Month: juin 2017

Actes sud, érotisme, Bibliothérapie, Christophe Bouquerel, féminisme, La première femme nue, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, Littérature étrangère, littérature française, livres, philosophie grecque, roman initiatique

La première femme nue, ou la floraison de la beauté

Avec sa délicate illustration de couverture, son titre énigmatique et ses 1187 pages, La première femme nue de Christophe Bouquerel a de quoi fasciner. Au premier coup d’œil, on ne sait pas forcément à quoi s’attendre, mais l’ensemble paraît exhaler un parfum d’exotisme, d’érotisme et de mystère… trois qualificatifs qui, je crois, résument bien le récit colossal qui attend le lecteur. L’histoire nous transporte en Grèce antique (IVe siècle av. J.-C.), où nous suivons les traces de Phrynê, une adolescente née à Thespies. Suite à l’invasion de sa cité, elle est réduite en esclavage dans un sordide bordel d’Athènes. C’est là, à tout juste seize ans, qu’elle fait la connaissance de Praxitélês, un jeune sculpteur ambitieux qui voit en elle quelque chose qui l’intrigue. Effrontée et audacieuse, Phrynê deviendra l’hétaïre – la courtisane – la plus scandaleuse d’Athènes, tandis que Praxitélês, lui, évoluera jusqu’à devenir le plus grand artiste de son époque. Inspirée de la légende de ces deux personnages historiques ayant marqué leur univers, cette fresque romanesque et grandiose nous entraîne dans les banquets …

Bande dessinée, Cartel Bocquet, féminisme , Olympe de Gouges, Joséphine Baker, le fil rouge, lefilrougelit, BD, femmes inspirantes, destin, féministes, portraits de femme

Catel & Bocquet : redécouvrir Olympe de Gouges & Joséphine Baker en romans graphiques

En novembre dernier, j’ai découvert sur Instagram que le duo Catel & Bocquet, bédéistes, avait créé des briques de romans graphiques (!) au sujet de femmes ayant marqué l’histoire. Ma curiosité avait été piquée. Or, le prix de chacun des romans graphiques (50 $) m’avait un peu rebutée, je me suis donc mise sur une liste d’attente à la bibliothèque et ce n’est que ce printemps que j’ai eu la chance de me plonger dans deux des trois œuvres réalisées par le duo : Olympe de Gouges et Joséphine Baker. Publiés chez Casterman, ces deux romans graphiques m’ont permis de connaître davantage deux femmes exceptionnelles de l’histoire. J’avais pris un peu plus connaissance du destin complètement inspirant de ces deux femmes dans Culottées 1 et 2 de Pénélope Bagieu, mais c’est vraiment en lisant ces deux romans graphiques que j’ai découvert leur vie et leurs histoires. Ce sont deux femmes libres, avant-gardistes et profondément habitées de convictions de justice qui m’ont vraiment impressionnée et je resterai longuement marquée par ces lectures. Ces deux femmes se rejoignent dans leurs forces …

l était une fois Calamity Jane, Natalee Caple, Éditions du Boréal, Western, Cowgirl, Littérature québécoise Cactus, Farwest

Sur les traces de Calamity Jane

J’ai commencé à lire Il était une fois Calamity Jane, de Natalee Caple, suite à ma lecture de L’imparfaite amitié de Mylène Bouchard et de La femme qui fuit d’Anaïs Bardeau-Lavalette. Il existe un point commun entre ces trois romans : la relation presque qu’inexistante qu’ont les personnages principaux avec leur mère. Dans cette aventure digne d’un western, j’ai pu faire la rencontre d’une célèbre cowgirl, la légendaire Calamity Jane. J’ai pu suivre ses traces grâce à sa fille qu’elle a abandonnée parce qu’elle ne se croyait pas digne de ce rôle. Calamity a donc «donné» sa fille à un homme de Dieu, qui, au jour de sa mort, demande à sa fille adoptive de retrouver sa mère. N’étant pas capable de refuser la dernière volonté de son père, Miette part à la recherche de Calamity Jane. Elle part seule avec son cheval, ayant la même audace que sa mère. Ce voyage ne sera pas de tout repos. Elle fera la rencontre de divers personnages (et hallucinations) qui auront soit rencontré son père adoptif ou sa mère. Parmi ces rencontres, elle …

Le fil rougeRetirer un terme : Le fil rouge lit Le fil rouge litRetirer un terme : bibliothérapie bibliothérapieRetirer un terme : les livres qui font du bien les livres qui font du bienRetirer un terme : littérature québécoise littérature québécoiseRetirer un terme : recueil de nouvelles recueil de nouvellesRetirer un terme : Julie Bosman Julie BosmanRetirer un terme : nous sommes bien seules nous sommes bien seulesRetirer un terme : leméac leméacRetirer un terme : solitude solitudeRetirer un terme : séparation séparationRetirer un terme : Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amer sur la solitude Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amer sur la solitudeRetirer un terme : sous toutes ses formes. sous toutes ses formes.Retirer un terme : livres sur le fait d'être seule livres sur le fait d'être seuleRetirer un terme : lecture lectureRetirer un terme : les femmes les femmes

Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amères sur la solitude, sous toutes ses formes.

