Littérature québécoise
Comment 1

La nécessité des petites tempêtes

valérie chevalier, les petites tempêtes, hurtubise, le fil rouge lit, bibliothérapie, livres, lectures, les livres qui font du bien

Après Tu peux toujours courir et La théorie du drap contour, Valérie Chevalier nous sert avec brio un road novel fragmenté.

Les petites tempêtes nous fait découvrir l’univers de Raphaëlle et celui de toutes les personnes qui croisent son chemin dans de courts chapitres de quelques pages. Son père, sa meilleure amie Chanterelle et des hommes de tout type (un ancien amoureux, un mannequin, un amant, une relation stable, un amour d’été, etc.)

C’est l’histoire de l’amour qui va et qui vient, comme une ballade où l’on regarde défiler le paysage. Raphaëlle est une âme en construction, une identité en quête de soi: les hommes qu’elle rencontre la forgeront et ils lui rappelleront également la place de l’art dans sa vie.

L’artiste

Ce que Valérie Chevalier fait de façon sublime: intégrer l’art à son oeuvre.

L’art, c’est comme l’amour: il n’a de valeur que dans les yeux de celui qui le regarde. (p.165)

Peu importe où dans le monde se situe notre narratrice, Paris, Vermont, Montréal, l’art la suit et reflète son état d’esprit. Les petites tempêtes amoureuses qui l’habitent se dévoilent comme un miroir dans ses toiles. L’art la soutient et lui est vital.

La voyageuse

Petit road novel, Les petites tempêtes nous lance aussi à la découverte du monde, au gré des fantaisies de Raphaëlle. Célibataire, elle en profite pour explorer et ainsi, finir par mieux se retrouver.

L’amoureuse

Des orages amoureux, des expériences infructueuses, des moments magiques qui ne durent que le temps d’un fragment, des rencontres révélatrices, Raphaëlle survit à l’amour. Elle le cherche et l’oublie, le tient et le perd; chaque histoire et chaque petite tempête la font grandir et mieux se connaître. Jusqu’à une fin douce douce, parfaite, qui correspond exactement à ce dont Raphaëlle avait besoin.

Les petites tempêtes est arrivé au moment où j’en avais le plus besoin, au moment où moi-même je rencontrais des obstacles et traversais des tempêtes. Cette lecture nous adoucit, nous fait comprendre que la vie est incontrôlable, qu’on doit se laisser guider par le flow et que tout ce qui sera sur notre chemin nous fera grandir. Je me comparais à Raphaëlle et son cheminement va certainement influencer le mien.

Une oeuvre tendre et la plume de Valérie Chevalier qui s’affine et s’affirme. Avez-vous réussi à surmonter de petites tempêtes?

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Vanessa est prof de littérature dans un p'tit cégep de région. Ce qui l'épanouit, c'est d'être près d'une bibliothèque où les tablettes rondissent sous le poids de ses lectures, d'une table de chevet trop encombrée, d'une grosse douillette de loup avec un café et un signet qui a vu défiler les années. Vanessa en mange matin, midi, soir, entre amies, entourée d'étudiants, seule ou au club littéraire de son village. Toutefois, elle considère qu'il ne faut jamais forcer la lecture et qu'un livre se doit d'être lu au moment opportun. Elle comble le tout de cinéma, de séries télévisées (avec un faible pour celles américaines), de sports et de son chien Mika (une labrador noire trop énergique, mais juste bien colleuse quand c'est le temps). Et oui, elle a bel et bien 389 livres dans sa liste de souhaits Renaud-Bray et ça n’inclut pas ceux de sa PAL.

Un commentaire

  1. Ping : Quelques suggestions pour retrouver le plaisir de lire, petit à petit | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s