Month: novembre 2018

Le Berger des loups, Joelle Rivard, autofinancement, littérature québécoise, littérature fantastique

Le berger des loups, un premier roman fascinant et une mini-entrevue avec l’autrice

Le berger des loups est le premier roman de la jeune autrice Joelle Rivard, collaboratrice au Fil rouge. Il a vu le jour grâce à un projet d’autofinancement qui a connu du succès. L’autrice a commencé l’écriture de ce roman en 2003, soit vers la fin de son secondaire. C’était un moyen pour elle de fuir sa réalité alors qu’elle avait peur d’entrer dans le monde adulte. C’est un sentiment que j’ai pu ressentir au cours de ma lecture: fuir, avoir peur de devenir adulte, de découvrir son destin. Un univers «Tolkien» Joelle a su créer un monde à la Tolkien dans lequel j’ai retrouvé un monde d’hommes, d’elfes, de fées, de magiciens, etc. Un univers dans lequel j’adore me plonger! La littérature m’a toujours fait un grand bien, car je trouve que c’est un échappatoire idéal et elle me permet de faire aller mon imagination, de sortir un peu de ma réalité. Sachant que Joelle a écrit ce roman pour « fuir » sa réalité de future adulte, je comprends qu’elle ait choisi ce genre …

Japon, récit de voyage, éditions Héliotrope, Ginette Michaud, Alice Michaud-Lapointe, Série K, le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, les livres qui font du bien, littérature, littérature québécoise, néons et sakuras

Découvrir le Japon entre mère et fille

Le nouveau roman d’Alice Michaud-Lapointe est sorti en librairie et, comme toujours, je suis sous le charme de ce qu’elle écrit. L’autrice de Titre de transport et Villégiature tombe à nouveau dans mes cordes avec un récit de voyage sur le Japon. Néons et Sakuras est écrit à quatre mains par Alice Michaud-Lapointe et Ginette Michaud, mère et fille. Ce livre est publié aux éditions Héliotrope dans la série K. Celle-ci inclut des textes littéraires écrits à la périphérie du roman, comme le mentionne la maison d’édition sur leur site web. Bien que les deux femmes nous racontent une histoire, le livre donne l’impression du documentaire dans lequel on découvre le Japon sous deux regards très subjectifs. Rêve mère et fille Depuis plusieurs années, la mère et la fille partagent un rêve et décident de se rendre au Japon pour la fête de hanami, où la coutume traditionnelle se veut d’apprécier la beauté des cerisiers en fleurs. Arrivées au Japon, elles sont confrontées à de nouvelles habitudes auxquelles elles doivent rapidement s’habituer. Face à la nouveauté et sans …

Le fil rouge, le fil rouge lit, #Lefilrouge, #Lefilrougelit, lecture, livres, bibliothérapie, les livres qui font du bien, Littérature, Littérature québécoise, bande-dessinée, Zviane, Zviane au Japon, Pow Pow, humour, bande dessinée québécoise

Youpi! Une nouvelle bande dessinée de Zviane!

Invitée pour une exposition de planches de bandes dessinées québécoises, ma bédéiste préférée-de-tous-les-temps, Zviane, se rend au Japon et y reste un peu plus d’un mois en décembre 2017 et janvier 2018. De ce séjour est née, une série de publications Instagram partagées avec sa communauté de fan, autant des vidéos de la vie japonaise que des petites B.D. explicatives humoristiques – j’en ai suivi une grande partie, jusqu’à ce que, je l’avoue, les réalités de ma vie académique et ma tendance à la procrastination m’amènent à fermer tout réseaux sociaux jusqu’au dépôt de mon mémoire de maîtrise. Et puisque j’ai passé l’été à l’extérieur du Canada, je n’ai été mise au courant que récemment de la publication en livre imprimé des tribulations de Zviane au Japon, que je me suis empressée de me procurer. Petit manuel à l’usage du Japon On remarque tout de suite, dès la couverture, le clin d’œil que fait Zviane à la culture japonaise. Un portrait d’elle-même avec des yeux de style manga fait office d’introduction, accompagné du titre écrit à la …

un lien familial nadine bismuth éditions boréal littérature québécoise le fil rouge le fil rouge lit

Un lien familial : une plongée au coeur de l’amour du 21e siècle

Il y a longtemps que les mots de Nadine Bismuth avaient franchi les portes des librairies. Après son dernier roman, Scrapbook, publié en 2014 qui nous faisait découvrir le milieu de l’édition et de la littérature, voilà que l’autrice replonge dans un nouvel univers complètement différent, celui du design intérieur. L’amour des temps modernes, sur fond d’îlot et de dosserets de cuisine. Bienvenue dans Un lien familial. Magalie est une designer de cuisine de 40 ans. Magalie sait que son conjoint la trompe avec une autre, mais elle prétend qu’elle n’en sait rien. Mieux, elle décide de le tromper en retour. Mais voilà que les choses évoluent et se gâtent.  L’homme avec qui elle choisit de tromper son mari est associé de sa firme, et conjoint de sa partenaire d’affaires. Elle risque gros à poursuivre les choses. Il y a également Guillaume, dont Magalie fait la rencontre au fil de l’intrigue. Policier et fils du nouvel amoureux de sa mère, celui-ci développe rapidement un désir ardent pour la designer et décide d’investir dans la rénovation de …

