Bibliothérapie
Laisser un commentaire

Une bibliothérapie sans même ouvrir un livre…

… dans un salon du livre.

C’était lors de la fin de semaine du 1er octobre 2016 que se tenait le 52e Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Venant de cette région, je ne pouvais manquer cet événement qui enflamme toujours mon cœur de lectrice. La seule différence d’avec les précédentes éditions, c’est que cette fois-ci j’y assistais avec mes yeux de fileuse, ouverte à l’absorption de tout ce qui s’y trouvait.

14542709_10155409647427818_187836537_n

L’emplacement des Éditions Alto lors du Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean, 2016.

Un salon du livre est le moment de l’année, dans votre région respective, pour rencontrer les auteurs qui vous tiennent éveillés tard le soir, qui vous font rêver, pleurer et réfléchir. Le moment pour aller dénicher des petites perles que vous n’auriez peut-être pas vues en librairie. Le moment pour aller vous emplir de cette ambiance festive où l’on célèbre les livres et où l’on en parle avec passion. Le moment pour aller faire dédicacer vos livres préférés et peut-être vivre des petits moments bouleversants.

Mon moment bouleversant : Larry Tremblay 

Lorsque j’ai vu passer Larry Tremblay derrière moi et que je l’ai vu se rendre à sa séance de dédicaces pour son plus récent livre, L’impureté, je suis devenue stressée : que dire à un auteur qu’il n’a pas entendu maintes et maintes fois?

Il faut juste être soi-même.

Je n’arrêtais pas de parler : je lui ai dit que je l’avais découvert grâce au Christ obèse et que je lisais assidûment tout ce qu’il publiait depuis. Étant enseignante de littérature, L’orangeraie était l’incontournable que je faisais toujours lire dans mes cours de littérature québécoise. J’agaçais même tous les gens de mon entourage pour qu’ils le lisent. J’avais tellement de passion dans les yeux (j’imagine!), qu’il m’a ouvert les bras et nous nous sommes enlacés pendant quelques secondes. Ça m’a apaisée. J’ai reçu un grand élan d’amour et de remerciements d’un de mes auteurs préférés et c’est ce que je considère comme une bibliothérapie sans même ouvrir un livre.

14569751_10155409646837818_1013402899_n14543421_10155409646942818_777865980_n

Je me suis tournée vers mon père, qui m’accompagnait cette journée-là, et j’ai su que mon Salon du livre était complet grâce à cette petite rencontre qui a su me faire « vivre le livre ».


cliquez-ici-pour-visiter-notre-boutique-en-ligne

Advertisements
This entry was posted in: Bibliothérapie

par

Vanessa est prof de littérature dans un p'tit cégep de région. Ce qui l'épanouit, c'est d'être près d'une bibliothèque où les tablettes rondissent sous le poids de ses lectures, d'une table de chevet trop encombrée, d'une grosse douillette de loup avec un café et un signet qui a vu défiler les années. Vanessa en mange matin, midi, soir, entre amies, entourée d'étudiants, seule ou au club littéraire de son village. Toutefois, elle considère qu'il ne faut jamais forcer la lecture et qu'un livre se doit d'être lu au moment opportun. Elle comble le tout de cinéma, de séries télévisées (avec un faible pour celles américaines), de sports et de son chien Mika (une labrador noire trop énergique, mais juste bien colleuse quand c'est le temps). Et oui, elle a bel et bien 389 livres dans sa liste de souhaits Renaud-Bray et ça n’inclut pas ceux de sa PAL.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s