All posts tagged: solitude

le fil rouge; le fil rouge lit; bibliothérapie; littérature; lecture; livres; les livres qui font du bien; jean-christophe réhel; la fatigue des fruits; l'oie de cravan; poésie et théâtre; poésie québécoise; fatigue; quotidien; solitude; maladie

La fatigue des fruits : la lassitude du quotidien

Je dois l’avouer, j’ai un petit béguin littéraire pour l’œuvre de Jean-Christophe Réhel ces temps-ci. Après avoir dévoré Ce qu’on respire sur Tatouine l’automne dernier, j’ai récemment succombé à son recueil de poésie La fatigue des fruits. Comme Réhel se définit d’emblée comme un poète, cette lecture a représenté une merveilleuse découverte de sa passion première et une confirmation de son immense talent. Plusieurs personnes m’avaient vivement recommandé la lecture de sa dernière œuvre, et je me suis laissée convaincre sans grande difficulté. Des thématiques récurrentes  Les thèmes abordés dans La fatigue des fruits ressemblent à ceux que l’on retrouve dans Ce qu’on respire sur Tatouine : la maladie, la solitude, la lassitude du quotidien et le sentiment d’être inadéquat, notamment. Par contre, dans La fatigue des fruits, l’art de la poésie nous suspend dans un espace-temps indéfini, contrairement au roman. Dans cet état « flottant », on se laisse bercer par l’éloquence de l’écrivain et on peut apprécier davantage toute la beauté de sa plume, vu l’absence des exigences d’un récit narratif : ça doit être ça les fenêtres sont …

le fil rouge, le fil rouge lit, bibliothérapie, littérature, lecture, livres, les livres qui font du bien, Bande dessinée, Robot dreams, Sara Varon, First second, amitié, solitude, robot, chien, rêves

L’amitié éphémère dans Robot dreams

Robot dreams est une courte bande dessinée sans dialogue qui raconte le récit d’un chien anthropomorphe et de son robot. Victime de solitude, le chien commande un robot par la poste et ce dernier devient son meilleur ami. Ensemble, ils font tout. Ils cohabitent, ils empruntent des livres à la bibliothèque, ils regardent des films avec du pop-corn. Cette idylle amicale s’interrompt, cependant, après une journée à la plage. D’abord méfiant face à l’eau, le robot se baigne tout de même avec son ami. En se séchant au soleil, il rouille et paralyse. Impossible de bouger. Le chien, honteux, finit par l’abandonner sur la plage. Seul dans le sable, prisonnier dans son corps métallique, le robot se met à rêver. Pendant une année, le chien, qui tente désespérément de retrouver un ami à l’image du robot, et le robot, condamné à la solitude, doivent affronter cette douloureuse rupture. Une fable sur l’amitié Les deux amis pensent souvent l’un à l’autre. Le chien imagine le robot au détour d’une rue, comme le robot imagine le chien …

le fil rouge, le fil rouge lit, Sara Hébert, Marie Darsigny, Gérer le vide, solitude, bibliothérapie, lecture, livres qui font du bien, littérature, zine, été 2018, filles missiles, vide,

Filles missiles; plonger dans ce vide qui n’est pas le mien

D’un point de vue «lecture», mon été a passé comme un véritable coup de vent et j’avais envie, avant la rentrée littéraire et la découverte d’une foule de nouveaux titres, de m’arrêter sur le numéro estival du zine Filles missiles ayant pour thème Gérer le vide. Un thème vaste qui m’a finalement proposé une plongée dans le vide comme un sentiment nourri par le manque, le mal-être, la perte de sens, la dépression et l’anxiété. Une perspective qui s’annonçait pesante et étouffante comme la canicule qui a accompagné ma lecture. Filles missiles, le blogue, le zine et l’univers Créé en 2015 par Marie Darsigny, Sara Hébert et Daphné B., Filles missiles est une plateforme web et papier de diffusion et de promotion d’artistes féminines québécoises en littérature et en arts visuels. Le contenu est féministe, fort, engagé et très contemporain.  Je dois avouer que je connais Filles Missiles depuis peu, mais que je ne suis pas la première collaboratrice a m’y être intéressée; le second magazine papier des Filles Missiles : #pouvoir magique résume bien sa ligne …

