All posts tagged: Fanny Britt

Un duo des plus merveilleux ; Fanny Britt et Isabelle Arsenault

Il y a de ces lectures qui marquent l’imaginaire et qui restent en nous longtemps, Jane, le renard et moi en fait partie. Il a eu longtemps une place de choix dans ma maison, sur ma cimaise où je prenais souvent le temps de m’immerger dans l’atmosphère si tendre de cette bande dessinée, la lire était tel une médiation pour moi, j’en ressortais ressourcée, chavirée et toujours entièrement comblée. Rares sont les bijoux littéraires qui me font cet effet, des années passées, mais Jane le renard et moi, c’est mon chouchou. (Et celui de bien d’autres gens, bien heureusement, les livres tels que celui-là méritent d’être partagés, lus, et relus.) Alors, vous devinerez que j’avais le coeur serré d’apprendre que le merveilleux duo d’Isabelle Arsenault et Fanny Britt retravaillait ensemble de nouveau. J’étais heureuse, mais inquiète aussi. Et si je restais sur ma faim, et si Jane, le renard et moi, n’était pas égalable ? Des soucis de lectrice un peu intense me direz-vous, mais c’était un réel conflit dans mon coeur. Lorsque j’ai reçu …

Prix littéraire des collégiens 2017 : titres en lice

Le 11 novembre avait lieu le dévoilement des finalistes du Prix littéraire des collégiens 2017. Le Prix littéraire des collégiens permet à plus de 700 jeunes lecteurs et lectrices d’une cinquantaine de cégeps et de collèges de partout au Québec de lire des ouvrages québécois et de leur décerner le Prix. Il cherche à : Promouvoir la littérature québécoise actuelle auprès des étudiants des collèges et des cégeps en encourageant l’exercice du jugement critique à travers la lecture. Récompenser une œuvre originale écrite en français par un auteur ayant la citoyenneté. Reconnaître la qualité et la pertinence d’une œuvre dont l’autonomie narrative est claire; à cet égard, les titres d’une suite ou d’une série sont exclus. Cette année, les cinq titres en lice sont les suivants : Les maisons de Fanny Britt (Le cheval d’août), paru le 26 octobre 2015 Tessa, chanteuse classique convertie en courtière immobilière, vend des maisons et ne va pas bien. Elle élève trois fils qu’elle adore avec un homme qui la chérit. Dans trois jours, elle a rendez-vous avec Francis, un ancien amour …

Nos suggestions de romans écrits par des femmes : défi littéraire Je lis un livre québécois par mois

En ce troisième mois de l’année, il allait de soi pour l’équipe du Fil rouge de consacrer le défi du mois à la littérature écrite par des femmes. Ça peut sembler anodin, mais c’est tout le contraire. Les femmes sont encore sous-représentées en littérature (et dans tant de domaines). Suffit de penser aux prix littéraires (Le fait qu’il n’avait aucune femme en nomination cette année lors du Festival Angoulême, par exemple), aux corpus enseignés et aux anthologies littéraires, les femmes sont constamment en minorité et la littérature dite classique est presque inclusivement masculine. Pour continuer la réflexion, je vous propose le texte de Catherine Dussault-Frenette Les classique et les femmes sur Littéraires après tout. D’autant plus que le 8 mars, la journée internationale des femmes, arrive sous peu, il était évident pour nous d’inciter les gens à lire des écrivaines. Et même si cela est d’un naturel évident pour nous, il en est malheureusement pas ainsi dans le monde littéraire. Mon choix s’arrête donc sur Le parfum de la tubéreuse d’Élise Turcotte, ça fait déjà …

Virginia Woolf et moi

Je ne me souviens pas la première fois où j’ai aperçu ce joli album, probablement lorsque je travaillais en librairie. Je me souviens de m’être installée longuement dans les allées à le toucher, l’admirer et me dire qu’un jour, j’aimerais bien l’avoir chez moi. Les années ont passé et je ne l’ai jamais acheté. Or, une fois, j’ai eu une carte cadeau et j’ai commandé des bouquins en ligne, dont celui-ci. J’ai reçu un courriel plus tard me disant qu’il était discontinué. Malheur. C’est donc avec bonheur et excitation que cette année au Salon du livre de Montréal, j’ai aperçu Virginia Wolf dans le kiosque des Éditions de La pastèque. Écrit par Kyo Maclear, illustré par Isabelle Arsenault et traduit par Fanny Britt (on se souviendra du marquant duo pour Jane, le renard et moi!), cet album de quelques pages est tellement beau que je ne pouvais faire autrement que de l’installer fièrement sur la cimaise de mon salon. Plongée dans le bouquin, je réalisais que c’était, en plus d’être beau (Isabelle Arsenault est tellement …

Le regard porté vers la fenêtre

Dans ce premier roman, Fanny Britt nous offre le portrait d’une femme entière, toute en délicatesse et en dureté et parsemée d’une pensée récurrente, et si ? Et si la vie que vous avez depuis 15 ans ne vous tente plus parfois? C’est le cas du personnage principal Tessa, agente d’immeuble, mère de trois garçons et en couple depuis 15 ans avec le père de ses enfants. Cette Tessa, toujours au bord d’un précipice, au sommet de la tristesse. Elle se demande toujours un peu ce que serait sa vie, si elle était autrement. Et c’est l’apparition de son premier vrai amour qui la ramène à se questionner de plus belle. Cet amoureux qui a toujours été présent au fond d’elle-même réapparait dans son quotidien de mère qui transporte des ponts. Elle sera alors complètement chamboulée. Accepter ou refuser de revoir celui qui est à la base même de cette envie de tout lâcher ? « Dans les chansons, les films, et les milliers de pas parcourus sur les trottoirs de ma ville ». Encore …

La rentrée littéraire 2015: Les choix d’Elizabeth

Voici mes huit suggestions coups de coeur (lire ici : je harcèle mon libraire pour être la première à mettre la main dessus) de cette rentrée littéraire 2015! L’infinie comédie – David Foster Wallace Près de 20 ans après sa publication, et une saga interminable de droits étrangers, il est maintenant possible de se procurer une copie en français d’Infinite Jest, LE roman culte de la fin des années 1990. David Foster Wallace est maintenant une icône de la littérature américaine et c’est grâce à cet ouvrage qu’il s’est fait le plus remarquer. Un roman contemporain mettant en scène la famille Incandenza et leur fils Hal, un adolescent surdoué. À vous de découvrir la vision de l’Amérique de Wallace à travers les quelques 1480 pages de ce roman tant attendu. Éditions de l’Olivier. En librairie depuis le 25 août.   L’année la plus longue – Daniel Grenier Probablement le roman québécois dont on entend le plus parler ces temps-ci, L’Année la plus longue raconte l’histoire d’Albert, un homme énigmatique qui vieillit une fois tous les quatre …