 20 : Pour apprendre à se trouver superbe | Le fil rouge

  3. Ping : Les coups de coeurs littéraires 2016 des fileuses | Le fil rouge

  4. Ping : Bibliothérapie pour coeur en miettes : les choix des fileuses | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s