Ce qui se cache au fond des bois

La curiosité est un vilain défaut à bien des égards. Elle alimente notre soif de savoir, de vérité et de justice. Si bien que parfois, elle rend le quotidien moins perceptible. Ainsi, nous ne sommes plus autant ancrés dans notre réalité, mais plutôt dans celle que nous cache l’autre. La curiosité nous pousse à nous ouvrir de manière peu conventionnelle à ce qui nous est inconnu, mais il n’en demeure pas moins qu’elle est le fantasme de nos questions sans réponses. Si bien qu’il faut souvent apprendre à gérer ce spasme, cette idée si peu rationnelle de tout savoir, au risque de se faire mal. Je suis une personne de nature très curieuse. Je me fais un mandat de découvrir et de rester à l’affût des nouveautés culturelles. Mais lorsqu’il s’agit de celui ou celle qui me fait face et des sentiments qu’il ou qu’elle ressent, j’éprouve toujours un certain malaise. Un sentiment de voyeurisme qui me pousse à me replier souvent sur moi-même et sur mes propres peurs. Drôle de sentiment ce que nos …

Le fil rouge le fil rouge lit bibliothérapie littérature lecture livres les livres qui font du bien Gabrielle Filteau-Chiba Encabanée littérature québécoise Éditions XYZ

Encabanée ou retrouver un sens à sa vie dans les bois

Parfois, juste avec le titre et un paragraphe de résumé, je me fais de grandes idées sur un roman. Il me le faut tout de suite. Je me dis qu’il a été écrit juste pour moi. Qu’il va me révolutionner ! En quelques secondes, j’ai construit dans ma tête toute l’histoire d’amour que je vivrai avec ce livre et il me le faut tout de suite. Quand les éditions XYZ ont annoncé la sortie du livre Encabanée de Gabrielle Filteau-Chiba sur leur page Facebook, j’ai tout de suite été interpellée. On aurait dit que j’attendais ce roman depuis des mois, alors que je n’avais pourtant aucune idée de qui était l’autrice (c’est sa première parution). Gabrielle Filteau-Chiba y raconte l’histoire d’Anouk, qui a décidé de quitter sa vie montréalaise et professionnelle pour s’installer, seule, dans une minuscule cabane au Kamouraska. Le récit est inspiré de son propre fait vécu et est présenté comme un petit journal de bord. Elle y relate précisément quelques jours en janvier ou le mercure a chuté drastiquement, qu’il n’y avait plus …

bibliothérapie, Le fil rouge, le fil rouge lit, lecture, les livres qui font du bien, littérature, livres, poésie, poésie québécoise, Corps flottants, Amélie Prévost, Steve Poutré, Neige-galerie, art visuel, art abstrait, angoisse, solitude, séparation

Corps flottants : poésie et art abstrait plein notre champ de vision

Avec sa verve et ses monologues colorés, Amélie Prévost me fait, à tous les coups, sourire, réfléchir et beaucoup rire. Elle possède une excellente maîtrise du rythme et du punch. Ce n’est pas pour rien qu’elle a remporté la Coupe du monde de slam en 2016. Sa vision de ce qui l’entoure et sa façon de la partager me charment complètement et chaque fois que je l’entends, je sais que je vais me régaler. J’étais donc très emballée par la sortie, à l’automne dernier, de son recueil de poésie Corps flottants paru chez Neige-Galerie et illustré par l’artiste Steve Poutré. Avec la lecture de cette œuvre, c’est un véritable recueil d’art que j’ai découvert. Un livre où les mots et les images sont d’une force, d’une beauté et d’une nécessité égales. Les mots d’Amélie Prévost Corps flottants renferme 60 courts poèmes, de quelques mots à une page tout au plus, nous parlant de solitude, de cassure, de tristesse, d’abîmes, mais aussi de force, d’acceptation et d’au revoir. J’ai été un peu déstabilisée par le choix …

Moi aussi je voulais l'emporter, Julie Delporte, bande dessinée, roman graphique, pow pow éditions, journal, féminisme, place de l'art, place du féminisme, liberté, solitude, illustratrice, le fil rouge lit, le filrougelit, littérature québécoise, les livres qui font du bien, roman graphique québécois

Survivre à novembre grâce à Moi aussi je voulais l’emporter

12Novembre a été un magnifique et délicieux mois… niveau lecture! Comme si le manque de luminosité et mon besoin encore plus profond de nuits de sommeil longues et revigorantes m’avait rendue plus réceptive… Ou est-ce mes choix de lectures de ce mois-ci qui m’ont tant plu? Quoiqu’il en soit, avec Le monde est à toi de Martine Delvaux, qui a été un énorme coup de cœur, j’ai aussi ressenti quelque chose de grand en lisant Moi aussi je voulais l’emporter de Julie Delporte. Tout d’abord, je dois dire que je suis une grande admiratrice du travail de Delporte, j’en ai parlé à quelques reprises sur le blogue, déjà. Or, j’affirme que, selon moi, Moi aussi je voulais l’emporter est une de ses meilleures, sinon la meilleure, de ses publications. Dans ce roman graphique, l’auteure se questionne sur son féminisme, sur la façon dont elle l’est devenue, sur ce qui l’a amenée à voir les injustices envers les femmes. Elle parle de ses voyages, de ses amours, de son besoin de solitude, de sa prise de …

