Littérature québécoise
Comments 3

À l’abri des hommes et des choses; une histoire de loups, de rivière, de poèmes.

Quand j’ai su que Stéphanie Boulay allait sortir un roman, j’étais plus qu’heureuse à l’idée de retrouver un peu des textes des Soeurs Boulay dans un livre. C’est sûrement la réaction que plusieurs ont eue. C’est peut-être aussi pourquoi je m’attendais à un savant mélange entre Veillez la braise et Coeur de slush (va savoir sur quoi je me base, je n’ai même pas lu Coeur de Slush)

J’étais bien loin de la vérité, mais celle-ci est encore mieux, complexe, surprenante et touchante à la fois.

On se retrouve donc dans l’univers bien unique du personnage principal, écrit au je. Elle vit dans les bois avec Titi, sa soeur ou sa mère, elle ne le sait pas trop. On la suit au gré des gelées, des saisons, des états de Titi. C’est une perspective bien différente que nous offre Stéphanie Boulay. On comprend que la jeune fille qui se raconte n’a pas toute sa tête, comme elle le dit. N’empêche qu’elle vit son premier amour, sa première véritable amitié, ses crises d’adolescence et la naissance de son corps de femme, comme n’importe quelle fille de son âge, quoi qu’on ne sache pas exactement quel âge elle a.

L’univers que nous offre Stéphanie Boulay est flou et indéchiffrable. C’est la foret, la rivière, la nature en grand, sans réel point d’ancrage. C’est les loups et les sorcières, la dépression, les violences et le froid, c’est dense, comme les bois. Le tout étant allégé par le choix des mots, par le style à la fois éclaté et doux de l’écriture.

Ce qui m’a épatée et plu dans ce roman, c’est l’universalité qui en émane, c’est à quel point l’auteure réussit à créer et mettre en scène un personnage différent qui, en même temps, est un peu nous tous. Une jeune femme qui comprend qu’un jour on n’a plus voulu d’elle, qui a peur qu’on l’abandonne,  une jeune femme qui a ses propres désirs, ses propres envies, qui a peine à faire confiance et qui a envie d’amour.

C’est la façon dont elle raconte le beau et le laid, dans un langage poétique et imagé. On comprend, à demi-mots, les crises et les peines, les moments lourds comme les plus légers.  On comprend tout, comme Elle, malgré tout. Un chose est sûre, l’écriture de Stéphanie Boulay se prête magnifiquement bien au récit, ou peut-être est-ce le récit qui se prête aussi bien à son style.

Quoi qu’il en soit, À l’abri des hommes et des choses est un récit touchant, universel et émouvant, à la symbolique forte et aux interprétations multiples.

 

Advertisements
This entry was posted in: Littérature québécoise

par

Curieuse depuis toujours, Marjorie s’intéresse à un peu tout, avec un penchant marqué pour les mots, le féminisme, les phénomènes de culture populaire et les mystères de la vie. Elle est bachelière en littérature et cofondatrice du Fil rouge, à travers duquel elle tente de faire son petit bout de chemin, lire le plus possible et surtout, apprendre et connecter avec les autres. Naviguant tant bien que mal à travers la vingtaine, elle trouve ses assises dans la lecture et l’écriture, cherchant toujours à comprendre un peu mieux les contradictions qui rendent la vie intéressante. Elle croit que la littérature fait partie de ces choses qui peuvent changer une vie, la rendre un peu plus douce et mettre un baume là où il faut.

3 Comments

  1. Ping : Nos suggestions de romans québécois publiés en 2016 #Jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

  2. Ping : Les coups de coeurs littéraires 2016 des fileuses | Le fil rouge

  3. Ping : Ce que les fileuses ont acheté pour le #12août j’achète un livre québécois dans le cadre du défi #Jelisunlivrequébécoisparmois | Le fil rouge

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s