Art et créativité
Comments 3

Processus d’écriture, conseils de fileuses : quand et où écrivez-vous? Partie 2

écriture, le fil rouge, le fil rouge lit, le fil rouge écrit, processus créateur, création, lecture, bibliothérapie, lecture, les livres qui font du bien,

Un peu plus tôt, je vous partageais ma volonté d’améliorer mon processus d’écriture. J’avais alors questionné mes collègues fileuses, pleines de ressources, d’expériences et de sagesse à ce sujet. Suite à ce questionnement, quelques pistes de solutions se sont imposées : m’octroyer un endroit exempt de connexion internet, m’habituer à retranscrire et à voir mes mots à l’écran, effectuer le processus d’idéation sur un tableau ou grand support pour avoir une idée d’ensemble, et surtout accepter que ce ne sera pas parfait du premier coup.

Retour sur les solutions

Bien que dans l’immédiat, l’entièreté de ces pistes de solutions n’ont pas abouti, mon rapport à l’écriture a bel et bien changé. Je m’habitue maintenant à écrire directement à l’ordinateur et surtout de voir mes mots à l’écran. Étant donné mon travail sur les internets, je ne suis pas du tout disciplinée pour faire une réclusion de Wi-Fi. Mais je dois dire que mon rapport au «chef-d’oeuvre» a complètement pris le bord. Ça, je crois que c’est la meilleure des nouvelles! Pour continuer à cheminer, voici la deuxième partie des questions posées aux fileuses.

Quels sont les lieux et moments d’écriture qui vous permettent d’éveiller votre créativité?

Camille Beauchamp : j’écris mieux le matin, ou après un séance de yoga doux, ou vraiment très tard le soir, mais c’est rarement bon haha..

Megan Deslongchamps : J’aime travailler la nuit, dans le noir où il y a moins de distraction. Sinon, je convoite les cafés et les bibliothèques. J’aime bien entendre un fond sonore, ça me permet d’être d’autant plus dans ma bulle.

Anne-Mary Shink : Pour éviter la distraction et augmenter la productivité je m’installe juste avec des crayons et des cahiers, aucune source d’internet possible. Quand tu n’as rien d’autre à faire, aussi bien te mettre à l’écriture.

Raphaëlle B. Adam :  Je suis surtout efficace pour écrire le matin; en terme de lieux, je n’ai pas d’endroit privilégié. Ceci dit, j’adore aller marcher avec de la musique pour m’inspirer, ça marche (presque) à tous les coups!

Fanie Demeule : J’écris à peu près à n’importe quel moment, selon l’inspiration et le temps disponible. Je n’ai pas de moments privilégiés.

Marion Gingras : J’aime écrire dans des lieux publics où je suis « anonyme » (les cafés, les bibliothèques surtout). Je travaille mieux hors de chez moi. Sinon, je suis définitivement une fille du matin, j’adore arriver très tôt quelque part et me mettre au travail.

Louba-Christina Michel : Le matin j’écris mes trois pages du matin – Libérez votre créativité de Julia Cameron. Le jour, je prends des notes ou j’écris un peu de poésie. Lorsque le soir tombe, je sens la voix de mon roman monter en moi. Je suis assez instinctive et j’essaie de suivre le naturel de ce qui monte en moi. Je prends ce qui vient.  Ma chambre, mon lit est un lieu assez propice à l’écriture. Parfois les petits cafés, mais ça m’épuise rapidement. Sinon, une maison silencieuse où il m’est permis de vivre à mon rythme sur tous les plans, un lieu relié à la nature (source absolue d’inspiration). Pour m’inspirer, j’aime aller marcher. Souvent, je me rends près de la mer et je ramasse des pierres et tout d’un coup, ma voix poétique s’élève et je sais qu’il est temps de retourner à la maison pour écrire.

Roxane Nadeau : Je suis beaucoup plus créative et productive le matin. Mais généralement je n’ai pas de difficulté à écrire les premiers jets. Les séances de réécriture sont plus douloureuses (relire et retravailler les phrases mal rédigées, ça me fait grincer des dents). Pour m’aider, je me fait un café et ça me force à rester assise devant mon écran jusqu’à ce que ce soit terminé. J’aime aussi travailler en mettant une playlist.

Sur ma To-Do-List

Je comprends que l’écriture et la réécriture ne demandent pas la même énergie ni la même attention. Musique? Bruits de fond? Silence complet? D’une fois à l’autre, c’est difficile de savoir ce qui aide à l’inspiration et par la suite, au travail d’écriture. Je dois avouer que j’apprécie énormément les marches, surtout au bord du fleuve! Ça éveille l’esprit et permet d’être totalement présente.

Je vais essayer de changer ma période créative du soir au matin, là où j’ai plus d’énergie. Enfin, je crois que je porterai une attention plus particulière aux pensées qui me traversent pendant la journée afin de les noter. C’est un combat incessant, mais un que je puisse gagner, il me semble!

Et vous, quel est le moment propice pour être totalement efficace? Avez-vous des endroits préférés? Y a-t-il des activités qui font éveiller en vous l’inspiration?

Advertisements

3 Comments

  1. Pour noter: n’importe où, n’importe quand. Il m’arrive même de demander à ma copilote de noter une ou deux phrases quand je suis au volant pendant 6-7-8 heures sur les autoroutes américaines.
    Pour écrire: le matin surtout entre 8 et 11 heures, dans mon bureau. Sans musique, sans rien. Un café peut-être.
    Pour réécrire: n’importe quand, mais encore dans mon bureau. Sans musique, sans rien. Un café peut-être, si c’est avant 16 heures.

    J’aime

  2. Raphaëlle Mirandette says

    Merci beaucoup Sana! Et Claude, ce sont de magnifiques pistes aussi! J’en prends bien note! Et je pense que les autoroutes américaines doivent être bien inspirantes aussi!

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s