Essais
Comment 1

Toucher les collégiens par des essais québécois

Bibliothérapie, Boucar disait…, essai, essai québécois, Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles, La revanche des moches, le fil rouge lit, les livres qui font du bien, littérature québécoise, Mines de rien, recueil, Recueil d’essais, Sous la ceinture, Lecture

Étant enseignante de littérature au collégial, je devais intégrer à mon corpus du cours de Littérature québécoise un essai québécois. Étant incapable de n’en choisir qu’un seul, j’ai décidé de créer un recueil comprenant près d’une dizaine d’extraits d’essais québécois. L’essai n’étant pas toujours un genre littéraire accessible pour de jeunes adultes ou même intéressant, le fait d’en lire plusieurs sur des sujets variés ne pouvaient que leur donner un aperçu du genre et, ainsi, leur ouvrir les portes de celui-ci. Mon but n’était vraiment pas de le leur faire aimer nécessairement, mais bien que l’« essai » soit maintenant un concept tangible et démystifié.

Le blogue tient d’ailleurs à initier notre communauté littéraire à l’essai de façon annuelle par le biais de notre défi littéraire #jelisunlivrequébécoisparmois : vous trouverez les recommandations des fileuses ainsi que leurs lectures ici, ici, et .

Un recueil qui choque

Durant l’été, j’avais fait un blitz de lecture d’essais québécois, ayant des coups de cœur pour plusieurs d’entre eux. Ces lectures ne m’ont pas laissée de marbre et j’ai tenté de couvrir un large panorama culturel.

Mon recueil contenait des extraits (pas plus d’une dizaine de pages) de chacun d’eux. Chaque essai faisait le pont avec le suivant, un fil conducteur logique les reliait tous, d’une certaine façon. Parler de la littérature dans les séries télé, de la technologie, de la place de l’Homme dans la société, du culte de la beauté, des produits genrés, de l’éveil à la sexualité, de la culture du viol… quand le fait-on dans nos classes de littérature? Aussi librement, rarement. Grâce à ce recueil, je me suis permis d’avoir de longues discussions sur le sexisme, le féminisme, la virilité, l’obsession de la minceur et j’en passe… Ils ont trouvé incroyablement pertinente cette lecture et certains m’ont même remerciée d’avoir été aussi ouverte avec eux sur certains sujets.

Définitivement une expérience à réessayer!

Commentaires d’étudiants:

  • Je l’ai lu rapidement et j’ai apprécié que l’on parle de la vraie vie, des vraies choses.
  • Merci beaucoup pour ce recueil, pertinent et enrichissant!
  • Démontre réellement comment est la société.
  • Le contenu était très intéressant et faisait réfléchir.

 

Bref, il est extrêmement pertinent d’amener les étudiants vers une réflexion sur la société dans laquelle ils vivent, qu’ils puissent être critiques et se forger leur propre opinion. Même si ce n’était que conçu pour des étudiants, je considère que l’essai est un genre à privilégier, autant pour les jeunes que pour les adultes, et surtout, les essais québécois qui sont un reflet de notre belle société en ébullition.

Quel est votre essai québécois préféré, votre incontournable?

Quelles œuvres conseilleriez-vous d’intégrer dans un cours de littérature québécoise au collégial?

Advertisements

Un commentaire

  1. Ping : Toucher les collégiens par des essais québécois « Le Bien-Etre au bout des Doigts

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s