Month: mai 2016

L’adoration des beaux habits (et d’Instagram)

Dans son dernier roman, Sophie Fontanel nous entraîne dans un monde des plus facilement jugé ; celui de la mode. La vocation joint deux histoires, soient celle de Sophie, rédactrice au magazine Elle, et celle de son arrière-grand-mère Méliné, Arménienne arrivée à Paris avec sa mère Knar. Cette jonction entre le présent et le passé s’incline aussi entre la fiction et le réel. Sophie Fontanel ayant réellement été à la tête du Elle magazine, s’est inspirée de son expérience pour écrire l’histoire au présent. Pour la partie au passé où elle traite du parcours de son arrière-grand-mère, elle a puisé dans la fiction, malgré la réelle existence de cette femme amoureuse des beaux vêtements. Allez fouiller le mot-clé #LavocationSophieFontanel  sur Instagram, l’auteure a eu la généreuse idée de partager des archives familiales qui viennent sceller l’entreprise littéraire de cet ouvrage. Sous un fond de crise migratoire, la famille de Sophie est fascinante par son rapport à la vocation, à ces passions qui rendent la vie plus belle, plus endurable. Méliné est fascinée par les magazines de mode, par …

Avant que tout s’effondre

«Seule survivante d’un pacte de suicide, Ang fait partie de la scène musicale underground, obsédée par l’idée que la fin du monde est proche. Mais quand elle arrive finalement, Ang et ses amis ne trouvent pas la libération qu’ils espéraient. Au lieu de cela, ceux qui sont encore en vie sont affamés et luttent pour survivre dans un monde sans repères. Sombre et envoûtant, Avant que tout s’effondre mêle poésie, culture punk rock, drogues et surréalisme pour raconter l’histoire d’une jeune fille face à l’anéantissement de toute espérance.» Voici l’univers que Liz Worth nous fait découvrir. Un monde post-apocalyptique où l’eau, l’hygiène et la nourriture se font rares; où les chiens sont rois, où le seul moyen de supporter la vie est de consommer et de consommer et de consommer. Drogue, musique, parce qu’il ne sera jamais question de survie. Ang, personnage central de l’histoire, vit la Fin. C’est ainsi qu’ils appellent ce nouveau siècle: la Fin. Ils ont raison, parce que plus rien ne vit. Tout commence par le suicide raté d’Ang. Elle nous …

Confessions littéraires ou le plaisir de lire

La #snoblitt, vous connaissez? Ce principe de lire, non pas par pur plaisir, mais simplement pour signifier qu’on a lu le dernier livre d’un auteur indie un peu hipster, les bouquins discrets des librairies indépendantes, ou encore, qu’on a tourné les pages des classiques et des grosses briques épeurantes. La #snoblitt, ce livre qu’on flashe dans le métro, ou assis sur un banc de parc, pour que tout le monde constate que «Eh! Je suis une vraie de vraie, moi». Il est passé où, l’amour de la lecture, le vrai? Le plaisir de lire, point? Il n’y a pas si longtemps, j’ai lu un roman. J’hésite à en parler. En fait, je suis un peu gênée. Je suis entourée de gens qui se vantent de lire du Proust à longueur de journée. J’ai envie de me libérer de cette pression littéraire, de lire ce que j’ai envie, de me réapproprier mes goûts diversifiés et surtout, de ne plus jamais être timide de lire un livre dans le bus ou au café du coin. Sauf que, …

Qu’est-ce qu’on lit dans un cours de littérature québécoise?

Je suis inscrite au baccalauréat en écriture de scénario et création littéraire à l’Université de Montréal en première année. Cette dernière session, j’ai eu le plaisir de m’inscrire au cours d’introduction à la littérature québécoise, j’ai donc découvert différentes auteures et auteurs pour mon plus grand plaisir, passant du classique des classiques québécois, à des auteurs moins connus. Commençant par les écrits de la Nouvelle-France, comme ceux de Jacques Cartier et de Marie de France au cours de la session à des écrits plus modernes, voire même actuels, mon cours de littérature québécoise a su instaurer un portrait révélateur de la culture littéraire québécoise. Je vous propose donc une présentation des livres que j’ai lus au cours de ma session, et un résumé de mon dernier cours, où Alice Michaud-Lapointe a été invitée par ma professeure pour une brève conférence concernant son roman Titres de transport. Le Survenant de Germaine Guèvremont Le Survenant est un roman du terroir publié en 1945 par Germaine Guèvremont. C’est l’histoire de « Venant », le survenant qui arrive au village Le …

Des albums résistants: le phénomène de la littérature subversive pour la jeunesse

Je me suis mise à m’intéresser aux « albums résistants » en littérature jeunesse suite à une conférence donnée par Marie-Christine Beaudry  dans le cadre d’un séminaire à l’UQÀM. On appelle « textes résistants » les livres qui offrent une résistance à la lecture, c’est-à-dire qui ne donnent pas nécessairement de réponses à nos questions, qui nous font réfléchir, qui nous ébranlent ou qui nous laissent perplexes. Ces albums subversifs laissent parfois les lecteurs en suspens, finissent mal ou sur une surprise. Ils abordent des sujets controversés ou difficiles tels que la mort, la maladie, le handicap physique, la violence, etc, invitent à des réflexions philosophiques et surtout, ne proposent pas nécessairement de solution ou heureuse ou magique qui règle tout. Intéressée, je suis partie à la recherche de ces livres. Je suis tombée sur quelques uns par hasard en fouillant dans les rayons, d’autres m’ont été suggérés. Puis, je me suis rendue compte qu’une section spéciale était réservée à ces livres, à la bibliothèque, sous l’appellation de livres « coups de poing », suggérant l’accompagnement d’un …