Nous sommes bien seules est une petite plaquette de tout juste 100 pages, résultat du travail de Julie Bosman. Après avoir rencontré et interviewé des femmes, d’âges et de milieux différents, ayant comme point commun le fait d’être seule depuis un bon moment, Bosman fut inspirée à écrire les 15 nouvelles qui forment Nous sommes bien seules. Le résultat est touchant, poignant, empreint à part égale de tristesse et d’espoir. La solitude, bien au-delà du célibat  Les différentes solitudes dépeintes dans les nouvelles de Bosman vont bien au-delà du célibat. Elles abordent aussi la mort, les émotions refoulées, le fait de se sentir seule à deux, les séparations douloureuses, les difficultés à trouver quelqu’un avec qui partager un moment. On se trouve face à une série d’histoires différentes qui font résonner quelque chose en nous. Toutes tournent autour de la solitude, le manque de l’autre, sans tomber dans aucun cliché simple. Bien outre le fait que chacune des nouvelles soit tirée d’un véritable témoignage, on ressent la véracité et l’authenticité de chacune d’elles. Non pas parce qu’elles sont vraies, …

Art, autour des livres, le fil rouge, le fil rouge lit, dans l'univers des illustrateurs, Isabelle Arsenault, Tumblr, Etsy, Becca Stadtlander, Yelena Bryksenkova, Taryn Knight

Dans l’univers des illustrateurs : palmarès de mes artistes préférés

Vagabonder quelques instants sur le site web Etsy et society 6 (ou n’importe quelle plateforme destinée à vendre des œuvres réalisées par des illustrateurs) est une aventure risquée, voire carrément dangereuse, en particulier pour ma pauvre carte bancaire! Si ma chambre ne manque certainement pas d’illustrations pour enjoliver ses murs, ma bibliothèque (ou plutôt ce que contient de nombreux ouvrages ou couvertures de papeterie rangés entre ses étagères) n’a en revanche, rien à lui envier! Ainsi, inutile de vous dire que l’univers de l’illustration et du design/graphisme m’a toujours grandement plu! Présente dans le monde du livre (que ce soit au sein de la littérature jeunesse, romans graphiques, bandes dessinées, etc.), l’illustration est une compagne essentielle et indétrônable : ces dernières composent la toile de fond des récits, en semant par-ci par-là de petites parcelles d’imaginaires, d’inspiration, de couleurs et de traits. Bref, chacune des pages constitue un élément de surprise! C’est également une belle ode à la créativité de ceux qui leur ont donné naissance : les illustrateurs transposent magnifiquement leurs visions de l’histoire …

Le fil rouge, le fil rouge lit, le coeur de Berlin, Élie Maure, Les allusifs, bibliothérapie

Le cœur de Berlin : Le tragique secret d’une famille 

Le cœur de Berlin, premier roman de l’auteur Élie Maure (nom fictif), est le premier ouvrage publié par la maison d’édition Les Allusifs que j’ai lu. Je peux d’emblée affirmer que j’ai particulièrement apprécié cette lecture, malgré le sujet dur que ce roman aborde, soit les secrets de famille et l’inceste. Le cœur de Berlin raconte l’histoire de Simon, un homme solitaire approchant la cinquantaine qui consacre la majorité de son temps à l’écriture et au vélo. À la suite de la mort de son chien Berlin, Simon ressent le besoin de retrouver sa sœur dont il n’a pas de nouvelles depuis plusieurs années. Dans cette quête pour retrouver sa sœur, Simon se remémore son passé aux côtés des membres de sa famille : son père aujourd’hui décédé, sa mère ainsi que ses deux frères et sa sœur. Avec lui, le lecteur revisite les moments charnières de sa vie familiale et comprend petit à petit d’où provient ce mal-être qui l’habite. Simon revient sur les années de son enfance passées en Algérie ainsi que les moments de son adolescence à l’écart de …

Lefilrougelit, Letrônedefer, GeorgesR.R.Martin, littérature fantastique, fantasy, adaptation, série, HBO, GameofThrones, Lefilrouge, Réflexion