La Servante écarlate, Margaret Atwood, le Fil Rouge, le Fil Rouge lit, le Fil Rouge réfléchit, réflexion littéraire, lecture, littérature,

L’intemporalité de La Servante écarlate

Il y a de ces livres qui traversent les années et qui laissent dans leur sillage une trace indélébile. Et malgré le passage du temps, les lecteurs et les lectrices se souviennent précieusement de ces histoires qui les ont fait réfléchir et qui les ont marqués d’une façon souvent très personnelle et subjective. Ces personnes, elles sont de tous âges et de tout temps. Elles ont lu les œuvres en question à une époque différente de leur vie, époque qui, sans le savoir, avait parfois elle-même un impact sur la réception. Je fais partie de ces privilégiés. D’une catégorie bien précise, en fait ; celle qui a lu sur le tard une œuvre dont l’essence est toujours encore autant d’actualité, voire davantage aujourd’hui qu’au moment de l’écriture. Une lecture toute fraîche La Servante écarlate de Margaret Atwood est l’exemple par excellence de ce que je tentais d’expliquer dans les lignes qui précèdent. Je vous passe le résumé du roman que vous pouvez d’ailleurs retrouver dans un autre article sur Le fil rouge, intitulé Un petit …

Le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Monstress, Majorie Liu, Sana Takeda, Bande dessinée, Comic américain, Steampunk,

L’univers sombre et merveilleux de Monstress

De plus en plus, on en parle et on la défend; la bande dessinée fait partie d’une littérature qui n’a rien à envier aux romans. Monstress, de Majorie Liu et Sana Takeda, s’imbrique parfaitement dans cette mentalité. J’y ai découvert un univers magique où de grands dirigeables voguent dans les mêmes cieux que les fantômes des dieux disparus et où des sorcières pourchassent des êtres mi-humains, mi-animaux. Une bande dessinée captivante, à la fois belle et cruelle. Monstress se déroule dans un monde fantastique, inspiré du steampunk, où une guerre fait rage entre les humains et les arcanics, un peuple hybride descendant de créatures ancestrales. On y suit Maika Halfwolf dans ses aventures où elle combat l’Ordre des sorcières Cumaea afin de venger les siens et trouver des réponses au sujet de son passé. Mais le corps de la jeune arcanic héberge un esprit mauvais et lorsqu’il se réveille, Maika doit apprendre à cohabiter avec ce monstre terrifiant. Bientôt, plusieurs groupes d’ennemis vont tenter de l’attraper, soit pour l’empêcher de faire des dommages, soit pour …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, livres qui font du bien, le rosier de la pointe, alice zorn, éditions marchand de feuilles, littérature canadienne, five roses, destin, montréal, pointe st-charles,

Le rosier de la Pointe : le destin des roses de Pointe St-Charles

Il y a de ces livres qui éveillent des émotions fortes même si l’intrigue n’a rien de particulier en apparence. Justement, ce n’est souvent qu’une façade, une clôture qu’il faut franchir afin de découvrir un univers des plus riches qui suscite une curiosité sans bornes. C’est le cas du roman d’Alice Zorn, Le rosier de la Pointe, traduit en français cet automne. Le titre original, Five Roses, rappelle, à juste titre, l’enseigne géante « Farine Five Roses » qu’on peut apercevoir de loin dans le sud-ouest de Montréal. Cette affiche illuminée bien connue a une importance capitale dans le déroulement des évènements de l’histoire et relie le destin de trois femmes. Le genre de récit qui me parle vraiment, mais vraiment beaucoup. Trois femmes liées les unes aux autres Le rosier de la Pointe raconte trois histoires : celle de Fara, de Rose et de Maddy. Ces femmes habitent toutes les trois Montréal et, au départ, ne se connaissent pas. Mais au fil de l’histoire, différentes situations vont les amener à se rencontrer et à tisser des liens …

le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, littérature, livres, les livres qui font du bien, bibliothérapie, l'art de voyager léger et autres nouvelles, Tove Jansson, Finlande, livre de poche, lecture réconfortante, lecture apaisante, souvenirs d'enfance

Réconfort dans la plume de Tove Jansson

J’épluchais les nouveautés dans une petite librairie indépendante et je suis tombée sur L’art de voyager léger et autres nouvelles de Tove Jansson. La couverture du recueil m’était tombée dans l’œil : l’autrice elle-même, portant un bandeau de fleurs, se baigne nue dans une eau grise. En arrière-plan, un petit chalet. L’image est surprenante, mais le calme qu’elle dégage la rend aussi très apaisante. C’est bien le reflet de ce que j’ai retrouvé à l’intérieur du livre. La découverte d’une autrice Née en 1914, Tove Jansson est d’origine finlandaise. Ces deux éléments biographiques sont importants pour saisir le cadre spatio-temporel et les sujets touchés dans les quinze nouvelles composant le recueil. À noter que, si moi je l’ai découverte avec ce recueil, l’autrice est assez connue dans le milieu littéraire. D’ailleurs, si vous aimez l’écriture de Julie Delporte, vous ne devriez pas être en reste, parce qu’elle s’en inspire beaucoup. Les histoires du livre m’ont dépaysée un brin, les pays européens sont pourtant un lieu fréquent dans la littérature que je consomme. On réalise tôt, sous la …