Guides de voyage : comment s’y retrouver

Lorsque je pars en voyage, je suis méthodique. « Le plan c’est qu’il n’y a pas de plan » n’est pas tout à fait ma philosophie. Pour me mettre l’eau à la bouche, j’épluche mille guides, je lis des fictions à propos du pays, je regarde des films et je google des villes juste pour voir si je me laisse tenter. J’aime m’imaginer dans chacune des destinations, et surtout, j’aime lire les guides de voyage. Je prends un malin plaisir à aller à la boutique Ulysse, avide d’ajouter un nouveau Lonely Planet ou un Routard à ma collection. Je m’enthousiasme à la vue des cartes, du top 10 des endroits à visiter et des caractéristiques de chaque région. Avec l’arrivée de l’été, je remarque autour de moi l’éclosion de projets de voyage : on est plusieurs à vouloir ajouter son épingle sur la carte du monde. Mais choisir son guide de voyage, c’est un peu comme choisir son compagnon de route. On peut avoir parfois envie de le critiquer, se dire parfois qu’on n’a pas besoin de lui, mais …

Littérature & bouffe : accords parfaits #2

Après une première sélection, voici une deuxième partie de suggestions pour accorder vos deux activités favorites : lire et manger! N’hésitez pas à partager en commentaires vos bouquins favoris associés aux différentes régions du monde proposées ici! Bon appétit… et bonne lecture! Littérature russe : Soupe bortsch (potage de betterave) et kvas (boisson pétillante légèrement alcoolisée) Lors d’un séjour en Europe, mon ami Philippe a fait la connaissance d’une fille ukrainienne, qui est venue lui rendre visite il y a quelques mois. J’ai eu la chance de goûter à une soupe bortsch traditionnelle, qu’elle avait elle-même concoctée, et croyez-moi, c’était succulent! Elle nous a d’ailleurs mentionné que c’est un plat très courant dans ce coin de pays. La soupe bortsch est aussi très facile à préparer : vous vous sentirez en Russie en moins de deux! Sinon, pour accompagner votre bonne soupe, plusieurs livres peuvent satisfaire votre panse intellectuelle. J’avoue ne pas trop m’y connaître en littérature russe, mais j’ai épluché LES INTERNETS et ouvert grand mes oreilles pour recueillir des suggestions pour vous! Un classique : Anna Karénine de …

Quand il faut attendre…

Non, je n’ai pas de romans publiés ni aucun autre recueil littéraire, mais cela n’enlève rien à ma valeur d’écrivaine. Je passe mes journées, mes soirées et surtout les douze mois de l’année entourée de mots, d’idées et de moments de génie. Donc, oui, je suis à cent pour cent écrivaine et fière de l’être. Je suis la plus comblée des jeunes femmes quand j’arrive à faire voyager des lecteurs ou à faire rêver les gens avec mes mots. Néanmoins, il y a des moments où j’ai honte de porter mon titre d’écrivaine et c’est quand mes pensées sont toutes noires. C’est le néant! Je n’ai plus d’idées ni de créativité et je me retrouve plusieurs semaines ou mois devant une page de Microsoft Word blanche ou mon carnet de notes vide. Je n’avais jamais cru au syndrome de la page blanche ou au blocage de l’écrivain, comme l’appellent certains. Je me disais que les écrivains étaient paresseux ou qu’ils faisaient exprès pour nous faire attendre pour le prochain tome de leur roman. Par contre, …

L’envers du décor- processus d’écriture, deuxième partie

J’ai toujours fait les choses un peu à ma tête, j’apprends d’une manière moins conventionnelle, je perçois la vie avec ma vision bien personnelle. Okay, tout le monde est différent, comprend et apprend de manière unique. Disons plutôt que je ne suis pas très bonne pour me perdre dans des moules. Alors même si j’ai étudié en littérature quelque temps, même si j’ai toujours écrit et même si j’ai décidé d’aborder le roman, je le fais à ma manière et comme je le sens surtout. Dans toutes circonstances de ma vie, l’émotion passe avant tout. Je suis une femme de feeling et je tends de plus en plus à développer cela dans tous les pans de ma vie. Mon rapport à l’écriture a donc toujours été plutôt intuitif, sans jamais vouloir se fondre dans les modèles ou suivre les «façons de faire». Ça m’a pris des mois pour me détacher de toutes les influences extérieures qui, me semblait-il, me gardaient toujours trop à la surface de ce que je cherchais à atteindre dans mon écriture …

L’envers du décor- processus d’écriture, première partie

Il m’est arrivé, à quelques reprises déjà, d’effleurer le fait que je suis présentement, et ce depuis plusieurs mois, en plein processus d’écriture. J’ai pensé qu’il serait intéressant de vous partager l’envers du décor de l’élaboration d’un roman, à partir de mon expérience personnelle. Voici donc, en deux parties, le récit de mon voyage au cœur même de la littérature. Tenez-vous prêtes et prêts, parce que oui, une fois de plus, je vous parlerai de Julia Cameron et de son indispensable ouvrage Libérez votre créativité. Je ne peux qu’affirmer tous les changements positifs vers une plus grande réalisation de moi qui me sont venus en traversant ces pages et je n’ai pas fini, oh non! Mais bien sûr, avant de m’élancer dans l’aventure Cameron, j’étais déjà habitée par l’envie de réaliser ce rêve, c’est-à-dire l’écriture d’un roman, mais aussi celui de vivre une «vraie vie d’écrivaine». J’ai toujours écrit pour partager et d’une certaine manière pour publier, sans que ce ne soit le centre de mon désir, mais plutôt une suite. L’art et l’écriture existent …