Meilleur avant… la télévision

J’ai toujours eu un sentiment d’ambivalence lorsqu’un roman ou une bande dessinée était adapté au cinéma ou à la télévision. Un livre, c’est un tout. Un monument de papier. Une architecture complexe de mots. Je remets véritablement en doute l’expression Une image vaut mille mots. Rien ne vaut mille mots. L’image, c’est l’arrêt de mon imagination. C’est avoir tout cru dans le bec sans faire le moindre effort d’esprit. Mon pouvoir créateur se meurt devant les scènes qui défilent sous mes yeux. En effet, elles défilent. J’ai à peine le temps de les savourer qu’elles ont filé sous mes doigts. Les gens qui me connaissent bien le savent; j’aime dicter mon propre rythme. La lecture me le rend bien. Ma première expérience d’une adaptation cinématographique Je me rappelle de la première adaptation cinématographique que j’ai eu la chance de voir sur grand écran. Vous vous en doutez peut-être. Nous nous côtoyons depuis déjà quelques temps chers lecteurs et chères lectrices. Hé oui! Il s’agit du long-métrage Harry Potter à l’école des sorciers. À l’époque, j’avais …

Éditions Harper Perennial, Roxane Gay, Bad feminist, Féminisme, lecture, le fil rouge, le fil rouge lit, livres, personnages féminins, livres qui font du bien, essai, culture populaire et féminisme

Être une « bad feminist »

Aimer le rap dont plusieurs chansons dans lesquelles le mot Bitch est utilisé, parfois à outrance. Se surprendre à vouloir écouter des émissions de télé-réalité, des soirées entières. Voilà toutes des activités auxquelles je m’adonne et qui me procurent du plaisir, bien qu’elles viennent souvent de pair avec un vague sentiment de culpabilité. Tout en m’y consacrant, je me répète qu’elles ne concordent pas avec l’image que je me fais de moi, qu’elles sont à l’opposé de mes valeurs. Et pourtant, une part de moi aimerait assumer ces goûts, sans aucune gêne. Jusqu’à tout récemment, parler de ce sujet dans un article aurait été pour moi de l’ordre de l’impensable. Et puis il y a eut ma lecture de l’essai Bad feminist de Roxane Gay, que j’aime sans complexe. Dans un style très personnel, proche de la conversation, l’auteure traite de cette impression d’exacerber ses contradictions en aimant certains films, livres ou artistes. En se détachant d’une définition essentialiste du féminisme, Gay décortique la culture populaire tout en revendiquant son titre de Bad Feminist. Ainsi, elle affirme que ses goûts ne …

Autopsie d'une femme plate, Marie-Renée Lavoie, Éditions yxz, Littérature québécoise, le fil rouge, lefilrougelit, adultère, peine d'amour, rupture, changement de vie, amitié, histoire d'une rupture amoureuse, divorce,

Combattre la solitude par l’humour ; autopsie d’une femme pas si plate que ça

Prémisse simple ici : une femme se fait quitter par son mari parce qu’il en aime une autre. Classique, prévisible (elle est plus jeune), et, disons-le, un peu facile comme élément déclencheur. Une chance, cela est raconté par Marie-Renée Lavoie, ce qui en fait un roman divertissant et loin d’être si banal, au fond. Diane, le personnage principal, se considère plate, beige et se tape sur la tête un peu suite au départ de son mari. Elle doit apprendre à vivre seule. Ses enfants ont quitté la maison familiale, son mari aussi, elle s’y retrouve donc éprise de souvenirs douloureux d’enfance et de vies heureuses. Diane tentera d’aller mieux en rêvassant à son collègue ou en s’offrant des bottes en cuir très dispendieuses. Tous les moyens sont bons pour survivre à cette épreuve et aux effets collatéraux de cette rupture. Et l’alcool aide toujours un peu. Autopsie d’une femme plate, m’a longuement intéressée. Depuis que j’ai appris qu’il y aura un nouveau titre de Marie-Renée Lavoie, j’avais bien hâte de m’y plonger, car j’avais adoré …

Redécouvrir les classiques de la littérature jeunesse : mes trois livres préférés

Je commence mon article par une petite confession! Malgré la mi-vingtaine, je suis friande d’albums et de bandes dessinées/romans graphiques jeunesse (eh oui, c’est mon petit dada!). Lorsque je m’aventure dans une librairie, je prends toujours plaisir à feuilleter et à regarder quelques instants les nouveautés (en ce moment, j’ai un véritable coup de cœur pour l’auteure Élise Gravel et ses charmants albums illustrés!). Véritables portes ouvertes à l’imaginaire et à l’émerveillement, la littérature jeunesse recèle des qualités en or : je suis donc d’avis que la découverte et la redécouverte de ces œuvres en valent grandement le détour, et ce, peu importe notre âge (et on en apprend bien plus qu’on le croit quand on prend la peine de se plonger l’espace d’un instant au sein de ces petits livres!). Voici donc un petit « top trois » de mes œuvres jeunesse préférées! Peter Rabbit  Il se fait vieux, Pierrot! Publié en 1902 par Beatrix Potter, The Tale of Peter Rabbit raconte l’histoire d’un jeune lapin, qui désobéissant à sa mère, s’aventure dans le jardin d’un …