Le fil rougeRetirer un terme : Le fil rouge lit Le fil rouge litRetirer un terme : bibliothérapie bibliothérapieRetirer un terme : les livres qui font du bien les livres qui font du bienRetirer un terme : littérature québécoise littérature québécoiseRetirer un terme : recueil de nouvelles recueil de nouvellesRetirer un terme : Julie Bosman Julie BosmanRetirer un terme : nous sommes bien seules nous sommes bien seulesRetirer un terme : leméac leméacRetirer un terme : solitude solitudeRetirer un terme : séparation séparationRetirer un terme : Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amer sur la solitude Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amer sur la solitudeRetirer un terme : sous toutes ses formes. sous toutes ses formes.Retirer un terme : livres sur le fait d'être seule livres sur le fait d'être seuleRetirer un terme : lecture lectureRetirer un terme : les femmes les femmes

Nous sommes bien seules : des nouvelles douces-amères sur la solitude, sous toutes ses formes.

Nous sommes bien seules est une petite plaquette de tout juste 100 pages, résultat du travail de Julie Bosman. Après avoir rencontré et interviewé des femmes, d’âges et de milieux différents, ayant comme point commun le fait d’être seule depuis un bon moment, Bosman fut inspirée à écrire les 15 nouvelles qui forment Nous sommes bien seules. Le résultat est touchant, poignant, empreint à part égale de tristesse et d’espoir. La solitude, bien au-delà du célibat  Les différentes solitudes dépeintes dans les nouvelles de Bosman vont bien au-delà du célibat. Elles abordent aussi la mort, les émotions refoulées, le fait de se sentir seule à deux, les séparations douloureuses, les difficultés à trouver quelqu’un avec qui partager un moment. On se trouve face à une série d’histoires différentes qui font résonner quelque chose en nous. Toutes tournent autour de la solitude, le manque de l’autre, sans tomber dans aucun cliché simple. Bien outre le fait que chacune des nouvelles soit tirée d’un véritable témoignage, on ressent la véracité et l’authenticité de chacune d’elles. Non pas parce qu’elles sont vraies, …

Les heures souterraines

« Elle fait chaque jour ce trajet depuis huit ans, chaque jour les mêmes marches, les mêmes tourniquets, les mêmes souterrains, les mêmes regards jetés aux horloges, chaque jour sa main se tend au même endroit pour tenir ou pousser les mêmes portes, se pose sur les mêmes rampes. » Il existe des livres qui vous accrochent de leurs griffes et qui prennent le contrôle de vous. Vous n’avez plus le choix de continuer à lire et vous n’êtes plus capables de refermer le livre avant d’avoir atteint la dernière ligne. Les heures souterraines de Delphine de Vigan m’a prise dans son emprise et ne m’a plus lâchée jusqu’à ce que je le referme. Cela tombait bien : j’avais plusieurs heures d’avion devant moi. Mais, une fois achevé, le roman a continué à m’habiter, me donnant l’impression que je pouvais en discuter le sens pendant des heures. Un livre profond et marquant. Il raconte en premier lieu une histoire de harcèlement psychologique au travail. Mathilde travaille dans le département marketing, pour la même entreprise depuis …

Le pigeon

J’ai toujours beaucoup aimé les récits où les personnages sont prisonniers de leurs perceptions, contraints de faire face à un événement en apparence banal, mais qui, pour eux, prend des proportions démesurées. Peut-être est-ce parce que ma nature anxieuse trouve un certain réconfort dans ce genre de récits, une sorte de « quand on se compare, on se console »? Toujours est-il que j’aime tellement les histoires de cette nature que j’en ai fait mon sujet de mémoire pour la maîtrise, et qu’une bonne majorité des nouvelles que j’écris abordent cette thématique! J’aimerais aujourd’hui vous faire découvrir un petit roman dans cette veine, qui compte parmi mes préférés du genre. La plupart des gens connaissent l’auteur Patrick Süskind pour son chef-d’œuvre Le Parfum, maintes fois réédité et adapté au cinéma. Toutefois, peu de gens ont entendu parler de son roman Le Pigeon, texte de 89 pages qui gagne à être connu. Ce court roman raconte l’histoire de Jonathan Noël, un vigile de banque âgé d’une cinquantaine d’années, pour qui la vie est un long fleuve tranquille… et …